Lundi 20 août 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Nouveau scandale dans le fameux temple de Bangkok, le Wat Saket

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 25/05/2018 à 00:00 | Mis à jour le 25/05/2018 à 14:50
Photo : CKasa CC archives - Le Wat Saket, connu des touristes sous le nom de "Golden Mount Temple" avait fait l'objet d'un premier scandale en 2015
scandale temple Thailande Wat Saket Bangkok

Un célèbre temple bouddhiste de Bangkok s'est retrouvé jeudi au coeur d'un nouveau scandale de détournement de fonds, après la découverte de plus de trois millions d'euros sur les comptes en banque de son chef.

Un mandat d’arrêt a été émis contre Phra Promprasit, l’abbé du Wat Saket, connu des touristes sous le nom de "Golden Mount Temple", a indiqué la police mercredi.

"Nous sommes à sa recherche... Nous avons découvert qu'il avait dix comptes en banque sous son nom avec un total de 130 millions de bahts" (3,4 millions d'euros), a expliqué devant la presse Maitri Chimcherd, haut responsable de la police. "Il a été vu pour la dernière fois hier soir dans l'enceinte du temple", a précisé le policier. 

 

Une affaire "très sensible"

Deux autres moines ont été conduits au poste pour interrogatoire et les comptes du principal religieux du temple ont été gelés. "La police va être très attentive sur cette affaire car elle est très sensible," a déclaré le Lieutenant-général Thitirat Nongharnpitak, chef du Bureau central d’investigation.

En 2015, le prestigieux Wat Saket avait déjà été éclaboussé par le détournement du budget colossal des funérailles du patriarche suprême.

L'affaire avait réveillé le débat du contrôle des dons faits aux temples, qui tiennent leur comptabilité en toute opacité. Mais cette promesse de réformer le clergé bouddhiste laisse certains sceptiques, face à la puissance historique des moines dans le royaume.

Des moines dans deux autres temples bouddhistes célèbres de la capitale thaïlandaise sont visés par des enquêtes sur le détournement de millions d'euros de dons du Bureau national du bouddhisme. Les enquêtes sur les ecclésiastiques de haut rang sont choses très sensibles dans un pays à grande majorité bouddhiste.

Tous les hommes thaïlandais doivent, selon les conventions sociales, porter la robe orange quelques jours au moins une fois dans leur vie. Les moines sont très respectés et les temples renommés rassemblent des foules.

Mais le clergé bouddhiste thaïlandais a souffert ces dernières années d’une très mauvaise publicité générée par des successions de scandales en tous genres -sexe, extorsion, drogue, meurtres- qui ont profondément choqué le public.

Une affaire particulièrement retentissante est celle du temple Dammakaya l’an dernier qui avait mobilisé des centaines de policiers pour assiéger puis fouiller pendant des mois le complexe de 400 hectares situé dans la banlieue de Bangkok sans pouvoir mettre la main sur l’abbé Phra Dhammachayo, accusé de complicité dans le détournement de 28 millions d’euros.

0 CommentairesRéagir