MANIF - L'aéroport de Bangkok fermé, violences dans la rue

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 26/11/2008 à 01:02 | Mis à jour le 06/03/2019 à 05:29
Photo : Des images de la télévision thaïlandaise montraient deux hommes portant des brassards jaunes tirant avec des pistolets, tandis que d'autres activistes, vêtus de tee-shirts jaunes, s'en prenaient à leurs adversaires à coups de barres de fer
Manifestant arme Thailande

La crise politique en Thaïlande a connu hier une sérieuse escalade avec la fermeture de l'aéroport international de Bangkok et des affrontements entre partisans et adversaires du gouvernement, qui ont fait au moins onze blessés, dont huit par balles

Lire aussi plus bas:
3.000 passagers bloqués à l'aéroport de Bangkok

Explosions ce matin à l'aéroport et en ville : sept blessés

Pour la deuxième journée consécutive, les opposants au gouvernement ont multiplié les actions hier pour paralyser l'activité gouvernementale et faire tomber rapidement le Premier ministre Somchai Wongsawat, A l'aube, environ 10.000 manifestants antigouvernementaux avaient assiégé Don Muang où le gouvernement a aménagé des bureaux temporaires en raison de l'occupation, depuis le 26 août, du complexe abritant les bureaux du Premier ministre. Décidé a éviter autant que possible la confrontation, le gouvernement s'est montré insaisissable, jouant au jeu du chat et de la souris avec l'APD qui a également envoyé des partisans au QG des forces armées. Le porte-parole du gouvernement, Nattawut Saikua, a indiqué que le cabinet était "complètement en état de marche", se gardant toutefois de préciser où celui-ci opérait.

Des centaines de touristes bloqués à Suvarnabhumi

L'opération la plus spectaculaire s'est déroulée dans la soirée lorsque des groupes de manifestants antigouvernementaux ont pris d'assaut le terminal de l'aéroport international Suvarnabhumi alors que le Premier ministre devait atterrir aujourd'hui après avoir participé au Pérou à un sommet des pays de l'Asie-Pacifique (Apec). Un porte-parole gouvernemental a annoncé en fin de journée que l'avion de Somchai n'atterrirait pas à Suvarnabhumi. L'APD a néanmoins poursuivi le mouvement et a rapidement provoqué des embouteillages, les manifestants bloquant des voies d'accès. L'aéroport a été fermé en milieu de soirée pour une période indéfinie, piégeant plusieurs centaines de touristes européens. "Des vols seront redirigés vers Chiang Mai (nord), Phuket (sud) ou d'autres aéroports, mais (Suvarnabhumi) a été fermé à 21H", a précisé une porte-parole de l'autorité chargée des aéroports de Thaïlande (AOT).

Des tirs au pistolet en pleine rue

En ville, des opposants ont ouvert le feu sur des partisans du gouvernement et ont utilisé des barres de fer lors d'affrontements en fin de journée qui ont fait au moins 11 blessés dont huit par balles, selon la police et un hôpital. Les échauffourées se sont produites au milieu de l'avenue Viphavadi Rangsit qui mène à Don Muang, donnant lieu à des scènes de chaos.

Peu avant ces incidents, l'armée avait réaffirmé qu'elle n'avait pas l'intention de s'emparer du pouvoir. "Un coup d'Etat ne peut pas régler les problèmes du pays", a dit le chef de l'armée, le général Anupong Paochinda. Dans l'avion qui le ramenait au pays, le Premier ministre a accusé l'APD de mener une "rébellion". Le vice-Premier ministre Chavarat Charnvirakul a déclaré que le gouvernement était prêt si nécessaire à faire appel à l'armée, mais a lancé un appel au retour du calme dans tout le royaume. "J'ai demandé au chef de l'armée et au chef de la police de nous aider à nous occuper de la situation", a dit M. Chavarat sur la chaîne de télévision NBT contrôlée par l'Etat.

Alors que l'APD semble avoir perdu de son aura auprès des Bangkokois, comme le révèlent des sondages récents ainsi que le nombre limité des manifestants ayant ont répondu à l'appel des leaders pour cette "bataille finale", le blocage de Suvarnabhumi et les violences ces derniers jours devraient décrédibiliser encore davantage le mouvement anti-Thaksin.

Thaksin Shinawatra surfe d'ailleurs déjà sur la vague. Il a affirmé dans une interview au magazine Arabian Business son désir de revenir en politique pour résoudre la crise politique. "Le pays est en train de s'enfoncer. Avec moi à sa tête, je peux ramener rapidement la confiance en Thaïlande. Nous devons trouver un mécanisme qui me permette de revenir, c'est pourquoi je dois vous dire que je reviendrai en politique", a-t-il affirmé. Voir les conseils de prudence de l'Ambassade de France http://www.ambafrance-th.org/ Contact reseignements aéroport Suvarnabhumi +66 (0)2 132 1882;+66 (0)2 132 1888

P.Q. avec AFP mercredi 26 novembre 2008

3.000 passagers bloqués à l'aéroport de Bangkok

Au moins 3.000 passagers étaient bloqués ce matin à l'aéroport international de Bangkok, fermé après avoir été pris d'assaut par des manifestants anti-gouvernementaux, a annoncé le responsable. "Il y a environ 78 vols, en partance ou à l'arrivée, touchés. J'ai été informé par Thai Airways que 3.000 passagers étaient bloqués à l'intérieur du terminal actuellement", a déclaré à l'AFP le directeur de l'aéroport, Saereerat Prasutanont. "Les opérations à l'aéroport Suvarnabhumi sont totalement interrompues depuis 04H00 locales (21H00 GMT mardi) que ce soit sur les vols en partance ou à l'arrivée, après le refus des manifestants de négocier avec personne d'autre que le Premier ministre", a-t-il ajouté. Les voyageurs éc?urés ont dormi dans l'aéroport autour des comptoirs d'enregistrement au milieu des caddies remplis de bagages. Certains manifestants ont également dormi à l'intérieur du terminal. Les passagers ne peuvent quitter le terminal, car les routes d'accès à l'aéroport ont été barrées par des membres de l'APD. La police a estimé à 8.000 le nombre de manifestants qui campent depuis hier à Suvarnabhumi. 1.500 autres seraient en marche pour les rejoindre. En milieu de matinée, les manifestants avaient pris le contrôle total de l'aéroport, les compagnies aériennes devant leur demander la permission pour utiliser les pistes. "L'APD a complètement pris le contrôle de l'aéroport de Suvarnabhumi, par conséquent, les compagnies aériennes qui veulent décoller ou atterrir doivent nous demander directement l'autorisation", a déclaré Chaiwat Sinswuwong, l'un des leaders de l'APD. "Nous avons autorisé un vol pour le Hajj (pèlerinage musulman) à décoller, mais pas les autres?, a-t-il ajouté. Voir les conseils de prudence de l'Ambassade de France http://www.ambafrance-th.org/ Contact reseignements aéroport Suvarnabhumi +66 (0)2 132 1882;+66 (0)2 132 1888

Explosions à l'aéroport et en ville : sept blessés

Une explosion dans l'aéroport international de Bangkok et une attaque à la grenade ailleurs en ville ont blessé au moins sept personnes ce matin, selon les autorités, alors que le sentiment d'impunité grandi au sein des manifestants anti-gouvernementaux. "Au moins deux personnes ont été blessées par l'explosion d'une bombe à Suvarnabhumi ce matin?, a indiqué Petpong Kamchornkitkarn, un responsable des services médicaux. Selon deux télévisions locales, les grenades auraient été lances vers les manifestants et trois personnes auraient été blessées. Quasiment au même moment, une autre attaque à la grenade sur des manifestants restés à Don Muang aurait blessé deux autres personnes, toujours selon Petpong Kamchornkitkarn. Encore trois personnes, des partisans du gouvernement cette fois, auraient été blessées par l'explosion de trois grenades lancées sur une foule de contre-manifestants à l'endroit ou des affrontements la veille au pistolet et barres de fer avaient fait 11 blessés. 

Pierre Queffelec-square

Pierre QUEFFELEC

Pierre Queffélec a fait ses premières armes dans le journalisme à la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il a rejoint lepetitjournal.com l’année suivante avant de prendre la direction du bureau de Bangkok en janvier 2006
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale