Les anciens élèves de France, des ambassadeurs de choix pour la France

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 23/02/2006 à 00:00 | Mis à jour le 15/09/2022 à 06:41
Photo : courtoisie AAEF
AAEF

Rien de tel pour intéresser les Thaïlandais à la France que de voir leurs compatriotes en revenir comblés. Les membres de l'Association des Anciens Elèves de France ont à coeur de faire partager leur amour pour la langue de Voltaire. Et ils ne manquent pas d'atouts pour cela...

La pièce a été écrite et l'affiche réalisée par Premika Sucharitkul, également membre de l'association. 

Voilà plus de 30 ans que l'AAEF (Association des Anciens Elèves de France) rassemble des Thaïlandais qui ont choisi la France pour faire leurs études.

Le but de l'association est bien entendu d'entretenir les relations entre les anciens élèves, mais aussi de servir de lien entre les communautés thaïlandaises et francophones. Sur ce plan d'ailleurs, le service culturel de l'ambassade a collaboré avec l'AAEF, à l'occasion du trentième anniversaire, pour éditer un CD de chansons françaises interprétées par les membres, ainsi qu'un livre de chants. Le projet a été repris par l'Association Thaïlandaise des Professeurs de Français dans le cadre de la promotion de la langue.

Malgré ces succès, Pongkwan Lassus, la secrétaire générale de l'AAEF, regrette que l'association ne soit pas davantage sollicitée. "Nous sommes disponibles et, bien que l'on nous attribue une image 'haute société' en raison notamment de notre gala annuel, nous restons ouverts."

Les membres de l'AAEF ont souvent, il est vrai, des statuts élevés. Certains sont même des personnalités éminentes tels le fondateur, Sribhumi Sukhanetr, ancien Vice-ministre des Transports et Commandeur de la Légion d'honneur française, ou encore le docteur Bhokin Bhalakula (prononcer Bholakul), Président de la chambre des députés et ancien ministre de l'Intérieur.

La France avec le coeur plus que la raison

Les motifs de leur préférence pour le français : le coeur plus que la raison en général. "Nous n'irons pas jusqu'à dire que le français est décisif pour réussir", confie Surasak Sodsoon. "Mais c'est un avantage culturel incontestable", dit-il. "Chaque étudiant étranger est influencé par son pays d'accueil. Et ce que nous avons ramené de la France et de la langue, c'est une approche différente du travail, et des choses en général."

La jeune architecte Pongkwan Lassus poursuit : "Les Thaïlandais qui partent aux Etats-Unis quelques mois, ne prennent souvent que les mauvais cotés du pays. C'est une culture trop éloignée de la nôtre qui se globalise de façon inquiétante au demeurant. L'Europe m'a paru plus intéressante, plus riche culturellement. Cela dit, l'Angleterre restait trop chère et la langue Allemande ne me plaisait pas. Le contact avec la culture française m'a beaucoup apporté au plan personnel et aussi professionnel, notamment car les Français ont un sens critique particulier et exigent souvent une écoute".

Jacques Chirac appelait de ses voeux samedi dernier lors de sa visite officielle "l'amélioration des échanges culturels entre la France et la Thaïlande". Avec l'AAEF, voilà de fervents ambassadeurs qui n'oublient pas l'indispensable touche de "sanouk", essentielle pour captiver les Thaïlandais. Pour leur gala annuel cette année, chacun des membres participera à la pièce musicale intitulée "Sous le ciel de Paris" qui reprendra le thème de la vie des quartiers populaires parisiens.

Pierre Queffélec (LPJ Bangkok) 23 Février 2006

Pièce Musicale "Sous le Ciel de Paris"
Par l'Association des Anciens Elèves de France (AAEF)
Dimanche 26 Février 2006 à 18h00
Grand Hyatt Erawan Hotel
Contact AAEF
Tel 02 642 4540-1
Mail info@aaefthai.com 

18h00 - 18h30   : Accueil des invités
19h00                : Diner
20h00                : Spectacle Musical "Sous le Ciel de Paris"
21h00 - 24h00   : Danse et tombola

Sur le même sujet
Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition internationale