Football: Leicester City gagne du terrain parmi les fans thaïlandais

Par AFP | Publié le 05/03/2016 à 23:00 | Mis à jour le 29/10/2018 à 03:58
Leicester City en Thailande

Passé des tréfonds de la Premier League au sommet du classement du Championnat anglais, Leicester City a désormais des admirateurs loin de ses terres, y compris en Thaïlande, pays du propriétaire du club des Midlands.


Leaders du championnat le plus regardé au monde, les Foxes sont en effet la propriété du milliardaire Vichai Srivaddhanaprabha, qui a bâti son empire grâce à des magasins de duty free.

Le récent succès de Leicester est l'une des plus grosses surprises de l'histoire moderne du football anglais. Il y a sept ans, le club évoluait en troisième division, et nombre de ses joueurs vedettes végétaient il y a encore peu dans des divisions inférieures ou dans des équipes peu connues.

Cette success-story commence à faire vibrer les supporteurs de foot qui se comptent par milliers en Thaïlande. Et si les maillots les plus vendus restent ceux de Manchester United et de Liverpool, les Foxes commencent à tirer leur épingle du jeu.

"Cette année, les gens pensent qu'ils vont remporter le titre, donc ils ont les yeux tournés vers eux. Nous avons vendu tous leurs maillots. On nous en demande mais nous n'en avons plus", explique le directeur de l'un des plus grands magasins d'équipement de foot de Bangkok.

- Un propriétaire très discret -

Mais il faudra encore un peu de temps avant que les noms des joueurs de l'équipe soient réellement connus au Pays du sourire.

Sur les terrains de foot de la capitale, bondés en soirée quand la température descend enfin, et dans les centaines de bars qui retransmettent les matchs de Premier League, le bleu de Leicester est encore rarement visible.

Entre deux tirs, Kittideht Jirawattanakan confie avoir suivi l'ascension des Foxes, mais "je ne connais pas vraiment les joueurs", avoue-t-il. "Je sais que l'équipe appartient à des Thaïlandais. Ils jouent avec beaucoup de passion et ils sont en ce moment en pleine ascension".

Si le club est encore peu connu, c'est notamment parce que Vichai Srivaddhanaprabha, très discret, n'a pas fait beaucoup de publicité autour de son équipe dans son pays d'origine. Tout l'inverse de la stratégie adoptée par d'autres milliardaires thaïlandais dans son cas, qui ont mis en place de vraies campagnes de relations publiques pour promouvoir l'image de leurs clubs.

De nombreux Thaïlandais, qui aiment regarder le foot mais aussi parier sur les matches, restent également fidèles à leur premier club de coeur.

- Une image brouillée -

Le rachat de Leicester par Vichai Srivaddhanaprabha date de 2010, deux ans après la revente de Manchester City par l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, aujourd'hui en exil.

Après quelques faux départs, le club a rejoint les sommets de la Premier League, suscitant soudain l'intérêt des Thaïlandais.

"L'équipe a de plus en plus de fans grâce à ses performances et ses succès", estime Bigjah Satit Krikul, le plus célèbre commentateur de foot du pays. "Ce sera un exploit s'ils gagnent le championnat, alors qu'ils n'étaient qu'une équipe moyenne la saison dernière".

En parallèle de cette ascension anglaise, Vichai Srivaddhanaprabha est en train de devenir un élément important du milieu du football en Thaïlande, après l'élection de l'un de ses amis à la tête de la Fédération. Son club est également pressenti pour sponsoriser la création d'un centre de formation national.

Un sacre en Premier League serait l'étincelle qui permettrait à Leicester de réellement emporter l'adhésion d'un grand nombre de fans. Reste qu'à l'avenir, les Foxes devront faire attention à leur image, car la dernière tournée du club dans le pays, au printemps 2015, n'avait pas laissé un souvenir très flatteur.

Après ce séjour, le club avait dû licencier trois de ses joueurs qui avaient tourné une "sex-tape" avec plusieurs Thaïlandaises, sur laquelle on les voyait proférer des insultes racistes envers les Thaïlandais.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale