TEST: 2238

En attendant la pluie, la sécheresse continue de sévir en Thaïlande

Par Catherine Vanesse | Publié le 01/03/2016 à 23:00 | Mis à jour le 24/07/2019 à 02:48
Photo : Catherine Vanesse
secheresse-Thailande

La Thaïlande fait face cette année à sa pire sécheresse depuis 10 ans, voir même depuis 50 ans, loin de n'affecter que la production de riz, c'est tout le pays qui est touché et qui pourrait même voir les festivités pour Songkran être annulées.

Depuis la fin de la saison des pluies en octobre dernier, les autorités ont averti la population que le pays devrait faire face à l'une de ses pires sécheresses en demandant, entre autre, aux agriculteurs de ne pas avoir de seconde récolte de riz. Fin janvier, le gouvernement tout en recommandant une utilisation responsable des ressources en eau se voulait rassurant, le situation début mars, en plein milieu de la saison sèche, semble de plus en plus préoccupante.

Actuellement, 15 provinces sont plus fortement affectées par la sècheresse : Chiang Mai, Phayao, Sukhothai et Uttaradit dans le nord; Buri Ram, Maha Sarakham, Nakhon Phanom et Nakhon Ratchasima dans le nord-est; Kanchanaburi, Phetchaburi, Suphan Buri, Ayutthaya, Nonthaburi et Pathum Thani dans le centre; et Sa Kaeo dans l'est.

L'agriculture, première victime

"Il importe de prioritiser les besoins. En premier lieu, il faut garder de l'eau pour la consommation quotidienne de la population et maintenir un niveau minimum dans les rivières et bassins pour préserver l'éco-système. Ce n'est qu'après ces deux choses qu'on peut fournir de l'eau pour le secteur de l'agriculture et de l'industrie. Malheureusement, c'est le secteur de l'agriculture qui est le plus demandeur en ressource d'eau" explique Nirut Koonphol, directeur de la coopération internationale au Ministère des Ressources Naturelles et de l'Environnement.

Les prévisions annoncent déjà une réduction de la production de riz de 16%, on passerait ainsi de 19,8 millions de tonnes de riz à 16,5 millions, dont 9 millions de tonnes pour l'exportation. Il n'y a pas que la production de riz qui est appelé à diminuer en 2016 mais aussi le caoutchouc et l'aquaculture de poissons.

Le secteur de la production de cannes à sucre n'est pas épargné non plus puisque les récoltes pourraient être inférieures à 100 millions de tonnes, la plus faible production depuis 2011. Un déficit qui pourrait perdurer l'année prochaine. "La sécheresse a durement affectée les champs et la qualité des cannes à sucre cette année, la récolte aura lieu deux semaines plus tôt que prévu" selon Montri Vissanupornprasit, Secrétaire général de la Fédération des planteurs de cannes à sucres du Nord-Est, au Bangkok Post

Quelles solutions ?

"Le défi pour la Thaïlande, ce n'est pas qu'il n'y a pas assez d'eau, c'est plutôt de gérer cette eau" explique Dr Lebel, directeur de recherches sociales et environnementales à l'université de Chiang Mai. "En sous-sol, les réserves sont énormes mais il faut aussi penser à remplir à nouveau ses nappes phréatiques".

"Le secteur industriel utilise principalement l'eau sous-terraine, pour la distribution de l'eau du robinet, on garde cette solution en dernier pour des raisons de coûts. Le gouvernement a prévu de creuser près de 4300 puits supplémentaires qui s'ajoutent aux 20.000 existants? précise Nirut Koonphol.

Du côté de Nong Khai, des pompes à eau vont être installées sur le Mékong afin de pomper directement l'eau de la rivière pour continuer d'irriguer les champs et assurer une réserve d'eau pour la consommation des ménages selon le National News Bureau of Thailand

Parmi les autres mesures ajoute Sansern Kaewkamnerd, porte-parole du Gouvernement, celui-ci prévoit depuis le 1er mars, d'utiliser la technique d'ensemencement des nuages dans les provinces de Chiang Mai, Phitsanulok, Nakhon Sawan, Kanchanaburi, Udon Thani, Nakhon Ratchasima, Chanthaburi, Prachuap Khiri Khan et Surat Thani.

Une technique de modification du climat qui consiste à relâcher différents aérosols dans des nuages afin d'augmenter la condensation de la vapeur d'eau en eau liquide disponible et ainsi augmenter ou diminuer le nombre et la taille des gouttelettes qui s'y trouvent. Dans le cas de la Thaïlande, il s'agit de provoquer plus de précipitations.

Enfin, dans les dernières mesures, le Premier Ministre Prayut Chan-o-cha a invité la population a utiliser l'eau du robinet avec parcimonie ainsi qu'à revenir à une version plus traditionnelle de Songkran et à ne pas gaspiller l'eau durant les festivités du nouvel an bouddhiste mi-avril.
 

Catherine VANESSE mercredi 2 mars 2016

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale