Vendredi 26 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Buriram, la nouvelle Mecque des sports mécaniques

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 22/04/2015 à 22:00 | Mis à jour le 03/10/2018 à 17:36
Photo : Frederic-BELGE - Le circuit Chang accueillait en mars sa première grande course internationale de moto, le Superbike
Superbike sur le circuit Chang de Buriram

Perdu au fin fond de l'Issan, le fameux circuit Chang de Buriram ne cesse d'étonner. Véritable oasis de développement pour cette région déshéritée du Nord-est de la Thaïlande, il accueillait en mars sa première grande course internationale de moto avec une belle brochette de Français dont le champion du monde en titre. Tous les hôtels étaient réservés de longue date. D'ici la fin de l'année on y attend le nonuple champion Sébastien Loeb!

Newin Chibchob, l'ancien ministre de Thaksin Shinawatra, a fait parler de lui ces dernières années en dotant Buriram d'un magnifique stade de foot (le Thunder Castle) et en propulsant le Buriram Football Club au devant de l'affiche après avoir gagné les deux dernières éditions du championnat national de foot. Il vient de récidiver en offrant à la Thaïlande et à sa ville natale son premier circuit de vitesse, qui peut accueillir les courses de F1 et de Moto GP. Ce circuit, qui a couté la bagatelle de 55 millions d'euros, a ouvert officiellement en octobre 2014. Il a été l'hôte, le mois dernier, de sa première épreuve internationale en organisant la deuxième épreuve du calendrier 2015 du championnat du monde de moto Superbike. Un événement fondateur salué par les coureurs et les instances internationales.

--

Un marché en pleine expansion

La Thaïlande tout comme une partie de l'Asie du Sud-Est connaît une véritable explosion des ventes de motos de grosses cylindrées depuis quelques années. Ainsi les chiffres de ventes des gros cubes (300 cc et plus) sont passés respectivement de 4.000 à plus de 13.000 unités entre 2012 et 2014. Cela ne traduit pas seulement un effet de mode mais une réelle appétence pour les gros cubes soutenue par la présence de lignes de productions des grands manufacturiers japonais, comme Honda et Kawasaki, ainsi que de l'Italien Ducati. Tous fabriquent ou assemblent en Thaïlande des modèles jusqu'alors destinés uniquement à l'exportation. Une explosion du marché qui profite aux clients avec une diminution notable, depuis 2 ou 3 ans, du prix des motos. Auparavant, une grosse moto était inabordable et réservée à une clientèle très aisée. Désormais les moyennes cylindrées japonaises sont abordables pour le plus grand nombre. Le marché n'est pas encore mature mais en pleine expansion. Preuve en est la multiplication des points de ventes à Bangkok et en provinces des grandes marques de motos et des magasins d'accessoires.

 

Photos Frédéric BELGE

 


Les pilotes français en demi-teinte

Lucas Mahias, un autre pilote français, champion de France en titre en Supersport et qui fait sa première saison en catégorie mondiale a fini quatrième lors de l'épreuve thaïlandaise. Son meilleur résultat pour le moment. De bon augure pour le reste de la saison car les objectifs du Monceau étaient un modeste top 10. "Le circuit est super mais les pneus ont pas mal souffert à cause de la chaleur et je savais qu'il allait y avoir des chutes devant," nous a confié le Montois après la course. "J'ai eu des petits problèmes de frein au départ et j'ai assuré sur le reste de la course," poursuit-il. "Quatrième est déjà un très bon résultat et je m'en félicite. J'espère faire des podiums dans les prochaines courses maintenant que je sais que j'ai le niveau !".
En Superbike, la première course a vu le champion du monde en titre, Sylvain Guintoli, finir cinquième, à 12 secondes du rookie Jordi Torres sur son Aprilia. Depuis son passage chez Honda, le pilote Honda Pata a décidément du mal à rester collé au trio de tête comme l'an passé. Sa moto est moins compétitive que l'Aprilia qui lui avait fait gagner le championnat 2014 et que les Kawasaki de Réa et Sykes. Mais le Français ne désespère pas de faire de nouveaux podiums prochainement, à l'arrivée des courses européennes.
Parti dernier des stands, suite à un problème mécanique juste avant la deuxième course, le natif de Montélimar a réalisé le meilleur départ de sa carrière, selon ses propres mots, pour finir sixième au général. "Au premier virage je devais être au moins six ou septième mais je me suis loupé au virage numéro cinq pour ensuite remonter. J'étais chaud et énervé d'être parti dernier des stands. La deuxième course était sympa avec beaucoup de dépassements et une lutte avec Mikky -son coéquipier Michael Van Der mark- où on s'est touché gentiment au dernier virage". Un bilan plutôt positif pour le Français qui occupe la quatrième place du classement général provisoire.
L'un des favoris au titre dans la catégorie Supersport, le Français Jules Cluzel, il n'a pu finir sa course en raison d'une casse mécanique sur MV Agusta.

  
 


3 questions à Sylvain Guintoli

Quel bilan fais-tu de ton passage en Thaïlande et de la nouvelle épreuve sur le circuit de Buriram?
La plus grosse surprise a été le circuit, tout simplement superbe! Ainsi que le nombre de spectateurs. Pour une première édition, le public a répondu présent et c'est un public qui se laisse entendre donc l'ambiance était vraiment bonne. C'est un circuit physique, des conditions difficiles avec la chaleur, un vrai challenge!

Qu'est ce que tu as aimé le plus en Thaïlande?
La nourriture est très bonne, et j'ai eu droit à quelques surprises, comme rencontrer un éléphant en plein centre-ville de Buriram! Mais pour moi ce qui m'as le plus surpris c'est la gentillesse des Thaïlandais. Ils sont super sympas, et très accueillants.
C'est la première fois que je viens en Thaïlande, après avoir voyagé autour du monde depuis près de 15 ans. J'espère avoir plus de temps l'an prochain pour profiter du pays. Cette première année on n'a pas pu s'organiser pour visiter quoi que ce soit hélas.

Un petit mot sur ton début de saison et comment tu envisages la suite du championnat?
Nous avons des difficultés à concurrencer nos adversaires pour le top 5 et ma blessure aux cervicales m'as pas aidé sur ce début de saison. Mais nous travaillons très dur pour combler le retard. J'espère être de retour sur le podium très bientôt.

 

Ce circuit est l'un des rares au monde à pouvoir accueillir la Formule 1 et les Grand Prix moto et ce, de jour comme de nuit grâce à un système d'éclairage artificiel. Un circuit de stature internationale, donc, et à l'infrastructure impeccable, loin de ce qu'offraient jusqu'ici les circuits locaux comme Bira, Bonanza et autres.

Le tout à cinq heures de route de Bangkok ou une heure d'avion puisque la ville de Buriram est desservie par les compagnies Nok Air et Air Asia.

Un tel lieu manquait indéniablement dans un pays où les accros à la vitesse sont légions. Ils n'avaient jusque là que l'option de Sepang en Malaisie pour voir des pilotes de renom s'affronter sur circuit, ou alors la télévision.

Sans parler de l'esprit de compétition historique que nourrit la Thaïlande vis-à-vis de ses voisins, la Malaisie et Singapour.
Avec ce circuit inauguré il y a tout juste 8 mois, la Thaïlande se retrouve dotée d'un circuit qui n'a rien à envier aux autres circuits internationaux. La raison est sans doute à imputer à son architecte, le célèbre architecte  allemand Hermann Tilke, auteur de nombreux tracés (dont Sepang, Shangai et Austin aux USA). Un tracé étudié pour que les spectateurs puissent voir la majorité des virages depuis l'immense tribune de 50.000 places qui se situe juste au dessus des stands (comme au circuit du Mans).

Le champion du monde en titre de la catégorie Superbike, le français Sylvain Guintoli, était du voyage, le mois dernier, et ne savait pas vraiment à quoi s'attendre en venant en Thaïlande, tout comme ses adversaires de paddocks.

Tous se sont dits ravis de l'infrastructure et de l'accueil du public. Et pour cause, plus de 50.000 fans de moto parmi lesquels un grand nombre de locaux avaient fait le déplacement pour voir ces funambules sur deux roues gratter leurs protèges-genoux sur le tracé de 4,5 Km et prendre près de 300 Km/h dans la ligne droite.

"Ambiance irréelle"

Dans un fracas assourdissant, les courses se sont succédées pour le plus grand plaisir de tous. Les courses de Supersport rassemblaient les motos de 600cc de cylindrée alors que l'épreuve reine de Superbike faisait concourir les pilotes sur des motos de 1000cc.

Un des points forts de ce week-end de course aura été la liesse immense du public lors de la victoire du pilote thaïlandais Ratthapark Wilairot, dans la catégorie Supersport. Le jeune pilote thaïlandais a su bénéficier de la casse mécanique du leader du championnat, le Français Jules Cluzel sur MV Agusta, pour gagner sa première épreuve internationale devant un public acquis à sa cause.

"Une ambiance irréelle que j'ai rarement rencontrée", nous confiait au même moment Sylvain Guintoli, très concentré au moment de quitter les stands après un problème technique survenu juste avant le départ de sa deuxième finale (le superbike se déroule en deux manches).

Du côté des conditions climatiques, les fortes chaleurs du mois de mars thaïlandais n'ont pas tant fait souffrir les pilotes que cela. "On s'est bien préparé, on a les piscines gonflables dans les stands avec de la glace et des traitements spéciaux pour faire face aux conditions climatiques difficiles, comme à Sépang d'ailleurs", explique Sylvain Guintoli . "Mais ça reste difficile. On a un camel bag avec ½ litre d'eau dans la combi au départ de chaque course, mais ça part rapidement et l'eau chauffe très vite vu les températures ici".

Quand au circuit en lui-même, Sylvain est dithyrambique. "Le circuit est superbe, il est beau", dit-il sans détour. "Il n'a rien à envier aux autres circuits où l'on roule habituellement. Vraiment ! Une superbe infrastructure et un beau nouveau circuit, un beau tracé avec pas mal d'opportunités pour dépasser".

Et de rajouter : "en plus, pour une première course à ce niveau de compétition, le public à répondu présent, je vous garantis que ce n'est pas toujours le cas. Bref un sans faute, j'ai hâte de revenir !".

Un officiel de la Fédération International de Motocyclisme présent sur la course a confirmé les impressions du champion en titre en ajoutant que l'épreuve s'est déroulée sans fausse note et avec une participation massive du public. De quoi définitivement installer Buriram dans le calendrier des courses de vitesse moto de rang international.

Sébastien Loeb à Buriram en octobre

Le public, qui s'est déplacé très nombreux des quatre coins de la Thaïlande pour assister aux courses, n'a pas boudé son plaisir. L'événement était attendu de longue date et tous les hôtels de la ville étaient pleins plus d'un mois avant la course. Sans doute la seule ombre au tableau, si l'on en cherche.

Mais pour Newin Chibchob, ce problème de logistique n'est que la rançon du tout nouveau succès de la ville de Buriram, et il promet d'ores et déjà 1.000 chambres supplémentaires d'ici à la fin de l'année.

"Nous sommes très heureux qu'un pilote thaïlandais ait gagné en catégorie Supersport", dit-il. Cela aidera d'autant plus à susciter l'exaltation des Thaïlandais pour les sports mécaniques, maintenant qu'ils sont dotés d'un circuit comme le Circuit Chang en Thaïlande. C'est bon pour la région également. [Les provinces de] Surin, Korat et Buriram veulent développer le tourisme en Isaan (région du Nord-est de la Thaïlande, ndlr). Notre circuit fait parti maintenant des attraits de la région, au même titre que le temple de Phanom Rung", explique l'homme fort de Buriram.

Le circuit Chang accueillera de nombreuses compétitions automobiles encore cette année avec notamment la venue du nonuple champion du monde, Sébastien Loeb, du 30 octobre au 1er novembre prochain, un rendez-vous à ne pas manquer. Ce sera l'occasion d'assister à la première épreuve thaïlandaise du championnat du monde des voitures de tourisme et de voir à l'?uvre le pilote le plus titré du sport automobile français.

Un seul conseil, réservez votre hôtel suffisamment à l'avance!

Plus d'informations sur :
http://www.bric.co.th/ et https://www.facebook.com/BuriramUnitedInternationalCircuit

Frédéric BELGE () jeudi 9 avril 2015

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Valence Appercu
J'AI TESTÉ POUR VOUS

J’ai testé pour vous : Fallera por un día (1ère partie)

Fallera por un día, c’est une nouvelle entreprise qui s’est lancée en plein cœur du centre historique de Valencia. Comme son nom l’indique, vous pourrez revêtir les costumes traditionnels des Falleros

Sur le même sujet