Un opulent moine blanchisseur d'argent démasqué en Thaïlande

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 02/07/2013 à 22:00 | Mis à jour le 14/10/2021 à 06:13

Le moine thaïlandais scandaleusement riche et démasqué par une vidéo sur You Tube fait l'objet d'une enquête pour blanchiment d'argent.

Le Bureau de lutte contre le blanchiment d'argent (AMLO) mène une enquête sur les activités de Phra Wirapol, ce moine dont le train de vie luxueux a été révélé par une vidéo postée sur You Tube le mois dernier. L'examen de 10 des 16 comptes bancaires du moine montre des transactions financières quasiment quotidiennes et en espèces auprès de plusieurs banques commerciales pour un montant de 200 millions de bahts (5 millions d'euros).

C'est ce qu'a révélé l'AMLO à la presse le mardi 2 juillet en précisant que la loi thaïlandaise oblige les banques à lui signaler toute transaction de plus de 2 millions de bahts. Le directeur adjoint de AMLO Suwanee Sawaengphol précise que "si l'argent a été utilisé pour acheter des voitures ou un avion, ces actifs sont frauduleux et, conformément à la loi sur le blanchiment d'argent, ils seront confisqués même si l'argent provient de dons".

L'AMLO n'a pas pu confirmer encore si le blanchiment d'argent est lié à un trafic de drogues comme l'ont affirmé certains médias. En revanche ce qui semble avéré, c'est que le moine blanchisseur utilisait un projet de construction d'hôpital et un projet de construction d'une grande réplique du Bouddha d'émeraude pour justifier les ouvertures de comptes et détourner l'argent. A l'origine de l'enquête de l'AMLO qu'il avait saisi, le réseau Facebook "contre les actes qui détruisent la nation, la religion et l'institution royale", estime que le patrimoine du moine s'élève à 1 milliard de baths (25 millions d'euros) entre les liquidités, l'or et les terres.

Phra Wirapol, âgé de 34 ans, est le moine supérieur d'un temple de la province de Si Sa Ket. Actuellement en Europe, il a décidé de reporter sine die son retour.

FP jeudi 4 juillet 2013

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale