LESE-MAJESTE – 15 ans de prison pour la militante rouge Da Torpedo

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 19/12/2011 à 00:00 | Mis à jour le 12/08/2020 à 08:58

Daranee Charncherngsilapakul, membre des Chemises rouges, a été condamnée jeudi à 15 ans de prison pour insulte à la famille royale.

Surnommée Da Torpedo pour la virulence de ses propos, l'ancienne journaliste était jugée pour des discours, considérés comme offensant la monarchie, tenus lors de manifestations pro-Thaksin, en 2008. "La Cour criminelle a décidé de la condamner à trois peines de cinq ans de prison pour avoir commis l'infraction à trois reprises, a indiqué son avocate, Prawais Prapannugool. Elle a dit qu'elle ne ferait pas appel car elle a perdu toute confiance dans le système judiciaire". Da Torpedo devrait en revanche demander le pardon royal l'an prochain. La militante avait été condamnée à 18 ans de détention en 2009 mais elle avait obtenu l'annulation de son procès jugé illégal car celui s'était déroulé à huis clos.

Les condamnations pour lèse-majesté se sont multipliées ces dernières semaines. Fin novembre, un grand-père de 61 ans a été condamné à 20 ans de prison pour avoir envoyé quatre SMS jugés insultants pour la monarchie. Et la semaine dernière, un Américain d'origine thaïlandaise a été condamné à 30 mois de détention pour avoir traduit une biographie interdite du roi avant de la publier sur son site. Mercredi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a tenté de désamorcer la polémique en affirmant que la loi n'avait pas pour but de réduire les droits de la population à la liberté d'expression, ni l'exercice légitime de la liberté universitaire. Mais le même jour, le vice-Premier ministre en charge de la sécurité a dévoilé un système de surveillance sur Internet dont le budget est estimé à 400 millions de bahts. 200 membres du mouvement nationaliste Siam Sammakkhi (Siam uni) ont manifesté samedi devant l'ambassade des Etats-Unis à Bangkok, reprochant à l'ambassadrice des Etats-Unis, Kristie Kenney, ses propos critiquant les dernières décisions judiciaires concernant la lèse-majesté.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale