JUSTICE – Du nouveau dans l'affaire des bijoux saoudiens disparus

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 14/01/2010 à 01:00 | Mis à jour le 09/04/2019 à 11:52

Les autorités thaïlandaises ont inculpé mardi le Commandant de police de la région nord, Somkid Boonthanom, et quatre autres officiers, du meurtre d'un businessman dans l'une des affaires les plus mystérieuses de Thaïlande concernant la disparition de bijoux de la famille royale saoudienne en 1989.

"Somkid et quatre complices ont été mis en accusation pour meurtre prémédité, détention illégale et dissimulation d'actes répréhensibles", a déclaré lundi Thanapich Mulapruk, haut fonctionnaire au bureau du procureur général. Les cinq suspects ont nié les accusations et ont été libérés sous caution. La date d'ouverture du procès a été fixée au 29 mars. L'affaire remonte à 1989 lorsqu'une concierge thaïlandaise avait volé des bijoux d'une valeur de 20 millions de dollars dans le palais saoudien où elle travaillait, avant de les ramener en Thaïlande. La police avait retrouvé la plupart des joyaux, mais une partie du butin restitué s'était avéré être des contrefaçons, et certains objets étaient manquants. Les saoudiens avaient alors fait pression sur les autorités pour retrouver la totalité des bijoux. Peu de temps après, trois diplomates saoudiens avaient été tués dans deux accidents, la même journée. L'acte d'accusation reproche ainsi aux cinq hommes d'avoir détenu dans un hôtel un businessman saoudien parent du défunt roi Faisal, al-Ruwaily, et de l'avoir torturé et abattu, car ils pensaient que ce dernier était impliqué dans le meurtre des diplomates. Les relations entre les deux pays ont été fortement refroidies depuis le début de cette affaire.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale