TEST: 2238

Peines d’emprisonnement dans l’affaire de l’incendie du Santika

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 21/09/2011 à 00:00 | Mis à jour le 08/11/2018 à 14:33

Le propriétaire d'une discothèque de Bangkok détruite par un incendie qui avait tué 67 personnes le jour du Nouvel An 2009 a été reconnu coupable de négligences graves et condamné mardi à trois ans de prison par la Cour criminelle du Sud de Bangkok, ont indiqué les procureurs.

Visuk Setsawat, dont le club, le Santika, avait été brûlé par les flammes lors d'un spectacle pyrotechnique durant le concert du groupe de rock Burn, a été emprisonné pour négligences graves ayant entraîné la mort ou des blessures. Le propriétaire de la société Focus, responsable des feux d'artifices, Boonchu Laosrinak, a lui aussi été condamné à trois ans de prison pour les mêmes charges. Focus et les deux condamnés devront également payer un total de 87 millions de bahts de compensations aux familles des victimes, ajoutait le Bangkok Post.

La Cour a rejeté les accusations de négligence pesant contre les cinq autres prévenus, dont le chanteur du groupe Burn, Saravuth Ariya, soupçonné d'avoir allumé un feu d'artifice. "Concernant Saravuth, parce qu'il y avait déjà des preuves solides que l'incendie a été causé par des effets d'éclairage, pas à cause de ses actes, le juge a rejeté ses accusations", a déclaré le procureur. Des centaines de personnes se trouvaient dans la discothèque chic quand le bâtiment avait pris feu. Parmi les 67 personnes qui ont péri dans le drame, se trouvaient trois Singapouriens, un Japonais et un ressortissant birman, et de nombreux étrangers, dont des Australiens, Français et Anglais, avaient été blessés.

M.B. avec AFP mercredi 21 septembre 2011

Lire Aussi :
Notre article du 29 janvier 2009, Un chanteur inculpé, un policier mis en cause
Notre article du 26 janvier 2009, Les feux d'artifice à l'origine de l'incendie, cinq personnes inculpées
Notre article du 5 janvier 2009, Un rescapé français résidant à Bangkok témoigne

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale