Les Thaïlandais sont-ils Bouddhistes, animistes ou les deux ?

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 30/07/2006 à 00:01 | Mis à jour le 19/04/2022 à 04:49
Photo : LPJ Bangkok.com -
Moines_Tamboon-740

Entre "phis ", gris-gris et autres cultes des génies, il nous est souvent difficile de déterminer en Thaïlande où commence le bouddhisme et où il s'arrête. Mais pour une majorité de Thaïlandais, ce n'est pas un problème : tout cela relève d'une seule et même religion

Tout nouvel arrivant en Thaïlande remarque très vite une profusion d'idoles, rites et superstitions en tous genres. Et, dans un pays qui se dit bouddhiste à plus de 90%, on est naturellement amené à chercher un lien avec l'enseignement du Bouddha. Tout un programme !

Nombres de pratiques ici relèvent en effet davantage de l'animisme ou de la magie que de la voie du juste milieu.

Pour autant, la plupart des Thaïlandais n'y voient là que bouddhisme.

Entre bouddhisme à la lettre...

C'est que la différence est grande entre le Livre et la réalité du commun des mortels.

En effet, l'enseignement du Bouddha suppose ici (i.e. selon le bouddhisme dit "theravâda") l'état monastique pour être pleinement compris, suivi comme il se doit, et éventuellement mener au Nirvana. Aux laïcs, il conseille juste une vie simple, la générosité envers les moines et l'obéissance aux préceptes, leur laissant l'espoir d'une meilleure renaissance.

Pas vraiment là de quoi répondre aux soucis du quotidien comme assurer une bonne récolte, échapper aux "phis" (fantômes, esprits malfaisants) ou encore gagner à la loterie !

...et bouddhisme populaire

Pourtant, si toute grande religion promet bonne fortune après le trépas, elle doit aussi s'intéresser au salut de ses fidèles dans leur vie présente.

C'est pourquoi, pour prospérer en tant que religion, le bouddhisme a dû s'ouvrir davantage aux préoccupations des masses.

Et, s'implantant dans une région animiste, il en a donc admis les diverses croyances comme l'observait en 1972 le Père Marcel Zago dans ses travaux sur le bouddhisme lao : "Le bouddhisme se désintéresse du monde présent, il a besoin de l'animisme qui lui s'en occupe, écrivait-il. Le Bouddhisme peut délivrer des angoisses essentielles tandis que l'animisme modifie le présent et intervient dans le monde actuel. Par le bouddhisme, les [hommes] cherchent une voie de salut hors de la vie ; par l'animisme le bonheur et la santé dans la vie."

Le bouddhisme vit donc en bonne intelligence avec d'autres croyances pour former un culte syncrétique plus proche des attentes populaires.

Néanmoins, si pour beaucoup de Thaïlandais, il s'agit d'un tout, pour d'autres, souvent dans les couches plus aisées et éduquées de la population, la différence entre ce qui relève du bouddhisme ou non est souvent plus évidente, même si la pratique de rituels animistes ou de magie se trouve partout.

Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale