Lundi 9 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le Temple aux tigres impute la mort des félins évacués aux autorités

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 16/09/2019 à 15:48 | Mis à jour le 16/09/2019 à 21:06
Photo : REUTERS / Chaiwat Subprasom - Un tigre sous sédatifs git dans une cage alors que des fonctionnaires commencent à évacuer les félins hors temple Wat Pa Luang Ta Bua, dans la province de Kanchanaburi, le 30 mai 2016.
Tigre-Temple-Thailande-

Le Temple aux tigres, attraction touristique très critiquée en Thaïlande, a accusé lundi le gouvernement de la mort de dizaines de ses tigres saisis par les autorités en 2016, contredisant les comptes-rendus officiels selon lesquels les grands félins seraient morts de maladies favorisées par une déficience immunitaire due à la consanguinité.

Le temple bouddhiste situé dans la province de Kanchanaburi, à l'ouest de Bangkok, était jusqu’en 2016 un haut lieu touristique où les visiteurs prenaient des photos avec des tigres adultes et des bébés nourris au biberon jusqu'à ce que la pression internationale contre le trafic d'espèces sauvages incite les autorités à confisquer 147 tigres en mai et juin 2016.

Depuis lors, cependant, 86 des animaux vivant dans deux réserves gérées par l'État ont succombé à des déficiences immunitaires dues à la consanguinité, ce qui les a rendus vulnérables aux maladies mortelles, ont déclaré les autorités en charge de la faune sauvage.

Le gardien du temple a contesté cette version lundi. "Ils ne sont pas morts à cause de leur consanguinité", a déclaré Athithat Srimanee à Reuters.

"Lorsqu’ils ont perquisitionné le temple il y a trois ans, ils n'ont pas parlé d'infection, ce n'est donc rien de plus qu’un jeu de blâme", a-t-il déclaré, accusant les autorités de garder les animaux dans des cages étroites.

"Au temple, malgré notre manque de connaissances académiques, nous avons usé de bonté, les tigres vivaient dans de grands espaces et non dans des cages."

En dépit de la perquisition de 2016 et des allégations selon lesquelles il aurait eu des liens avec le trafic d'espèces sauvages, le temple - officiellement nommé Wat Pa Luang Ta Bua - demeure une attraction touristique sous la forme d’un sanctuaire animalier privé qui donne la possibilité aux gens de nourrir des animaux gratuitement. Le temple a nié tout lien avec le trafic d'animaux.

Il abrite actuellement 400 cervidés, plus de 300 paons, un lion et plusieurs autres animaux qui sont légalement sous sa garde.

Les autorités thaïlandaises ont réaffirmé lundi que les tigres étaient bien soignés dans les sanctuaires gouvernementaux et qu'ils avaient attrapé des maladies telles que le virus de la maladie de Carré ou la paralysie laryngée parce que la consanguinité avait détruit leur système immunitaire.

"Il y avait six tigres (à l'origine au temple) et plus tard, ils sont devenus 147 ou même plus, il y a donc toujours eu des risques, et aussi nous avons constaté que leur santé n'était pas bonne au début", a déclaré lundi Pattarapol Maneeorn, vétérinaire pour le département des parcs nationaux, de la conservation de la vie sauvage et des plantes.

"Leurs gènes ont affaibli leur corps et les ont rendus vulnérables au risque d'infection", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.
 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir