TEST: 2238

LESE-MAJESTE - L'ONU "consternée" par des condamnations "disproportionnées"

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 10/08/2015 à 22:00 | Mis à jour le 03/10/2019 à 03:25

 Les Nations unies se sont déclarées mardi "consternées" par les sentences "disproportionnées" prononcées ces derniers mois pour des cas de lèse-majesté en Thaïlande, citant notamment deux condamnations vendredi à 28 et 30 ans de prison, alors que le nombre de poursuites explose depuis la prise de pouvoir par la junte.

"Nous sommes consternés par les peines de prison incroyablement disproportionnées prononcées au cours des derniers mois pour des cas de crime de lèse-majesté en Thaïlande", a déclaré mardi un porte-parole pour les Nations unies dans un communiqué.

--

LIRE AUSSI

7 août 2015
Il écope de 30 ans de prison pour six messages sur Facebook

14 juillet 2015
Prison pour dix membres d'un réseau anti-monarchiste

24 juin 2015
Un homme atteint de troubles mentaux condamné à trois ans de prison

15 juin 2015
La junte interdit un débat au FCCT sur le lèse-majesté

12 mai 2015
Prison ferme pour une femme atteinte de troubles mentaux

2 avril 2015
Un homme d'affaires prend 25 ans de prison pour des posts sur Facebook

11 février 2015
La police thaïlandaise arrête le leader d'un réseau antimonarchiste

30 décembre 2014
Deux jeunes plaident coupable pour leur pièce de théâtre étudiante

5 novembre 2014
Un étudiant prend 30 mois ferme pour un post sur Facebook

18 octobre 2014
Un sexagénaire inculpé pour avoir inscrit des insultes sur le mur des toilettes

21 avril 2014
La pression sociale pousse des parents à dénoncer leur fille

9 mai 2012
Le décès d'Oncle SMS en prison relance la controverse

28 novembre 2011
Facebook appelé à protéger la monarchie

 

L'ONU a notamment évoqué les deux dernières condamnations, parlant des plus "sévères peines" infligées depuis 2006 quand les Nations unies ont commencé à suivre les procès pour lèse-majesté.

Le 7 août, un homme a été condamné à 30 ans de prison et une femme à 28 ans après avoir publié plusieurs messages sur Facebook jugés insultants pour la famille royale.

La monarchie thaïlandaise est protégée par une des lois de lèse-majesté les plus sévères du monde, ayant pour conséquence une importante autocensure des médias, y compris étrangers.

Et depuis le coup d'Etat de mai 2014, les poursuites et condamnations pour lèse-majesté sont en constante augmentation.

Selon iLaw, une organisation locale de défense des droits de l'homme qui suit les affaires de lèse-majesté, il y avait seulement deux cas de poursuites pour lèse-majesté à la veille du coup d'Etat. Le nombre d'affaires en cours actuellement est d'au moins 56.

Les militaires au pouvoir ont fait de la lutte contre le crime de lèse-majesté leur cheval de bataille, dans un contexte de grande incertitude liée à la succession du roi.  

La vive condamnation onusienne intervient alors que le roi Bhumibol Adulyadej est hospitalisé et soigné pour une infection à la poitrine et une hydrocéphalie, d'après un communiqué du palais publié lundi.

Le roi est présenté comme un demi-dieu et le bienfaiteur de la nation depuis des décennies. Il est de fait perçu aujourd'hui comme le ciment d'une nation très divisée.

L'ONU se dit également "alarmée par l'aggravation des difficiles conditions de détention" et par le fait que "les tribunaux militaires ne respectent pas les normes internationales des droits humains, notamment le droit à un procès équitable".

"Nous appelons à la libération immédiate" de toutes les personnes en "détention préventive prolongée pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression", ajoute l'ONU, qui demande une modification de la loi.

"Le discours impitoyable de la junte pour protéger la monarchie encourage les cyber-justiciers à traquer les suspects de crime de lèse-majesté. C'est un triste constat quand des civils sont emprisonnés pour des décennies pour avoir simplement exprimé leurs opinions", estime Andrea Giorgetta de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

La loi prévoit que n'importe qui peut déposer plainte pour lèse-majesté et la police se doit d'enquêter.

Lire aussi l'article du Monde.fr En Thaïlande, le crime de lèse-majesté ne connaît pas la crise

 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale