Deux militants thaïlandais choisissent la prison plutôt que la caution

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 04/09/2020 à 01:22 | Mis à jour le 04/09/2020 à 02:03
Photo : REUTERS / Soe Zeya Tun - Anon Nampa arrive au tribunal à Bangkok avant sa mise en détention provisoire, le 3 septembre 2020
Anon-Nampa-Prison

Deux militants politiques thaïlandais ont été placés en détention provisoire jeudi, a déclaré leur avocat, après qu'un tribunal a estimé qu'ils avaient violé les conditions de leur liberté sous caution alors qu’ils faisaient l’objet d’accusations pour des manifestations antigouvernementales.

L'avocat des droits de l'homme Anon Nampa, 36 ans, et le militant étudiant Panupong Jadnok, 24 ans, avaient été les tout premiers d’une liste d’une douzaine de militants antigouvernementaux arrêtés -puis relâchés- ces dernières semaines pour des manifestations organisées en juillet.

Jeudi, ils ont été envoyés au centre de détention provisoire de Bangkok sur le jugement du tribunal qui a estimé que leurs activités politiques depuis leur libération le 8 août enfreignaient leurs conditions de mise en liberté sous caution.

Un peu plus d'une douzaine de manifestants anti-gouvernementaux, parmi lesquels des étudiants et des musiciens, ont été accusés récemment d'incitation au trouble de l’ordre public et d'infraction aux règles sur les rassemblements publics dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus, après avoir pris part à un rassemblement le 18 juillet.

L'avocat d'Anon Nampa, Weeranan Huadsri, a souligné que les deux hommes ont été envoyés en détention préventive parce qu'ils ont refusé de verser une nouvelle caution, arguant qu'ils avaient respecté leurs conditions de mise en liberté sous caution.

"La cour n'a pas empêché le dépôt d'une nouvelle caution, mais Anon et Panupong ont insisté sur le fait qu'ils n'avaient pas violé les conditions du tribunal", a déclaré à Reuters Weeranan Huadsri, ajoutant qu'ils pouvaient être détenus jusqu'à 48 jours.

Tous deux ont participé à plusieurs manifestations anti-gouvernementales qui ont eu lieu à un rythme quasi quotidien entre la mi- juillet et fin août pour appeler à la fin de l'influence militaire sur la politique et la démission du Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha, arrivé au pouvoir par un coup d'État en 2014 avant de se faire élire l’an dernier à l’issue d’élections controversées.

Anon Nampa fait par ailleurs partie d'un certain nombre d'activistes qui ont lancé publiquement un appel très courageux à des réformes de la monarchie, sujet extrêmement en Thaïlande depuis plusieurs décennies.

Un groupe étudiant prévoit une manifestation majeure le 19 septembre, qui sera le 14e anniversaire du coup d’Etat de 2006 contre le gouvernement du Premier ministre Thaksin Shinawatra.

"Mon rôle hors de la prison est arrivé a son terme, et je voulais tout parier pour le changement", a déclaré Anon sur Facebook avant d'être envoyé en prison.

"Que mon emprisonnement d'aujourd'hui soit le récépissé du harcèlement contre le peuple. Le 19 septembre 2020, allez le reprendre."
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale