Samedi 8 mai 2021

Les autorités thaïlandaises mettent en garde contre le coup de chaleur

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 14/04/2019 à 00:00 | Mis à jour le 15/04/2019 à 02:43

Alors que le mercure monte en flèche dans plusieurs régions de Thaïlande, les autorités sanitaires appellent à la vigilance surtout les touristes car pour les organismes peu habitués, le coup de chaleur n’est jamais très loin 

Le Département de la lutte contre les maladies (DDC) a appelé dimanche la population à prendre garde aux coups de chaleur, alors que le thermomètre affichait 42 degrés dans les provinces de Tak et Lampang samedi, et avoisinait les 38-40 degrés sur une bonne partie du pays. 

Cité par The Nation, le directeur général du département, le Dr Suwanchai Wattanayingcharoen, rappelle que ces dernières années, la Thaïlande a enregistré plusieurs dizaines de décès par coup de chaleur – 60 morts notamment en 2016, année record de chaleur. 

Les symptômes du coup de chaleur -ou insolation- comprennent notamment une température corporelle extrêmement élevée jusqu'à 41°C, une peau sèche, rouge et chaude, une respiration et un pouls rapides, de l'anxiété, des hallucinations, des convulsions et une éventuelle perte de connaissance.

Le Dr Suwanchai conseille d’éviter tout exercice physique ou activité au soleil sur une période prolongée ainsi que les endroits chauds et mal ventilés. Il préconise de boire 8 à 10 verres d'eau par jour, de porter des vêtements bien ventilés et déconseille de boire de l'alcool.

Il souligne que les personnes particulièrement exposées au coup de chaleur sont les enfants, les personnes âgées, les personnes souffrant d’obésité ou de maladies chroniques telles que l'hypertension, les gens n’ayant pas assez dormi et les alcooliques et autres gros buveurs. 

Le numéro d’urgence du DDC est le 1422

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Rio de Janeiro Appercu

Rio de Janeiro: scène de guerre dans la favela du Jacarezinho

25 morts dont 1 policier : c’est de loin l’opération la plus meurtrière menée par la police civile de l’État de Rio de Janeiro dans une favela. Une opération normalement interdite par la Cour Suprême.