MUSEE - Visite aux origines de l'art moderne thaïlandais

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 18/08/2008 à 02:00 | Mis à jour le 03/01/2019 à 06:24
Photo : (Photo Jean-Charles PERROT)
Silpa Bhirasri

Parmi les étrangers qui ont profondément marqué la Thaïlande, Silpa Bhirasri, alias Corrado Feroci, est incontournable. Ce maître italien a occupé une place majeure dans le développement de l'art moderne ici. Il a laissé de nombreux monuments et oeuvres d'art derrière lui et formé plusieurs générations d'artistes. Un musée lui est consacré à Bangkok

Comme pour mieux en montrer l'importance, le musée Silpa Bhirasri est logé dans l'enceinte du département des Beaux-Arts du Ministère de la Culture. Cela souligne, en effet, le rôle essentiel et fondateur du fameux professeur italien dans l'émergence de l'art moderne en Thaïlande.

En entrant ici, le visiteur a le sentiment de pénétrer dans un lieu intime où il assiste en privilégié à un événement plus intime encore: une naissance, la naissance de l'art moderne thaïlandais. Logé dans deux petites pièces, le mémorial Silpa Bhirasri présente aussi bien des ?uvres d'art produites à l'époque où le maître enseignait, que des objets lui ayant appartenu.

Les pièces les plus marquantes du musée sont certainement celles de Fua Haripitak: entre Impressionnisme, Expressionnisme et Cubisme ses portraits de femme reflètent bien la révolution esthétique qui a agité l'art à cette époque. Parmi les autres artistes exposés, on retiendra aussi le travail de Sawatdii Tantisuk et Chalood Nimsamer, deux autres grandes figures incontournables.

Les artistes ont toujours témoigné de ce qu'ils devaient à leur professeur. Entre autres leçons, Silpa Bhirasri a su insuffler à ses élèves un réflexe primordial: la modernité nous oblige à apprendre de l'Autre et c'est dans cet apport extérieur qu'il faut planter ses propres racines.

Célébrer l'esthétique occidentale et exalter le sentiment national

Au début du XXe siècle, en Thaïlande, la mode est aux arts occidentaux. On invite des maîtres européens pour faire le portrait ou fondre dans le bronze les élites du pays. Corrado Feroci était l'un d'entre eux. Professeur à l'université de Florence, il est choisi parmi 200 candidats pour être sculpteur officiel du gouvernement sous le règne du roi Rama VI.

Sa réputation ne cesse de grandir et, en 1933, un an après le coup d'état qui met fin à la monarchie absolue, il est chargé de préparer un curriculum pour l'Ecole des Beaux-Arts. On voulait ainsi former des jeunes artistes thaïlandais aux techniques et à l'esthétique occidentales et exalter le sentiment national.

Au fil du temps, l'école s'affirme et change de structure. En 1943, elle devient l'Université Silapakorn. Cette institution n'a depuis cessé de jouer un rôle central et prédominant dans les affaires artistiques du pays. C'est après la seconde Guerre mondiale que le professeur Feroci acquiert la nationalité thaïlandaise et abandonne son nom pour celui de Silpa Bhirasri. Jusqu'à sa mort en 1962, il ne cesse d'enseigner et d'?uvrer pour la reconnaissance d'un art moderne: il crée l'Exposition Nationale qui se tiendra tous les ans. Ses sculptures (The Victory Monument, The Democracy Monument...) sont encore aujourd'hui des pierres d'achoppement et des repères fondateurs de la nation toute entière. Lire aussi notre article du jeudi 2 août 2007 Démocratie, où est ta Victoire?
Jean-Charles PERROT. (www.lepetitjournal.com/bangkok.html) Lundi 18 août 2008 (rediffusion du 6 mars 2008)

Silpa Bhirasri Memorial
Ouvert de 9h à 16h du mercredi au dimanche (fermé les jours fériés)
Fine Arts Department, contre l'université de Silpakorn, Rattanakosin
Entrée gratuite
Tél: +66 (0)2 223 6162

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale