Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FORMULE 1 À BANGKOK — La chicane du Monument de la Démocratie

Par Eric DESEUT | Publié le 02/05/2013 à 22:00 | Mis à jour le 16/03/2019 à 04:30
Photo : Plengsak [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]
Democracy_Monument_4Plengsak [CC BY-SA 3.0]

Le tracé du grand prix de Formule 1 annoncé pour 2015 fait la part belle aux attractions touristiques de la capitale thaïlandaise au détriment des capacités sportives des bolides. Une surprise de dernière heure n'est pas à exclure

Le tracé du circuit dévoilé vendredi dernier par les organisateurs thaïlandais passe scrupuleusement en revue les attractions touristiques phares de Bangkok -du Grand Palais au Monument de la Démocratie tandis que les stands pourraient être installés le long de la rivière Chao Phraya. Ces cartes postales sont promises à une diffusion exceptionnelle tant les grands prix de Formule 1 bénéficient d'une large couverture médiatique.

Pour autant l'attrait purement sportif de ce circuit long de 5.995 kilomètres apparait discutable. Il comprend beaucoup de virages en équerre ou en épingle ainsi qu'une chicane pour contourner le monument de la Démocratie. Les grandes courbes rapides favorisant les performances des bolides du XXI° siècle sont presque inexistantes. Le tracé est proche de celui concocté pour un grand prix qui devait se tenir en 1939. Le second conflit mondial avait eu raison du rêve du prince Birabongse Bhanutej Bhanubandh, gentleman driver et instigateur du projet. Et il a fallu attendre 2010 pour que le champion de l'écurie Red Bull Mark Webber exécute quelques tours de roue sur le site en guise de démonstration. Par ailleurs le choix d'une course nocturne évoque une rivalité à peine déguisée avec l'un des deux grands prix actuellement disputés en Asie du Sud est. Singapour propose aussi une course sous les lumières artificielles tandis que Sepang fait confiance à la lumière naturelle malaise.

Les représentants de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA) ont effectué une visite en Thaïlande au début de l'année, mais se sont abstenus de tout commentaire. En dernier ressort la piste devra satisfaire aux critères de sécurité. Or les Bangkokois n'ont pas oublié le récent fiasco du Championnat du monde de football en salle. Le déroulement de cette compétition avait été bouleversé à la dernière minute lorsque la Fédération internationale de football (FIFA) avait finalement refusé d'homologuer le stade spécialement construit pour l'occasion. Une issue funeste que les résidents des quartiers concernés pourraient souhaiter, car leur vie promet d'être bouleversée pendant plusieurs semaines quand les installations seront montées puis démontées dans le chaos des embouteillages. Poteaux électriques déplacés, revêtement à refaire, canalisations déplacées : le coût réel du spectacle reste incertain.

En revanche le montant des droits d'organisation est connu. Il représente une enveloppe de 27 millions de dollars qui sera assumée à 60% par l'État. Le budget sera complété par des sociétés privées. Au premier rang figure l'emblématique Red Bull présentée comme la cheville ouvrière du projet. La société est contrôlée par la famille Yoovidhya dont l'héritier s'est récemment distingué en procédant à l' essai sauvage de sa Ferrari sur l'avenue Sukhumvit. Cette performance avait coûté la vie à un policier motocycliste.

Si la Fédération Internationale de l'Automobile et les inspecteurs du pape de la Formule 1 Bernie Ecclestone finissaient par décréter le tracé non conforme, les Thaïlandais disposent d'une solution alternative certes moins glamour en proposant un circuit dans les banlieues de Muang Thong Thani ou Chang Wattana. Il convient de patienter jusqu'en octobre 2014 pour disposer d'une certitude. C'est alors que les instances gouvernant la Formule 1 détermineront fermement le calendrier 2015.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet