En Thaïlande, les produits dérivés du cannabis font un carton

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 28/07/2022 à 03:01 | Mis à jour le 05/08/2022 à 04:13
Photo : REUTERS/Soe Zeya Tun - Les produits à base de cannabis ont la cote en Thaïlande
Produit-derive-cannabis-Thailande

Depuis que la Thaïlande a dépénalisé le cannabis cette année, les entreprises et les produits dérivés de la plante fleurissent un peu partout, du dentifrice, au thé, en passant par les en-cas

Après être devenu en 2018 le premier pays d'Asie du Sud-Est à légaliser la marijuana à des fins médicales et de recherche, la Thaïlande a dépénalisé le mois dernier l’utilisation et le commerce de toutes parties de la plante pour le commun des mortels - à quelques exceptions près.

Comme si les Thaïlandais étaient silencieusement installés sur les starting-blocks depuis des mois, près à bondir, le retrait le 9 juin du cannabis de la liste de stupéfiants a été suivi par une vague d’ouverture de commerces de détail dédiés à la plante et une explosion de la consommation.

De même, nombres d’entreprises existantes, du simple vendeur de rue à l’industrie cosmétique, ont également décidé de tirer profit de cette nouvelle manne en proposant des produits dérivés, mettant du cannabis dans le dentifrice, le thé, le savon ou encore les en-cas.

Bien dormir, soulager les gencives, etc.

"Cela me permet de m’endormir facilement et de trouver un sommeil profond et agréable", confie Pakpoom Charoenbunna, un Thaïlandais de 32 ans venu voir son marchand de thé au lait habituel acheter une boisson au cannabis.

Officiellement, les produits destinés à la vente aux particuliers approuvés par l'agence thaïlandaise de contrôle des médicaments et des produits alimentaires (FDA) peuvent contenir du cannabidiol (CBD), un composé du cannabis qui ne donne pas l’"ivresse cannabique" que les fumeurs de joints ou autres amateurs de "space cake" (gâteau au beurre de cannabis) ressentent en absorbant le tétrahydrocannabinol (THC), l'autre composé de la plante qui a valu à cette dernière d'être classée pendant longtemps comme stupéfiant.

Le THC est d’ailleurs l’objet des débats actuellement au sein des législateurs qui finalisent le texte de loi devant encadrer l’activité autour du cannabis.

Pour l’heure, la règlementation prévoit que tout produit à base de cannabis ne contiennent seulement 0,2 % de THC.

Un Thailandais se brosse les dents avec un dentifrice au cannabis
Il existe désormais en Thaïlande un dentifrice au cannabis réputé pour le soin des gencives. Photo REUTERS/Soe Zeya Tun

Le cannabis a été longtemps utilisé en Thaïlande dans la médecine traditionnelle pour soulager les douleurs. Et aujourd’hui, l’innovation apporte de nouvelles idées pour son usage.

Surawut Samphant, propriétaire de la boutique de cannabis Channherb, a par exemple créé un dentifrice. "L'un de ses ingrédients est l'huile de graines de cannabis sativa, qui contient du CBD", dit-il. 

Surawut Samphant affirme que ce dentifrice a un effet bénéfique sur les gencives. Et un client à côté de lui confirme que cela fonctionne pour lui. "J'ai les gencives qui reculent et parfois elles s'infectent", explique Nikom Rianthong, qui utilise le dentifrice depuis deux mois. "Cela a résolu mes problèmes", dit-il, ajoutant qu'il ne reviendra pas vers d'autres marques.

La boutique de desserts Kanomsiam vendait depuis longtemps des plats aromatisés à la feuille de pandan, mais il y a un an, son propriétaire, Kreephet Hanpongpipat, a incorporé la feuille de cannabis pour attirer de nouveaux clients. Selon lui, certains d'entre eux disent mieux dormir grâce à ses desserts au cannabis.

En attendant le projet de loi sur le cannabis...

Le ministre de la Santé, Anutin Charnvirakul, principal promoteur au sein du gouvernement de la légalisation du cannabis à des fins médicales, estime que ce nouveau filon pourrait générer plus de 3 milliards d’euros de profits sur les cinq prochaines années.

"Je veux voir les gens devenir riches en fabriquant ces produits de manière positive", a-t-il déclaré à Reuters. "Ma politique sur le cannabis se concentre uniquement sur les fins médicales et les soins de santé. C'est tout. Nous ne pouvons pas encourager la consommation de cannabis d'une autre manière."

Vue de nuit d'une enseigne de magasin vendant des bonbons au cannabis a Bangkok
La boutique Chopaka à Bangkok, près du carrefour très fréquenté d’Asoke, vend des bonbons au cannabis. Photo REUTERS / Athit Perawongmetha

Les producteurs et revendeurs de marijuana riche en THC ont néanmoins largement profité de la dépénalisation et les "têtes de beuh" (fleurs de cannabis riches en THC) fleurissent aussi bien sur les étals aux côtés des amulettes et autres articles vendus à même le trottoir que dans des échoppes coquettes entièrement dédiées et ayant pignon sur rue.

Le ministre de la Santé a déclaré qu'il existait des lois de santé publique pouvant permettre d'empêcher l'usage récréatif en attendant que les parlementaires s’entendent sur le projet de loi sur le cannabis.

Mercredi, les aficionados du cannabis récréatif ont cru que la fête était finie, lorsque la presse a annoncé un ordre émanant du ministère de la Santé demandant à la police de poursuivre les vendeurs de cannabis sans autorisation. 

Mais devant la difficulté manifeste d’appliquer un tel ordre dans le contexte de vide juridique actuel autour du cannabis, le ministère de la Santé a retiré sa demande écrite à la police d'intenter une action en justice, rapporte le Bangkok Post.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale