TEST: 2238

Le rhum français Made in Thailand Chalong Bay reçoit le Mérite agricole à Phuket premium

Par Catherine Vanesse | Publié le 23/02/2022 à 01:15 | Mis à jour le 28/03/2022 à 05:57
Photo : ambassade de France en Thaïlande - L’ambassadeur de France en Thaïlande, Thierry Mathou, a remis la médaille du mérite agricole à Marine Lucchini, directrice et co-fondatrice de Chalong Bay
marine-lucchini-thierry-mathou_720

Marine Lucchini, co-fondatrice de la distillerie Chalong Bay à Phuket a reçu la médaille du mérite agricole de l’ambassadeur de France, un honneur mais aussi un réconfort dans le contexte de la crise sanitaire. 

L’ambassadeur de France en Thaïlande, Thierry Mathou, a remis vendredi 11 février la médaille du mérite agricole à Marine Lucchini, directrice et co-fondatrice de la distillerie Chalong Bay. 

C’est un honneur énorme, Chalong Bay est un projet de passions, cette récompense de la France me va droit au cœur et nous motive encore plus à continuer, surtout après la période difficile que nous venons de vivre à cause de l’épidémie du Covid-19”, commente d’emblée Marine Lucchini à Lepetitjournal.com. 

Le rhum Chalong Bay est né en 2012 à Phuket sous l’impulsion de deux jeunes Français, Marine Lucchini et Thibault Spithakis, après deux années de recherches et de développement. Distillé de manière artisanale, ce rhum agricole mélange tradition française et produits thaïlandais pour un résultat aromatique qui a su s’imposer peu à peu sur le marché local et international. Chalong Bay est passé d’une production de 10.000 bouteilles de rhum la première année à 50.000 bouteilles en 2019. 

Marine Lucchini presente son rhum Chalong Bay
Marine Lucchini, co-fondatrice de la distillerie Chalong Bay à Phuket. Photo courtoisie Chalong Bay

Développement durable et qualité

Depuis la création de Chalong Bay, Marine et Thibault sont portés par une philosophie tournée vers le développement durable et la recherche de qualité pour distiller leur rhum, un alcool produit à base de canne à sucre, une industrie pas toujours écologique. 

Pour changer la tendance, Chalong Bay travaille uniquement avec des fermiers qui cultivent leur canne à sucre sans pesticides ni engrais et se passent du brûlis pour la récolte et l’entretien de leurs parcelles. La Thaïlande est le quatrième exportateur de canne à sucre dans le monde et 80% des déchets agricoles de canne à sucre sont habituellement brûlés.
Pour s’assurer la fidélité des fermiers, mais aussi pour reconnaître leur labeur, ceux-ci sont payés 50% de plus que s’ils vendaient leur production à des raffineries.

Faire les choses de manière qualitative et durable, ce n’est pas toujours facile dans le monde où l’on vit, il faut des moyens pour produire de la qualité, c’est un travail de longue haleine. D’autant plus que cela nous rend moins compétitifs à l’exportation par exemple. Nous payons bien nos employés et nos fermiers, la canne à sucre nous revient plus cher et nous ne bénéficions d’aucune subvention ou de réduction de taxe comme pour les distilleries des départements d’outre-mer pour importer en France”, ajoute la trentenaire. 

Thibault Spithakis co-fondateur de la distillerie Chalong Bay a Phuket
Thibault Spithakis co-fondateur de la distillerie Chalong Bay à Phuket. Photo courtoisie Chalong Bay

Une production en baisse de 80% pendant le Covid-19

Des prix moins compétitifs à l’export, les nombreuses interdictions de ventes d’alcool en Thaïlande et la fermeture des hôtels, restaurants et bars, ont fortement affecté l’activité de Chalong Bay depuis deux ans. Les règles strictes en matière de promotion des spiritueux sur les réseaux sociaux et dans la presse ont également empêché Chalong Bay de trouver un véritable créneau dans la vente en ligne. 

Aujourd’hui encore, 60% de nos clients sont toujours fermés puisque Chalong Bay est surtout servi dans les hôtels, restaurants et bars. Avant le Covid-19, nous produisions 50.000 bouteilles de rhum par an, mais depuis deux ans, ce chiffre a été divisé par cinq !”, déplore Marine Lucchini. 

Pour tenir le coup, l’entreprise n’a pas eu d’autres choix que d’emprunter de l’argent afin de continuer à payer son personnel, les fermiers et les récoltes de canne à sucre, même si la production de rhum était en forte diminution. Une démarche nécessaire pour la jeune femme qui voit Chalong Bay avant tout comme une entreprise familiale où tout le monde se serre les coudes mais aussi pour ne pas perdre tout le travail de sensibilisation à l’écologie auprès des fermiers.

Le couple de Français, Marine Lucchini et Thibault Spithakis, a également profité de ces deux dernières années pour se repositionner et revoir sa stratégie marketing en étant plus présent dans les grandes surfaces, en cherchant de nouveaux clients dans les autres provinces de Thaïlande et en développant Saneha, un gin naturel à base de canne à sucre fermentée. 

Désormais, nous sommes bien positionnés dans les grandes surfaces en Thaïlande. Auparavant, nous étions trop concentrés sur le marché à Phuket et dans les hôtels et restaurants de la région. Je n’avais jamais imaginé que le secteur du tourisme se retrouve autant à l’arrêt. Cela nous a forcés à revoir notre stratégie”, conclut la jeune femme en précisant qu’il est toujours possible de visiter la distillerie Chalong Bay à Phuket et d’y suivre des ateliers de confections de cocktails. 

Sur le même sujet
catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale