Vendredi 30 octobre 2020

Orbis : "Jusqu’ici la Thaïlande a toujours su rebondir"

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 24/09/2020 à 00:00 | Mis à jour le 24/09/2020 à 04:18
Photo : LPJ Bangkok.com -
Tour-Mahanakorn-Bangkok

Le cabinet d’affaires Orbis est partenaire de longue date de Lepetitjournal.com. Dans le contexte de la crise sans précédent que traverse la Thaïlande, ses experts partagent avec nous leur point de vue

Que pouvez-vous nous dire de ce que vous observez en tant que cabinet juridique francophone en Asie/Thaïlande après plus de six mois de crise du Covid-19 ?

Bien évidemment, cette crise sanitaire et la fermeture des frontières qui a été conséquemment décidée par les autorités locales ont entrainé la suspension de certains projets d’investissements en Thaïlande, dont la création d’entreprises, et la réduction d’activité d’une majorité d’entreprises quel que soit le secteur concerné. Cette crise a également incité certains entrepreneurs étrangers et expatriés, voire même convaincu certains d’entre eux ayant eu des doutes sur leur avenir dans le pays, à rentrer en France. 

Comment vont les affaires pour Orbis et comment votre entreprise a-t-elle traversé ce difficile premier semestre ?

Notre cabinet n’a évidemment pas été épargné par cette crise subissant ce que l’on pourrait qualifier d’effet «domino» suite à la réduction d’activité d’un certain nombre de nos clients et de l’abandon ou report de projets d’implantation qui étaient envisagés pour cette année. Nos interventions ont dû également s’adapter dans un contexte où nous avons été davantage sollicités pour des problématiques de licenciement, de clôture d’activité ou de recouvrement.

Quels aspects de votre activité ont été rendus le plus difficile avec cette crise du Covid-19 et pourquoi ?

Il nous a été rendu difficile de conserver un contact régulier avec certaines administrations (Ministère du Commerce, BOI, etc.), qui ont soit limité leur accès soit temporairement fermé leurs bureaux, et causant des délais supplémentaires dans l’accomplissement de certaines démarches. Les tribunaux ont été également temporairement fermés, retardant les dossiers contentieux en cours. 

Les crises dégagent toujours de nouvelles opportunités, quelles sont celles que vous voyez apparaitre aujourd’hui pour les entrepreneurs et investisseurs étrangers ?

Il est trop tôt pour déceler de réelles opportunités, surtout dans un contexte où il est difficile de présager l’issue de cette crise et les nouvelles mesures qui pourraient être encore décidées par les autorités thaïlandaises. Pour le moment, la plupart des entrepreneurs et PME que nous côtoyons cherchent, avant tout, à minimiser l’impact économique de cette crise. De nouvelles opportunités pourront certainement être envisagées lorsque nous aurons une meilleure visibilité quant à l’issue de cette crise.  

Un certain nombre d’indicateurs économiques et politiques sont au rouge en Thaïlande, que dire aux entrepreneurs et investisseurs pour les rassurer ?

La Thaïlande a connu de nombreuses crises, qu’elles soient économiques ou politiques et le royaume a, jusqu’à présent, toujours su rebondir. Nous pouvons espérer que la résilience des Thaïlandais sera à nouveau mise à contribution et que l’activité commerciale repartira une fois les frontières ouvertes et le retour à une situation ‘normale’.

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Thaïlande

PUBLIREPORTAGE

Placer son capital en tant de crise: le bois d’Agar, vert et rentable

Solution particulièrement intéressante en période de crise, la culture du bois d’Agar ne dépend pas des aléas économiques et le prix de revente au kg de produit fini est fixé contractuellement

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.