TEST: 2238

PORTRAIT – Un juriste français fait rimer création d'entreprise avec adaptation culturelle

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 08/03/2010 à 23:00 | Mis à jour le 23/09/2019 à 06:51
Photo : courtoisie Law Solutions
Alexandre-Dupont-250

Après plus de dix ans passés en Thaïlande, Alexandre Dupont a fait de la création d'entreprise sa spécialité. Une expertise qu'il a mise en pratique en créant avec succès il y a quatre ans le cabinet de conseil juridique Law Solutions. Pour lui, réussir en Thaïlande tient avant tout à un effort d'adaptation saupoudré de patience

Co-directeur du cabinet conseil juridique Law Solutions, Alexandre Dupont a découvert la Thaïlande comme beaucoup par un séjour en vacances, en 1999. Après deux stages successifs à Bangkok en tant que juriste dans le cabinet d'avocats Vovan, il est finalement embauché en 2001. Pendant 5 ans, il capitalise une expérience et des connaissances dans le domaine du conseil juridique, notamment en droit des affaires et des investissements, pour lequel il avoue avoir une certaine préférence. Puis, ayant l'impression d'avoir fait le tour de la question et désireux de liberté, Alexandre décide avec un collègue thaïlandais de créer sa propre société. "Je voulais briser la routine du travail, m'ouvrir à de nouvelles opportunités et avoir la liberté de prendre des décisions", explique ce papa de 34 ans. Créée début 2006, Law Solutions emploie aujourd'hui une quinzaine de personnes et poursuit sa croissance.

S'adapter au fonctionnement et à la culture locale

Les contraintes rencontrées par les étrangers qui souhaitent créer leur entreprise en Thaïlande sont nombreuses, mais les plus importantes ne sont pas forcément juridiques. Pour Alexandre Dupont, adaptation, partage et patience sont les maîtres mots de la réussite. "Il ne faut pas créer son entreprise seul, mais plutôt s'entourer de partenaires et savoir partager avec eux en vue d'un développement. Cela prend du temps de trouver les bons associés et éviter les gens mal intentionnés. La patience, prendre le temps, est primordial".

Alexandre voit aussi régulièrement arriver des entrepreneurs qui prétendent vouloir dicter leurs règles, sans soucis d'adaptation à la réalité thaïlandaise, "la plupart tombent en six mois et rentrent en France", dit-il. Ainsi, ce juriste spécialisé dans la création d'entreprise insiste sur l'importance des différences culturelles : "Le choc culturel existe. Il ne faut pas oublier que l'on reste Français, avec nos habitudes françaises, dans un pays aux valeurs différentes", explique-t-il. Pour lui, cet état de fait se ressent d'ailleurs dans sa propre entreprise, et certaines anecdotes sont révélatrices. "Les Thaïlandais sont très sensibles, il est important de bien communiquer avec ses employés. Récemment, j'ai fais une boutade à mon partenaire qui l'a pris sérieusement. Le problème c'est qu'ils gardent tout jusqu'à l'explosion. Pour éviter les malentendus il faut bien connaître les gens, donc les coutumes."

Multiplier les expériences avant de devenir entrepreneur

Malgré une période d'adaptation nécessaire qui peut parfois durer plusieurs années, certains jeunes de 20 à 30 ans n'hésitent pas à se lancer dans l'entreprenariat, ce qui présente de nombreux risques, selon Alexandre. "Personnellement je pense que ce n'est pas une bonne initiative, car quand on est jeune on a la conviction de pouvoir tout faire seul, avec une certaine image de la réussite personnelle", explique-t-il,  précisant que cela reste malgré tout une question de maturité, et que les "sucess story" existent quand même. Néanmoins, il conseille de ne pas sauter les étapes pour concrétiser son projet d'entreprenariat. "Il faut être patient, apprendre en démarrant par un stage, et ensuite un travail pour pouvoir sentir la réalité du terrain".

Alexandre Dupont sera présent ce soir au Café Lenôtre pour une soirée réseautage des jeunes professionnels organisée par la Chambre de commerce franco-thaïlandaise, où il y discutera notamment de son parcours d'entrepreneur.

Quentin WEINSANTO mardi 9 mars 2010

Networking des jeunes professionnels
Atelier sur les "Success Story"
Mardi 9 mars 2010 à 18h30
Café Lenôtre, Langsuan
300 bahts pour les membres de la FTCC, 500 pour les non-membres

Un spécialiste de l'import/export au service des particuliers et des PMI
Directeur Général de la société d'import/export Sea Fly Services, François Abhay a ouvert son entreprise à Bangkok en 2004 afin d'offrir ses services, principalement à des particuliers et des PMI, qui veulent se lancer dans l'import/export avec la Thaïlande. Après avoir commencé à travailler dans le milieu du transit en tant que stagiaire en alternance à Roissy Charles de Gaulle, il est muté en 1996 à Bangkok pour diriger la structure opérationnelle de Cargo Partnair, et se lance dans l'entrepreneuriat huit ans plus tard. Sea Fly Services propose notamment des services de fret aérien et maritime, de manutention, de dédouanement ou encore de déménagement à un niveau international, et possède désormais des bureaux en Thaïlande, Laos, Vietnam et en France. François Abhay sera lui aussi présent à la soirée des jeunes professionnels organisée par la Chambre de commerce franco-thaïe, afin de partager son expérience et son parcours en tant qu'entrepreneur.
(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) mardi 9 mars 2010

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale