TEST: 2238

KOH SAMUI - Un touriste tué par un éléphant

Par Agence France Presse | Publié le 01/02/2016 à 23:00 | Mis à jour le 07/07/2021 à 05:49

Un touriste britannique a été tué par un éléphant à Koh Samui mardi, un accident qui relance les critiques contre une industrie du tourisme peu respectueuse du bien-être animal.

Gareth Crowe, un touriste britannique a été tué par un éléphant à Koh Samui. L'homme âgé de 36 ans était juché sur le dos de l'animal avec sa fille quand l'éléphant les a soudainement renversés.

"Nous pensons que l'éléphant a été énervé par des températures élevées, et qu'il n'était pas habitué à son cornac", a expliqué Paiboon Omark, chef de la police du district de l'île de Samui.

D'après Paiboon, l'homme portait une prothèse de la jambe et n'a pas réussi s'enfuir face au pachyderme en colère.

Sa fille et le cornac, un Birman, ont tous deux été blessés, mais sont hors de danger.

L'ambassade britannique a annoncé qu'elle était au courant de l'incident et qu'une assistance allait être fournie à la famille.

Ce n'est pas la première fois qu'un incident du genre se produit. En août dernier un éléphant avait tué son cornac avant de s'enfuir dans la jungle avec trois touristes chinoises terrifiées sur son dos.

Deux mois plus tard, un homme qui dînait sur une plage avait été tué par un éléphant avec lequel son cornac était venu faire la manche.

La Thaïlande compte environ 4.000 éléphants domestiques, contre 2.500 dans la nature. Malheureusement trop souvent utilisés comme attractions touristiques, les associations de défense pointent régulièrement l'exploitation, souvent illégale, des animaux en Thaïlande.

Plusieurs associations ont rencontré des responsables du gouvernement Thaïlandais ce mercredi pour discuter des problématiques concernant la protection et le bien-être des animaux sauvages.

Edwin Wiek, directeur du Wildlife Friends of Thailand a ainsi confié à l'AFP que selon lui, "les éléphants mâles ne devraient pas se retrouver dans l'industrie du tourisme, ils sont trop souvent imprévisibles voire agressifs, tout particulièrement en période de reproduction".

AFP  mardi 2 février 2016
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale