TEST: 2238

DROITS DE L'HOMME – La Thaïlande "dans la spirale de la répression", selon Amnesty International

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 10/09/2014 à 22:00 | Mis à jour le 06/01/2020 à 14:22

Cent jours après le coup d'état, l'organisation de défense des droits humains demande aux autorités de Bangkok de mettre un terme aux violations des libertés fondamentales.
 
Dans son rapport rendu public jeudi 11 septembre, Amnesty International (AI) dénonce les centaines d'arrestations arbitraires, les récits de torture et de mauvais traitements, les restrictions des droits à la liberté d'expression et les procès iniques devant des tribunaux militaires. "Nos recherches révèlent des violations généralisées des droits humains commises par le gouvernement militaire", déclare Richard Bennett, directeur du programme Asie-Pacifique d'AI.

Après 6 mois de manifestations ayant entraîné la mort de 27 personnes, l'armée avait pris le pouvoir le 22 mai dernier pour assurer un retour de la stabilité. Mais pour AI "les considérations de sécurité ne peuvent justifier les violations à grande échelle qui ont été perpétrées".

Le titre du rapport d'AI, "Attitude adjustment" (Réajustement de l'attitude) renvoie au projet de la junte militaire d'arrêter les gens pour "réajuster" leur attitude. L'organisation estime à 571 le nombre de personnes ayant été convoquées et/ou détenues par les autorités depuis le coup. Politiciens, académiciens, activistes, journalistes ont été incarcérés jusqu'à sept jours, sans inculpation, ni procès, ni possibilité de consulter un avocat. AI évoque également les détentions au secret, les passages à tabac et les simulacres d'exécution.

Selon Richard Bennett, "les autorités doivent mettre un terme à ces pratiques inquiétantes de répression et de violations des droits fondamentaux".

Dans sa réponse à ce rapport, le gouvernement thaïlandais affirme qu'AI "échoue à reconnaître les besoins pressants du moment pour ramener à la normale une situation d'urgence". Les autorités estiment les mesures prises nécessaires et proportionnées au besoin de préserver la sécurité
P.P.  vendredi 12 septembre 2014

L'HUMANITE - La Thaïlande, pays du sourire… contraint (11/09/2014)
La junte a-t-elle lu Robespierre ? On la savait peu amatrice de George Orwell, dont les extraits de 1984 déclamés par les militants sur les passerelles de Bangkok, la mettaient dans une colère noire. Après le coup d'Etat de mai dernier, les généraux entendaient pourtant « ramener le bonheur » en Thaïlande mais leur pratique du pouvoir les éloigne de la conception du bonheur élaborée par le Révolutionnaire français : contre la loi martiale, contre l'esclavage et pour le suffrage universel sans condition de fortune
Lire la suite

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale