TEST: 2238

Axiom se retourne contre un sous-traitant dans l'affaire du faux visa

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 22/06/2009 à 01:00 | Mis à jour le 18/10/2018 à 14:38
Affaire faux visa en Thailande

Trois semaines après son interpellation et son emprisonnement pour faux visa, Jackie Cellier est toujours à Klong Prem où ses conditions de détention et son état de santé se dégradent. Le directeur du cabinet Axiom, à qui il avait confié la procédure de son visa, nous a donné son point de vue sur l’affaire

Jean-Baptiste Fournier tient à prouver sa bonne foi dans cette affaire, il a porté plainte contre le sous-traitant Veerachai Khommueang (Photo Pierre QUEFFELEC)

Le directeur d’Axiom Smart Services, Jean-Baptiste Fournier, nous a reçus vendredi matin dans son bureau de Pattaya pour nous donner son point de vue sur l’affaire du faux visa de Jackie Cellier, restaurateur français emprisonné le 2 juin par les services thaïlandais de l’immigration. Le conseiller juridique français assure ne pas avoir été au courant de la contrefaçon du document et se retourne contre un sous-traitant thaïlandais à qui Axiom Smart Services avait confié la réalisation du visa.

Une sous-traitance exceptionnelle mise en cause

Jackie Cellier avait demandé en début d'année à Jean-Baptiste Fournier de trouver une solution pour lui éviter d’avoir à sortir du territoire pour changer son visa (notre article du 18 juin), bien que ce dernier lui ait au départ conseillé de se conformer aux exigences du bureau de l'immigration. L'une des assistantes de Jean-Baptiste Fournier, qui s’occupait du dossier, aurait alors fait savoir à son patron qu’il était possible d'effectuer ce changement de visa sans faire sortir son client. "Il s’agit d’une personne qui fait son travail normalement, je lui ai fait confiance, nous dit Jean-Baptiste Fournier. Et puis nous avions déjà fait [en toute légalité] des changements de visa pour d’autres types de visa, il y a 4 ou 5 ans, sans avoir à faire sortir les gens du territoire".

Elle aurait fait appel aux services d’un dénommé Veerachai Khommueang, un Thaïlandais de 30 ans habitué semble-t-il des démarches de visas qu'il effectuerait en indépendant pour divers cabinets. "En général, elle n’utilise pas d’intermédiaires", explique Jean-Baptiste Fournier. Mais, pour Axiom Smart Services, qui rayonne sur la zone Chonburi-Rayong, faire un visa sur Bangkok n’est pas toujours simple. Cela d’autant que l’application de la réglementation est parfois aléatoire d’un bureau à l’autre.

Le visa sur le passeport de Jackie Cellier ne porte pas la marque d'un quelconque consulat, mais celle du bureau de l’Immigration de Thaïlande. Selon le bureau de l'Immigration de Bangkok, un changement de visa implique de sortir du territoire et de faire une demande dans un consulat (Photo Pierre QUEFFELEC)

Jackie Cellier seul interpelé trois semaines après son arrestation

Jean-Baptiste Fournier et son employée ont donc déposé plainte contre Verrachai Khommueang auprès de la police de Pattaya, le 4 juin – mais elle n’a pu être enregistrée que le 9, nous a-t-il expliqué. Selon lui, Axiom Smart Services n’a rien touché du paiement de 22.000 THB pour le visa, même s’il admet avoir perçu le versement en main propre par un ami de Jackie Cellier.

"Tout a été reversé à Veerachai", nous a-t-il déclaré. La police aurait convoqué deux fois Veerachai Khommueang par courrier postal, mais il n’a toujours pas été interpelé. De même chez Axiom Smart Services personne n’a encore été interrogé, près de trois semaines après l’arrestation de Jackie Cellier.

Le directeur d’Axiom Smart Services assure qu’il s’attache à rassembler les preuves nécessaires pour faire avancer l’enquête. Il estime toutefois que, dans le cas de Jackie Cellier, produire une facture ou une attestation de prestation de service n’enlèvera rien aux présomptions de complicité de faux qui pèsent sur lui.

"Pour l’immigration, le premier responsable, c’est le propriétaire du passeport, dit-il. Là où Jackie en est, ce n’est pas sur notre propre initiative que les choses vont se débloquer. Il faut attendre que les autorités nous convoquent et demandent des pièces."

En tout cas, Jean-Baptiste Fournier n’est pas resté indifférent au sort de son client, puisqu’il a remis dès le 4 juin la somme de 100.000 bahts à un ami de Jackie Cellier pour participer à la constitution d’une caution, ce que nous a confirmé hier, par téléphone, Bruno Ménard qui se démène pour faire sortir ce dernier. Selon lui, cette somme est toujours disponible pour une nouvelle demande de libération sous caution qui pourrait être effectuée auprès du juge d’ici mercredi par le nouvel avocat de Jackie Cellier.

Pierre QUEFFELEC lundi 22 juin 2009

Pratique
Selon le Ministère des Affaires Etrangères, les modalités de changement de certains types de visas et prolongations de séjour restent à la discrétion des agents de l’immigration. Pour tout renseignement auprès du Bureau de l’Immigration de Suan Plu, près de South Sathorn Road : Tel (662) 287-3101-10
Voir aussi le détail de la procédure standard de candidature pour un visa Non-Immigrant B et un Permis de travail en Thaïlande du Ministère thaïlandais des Affaires Etrangères

Axiom Smart Services, se présente comme un cabinet juridique et comptable, service traduction, assistance visa, mariage et formalités administratives regroupée sous la bannière Axiom Group avec une autre entité nommée Axiom Smart Properties, agence immobilière et cabinet d’assurances. Selon Gilles Tabellion, directeur d’Axiom Smart Properties, les deux sociétés sont indépendantes l’une de l’autre.

Conditions de détention aggravées, mais espoir d’une libération imminente
Dans un e-mail adressé à l’Ambassade de France, Bruno Ménard décrivait samedi les conditions de détentions de Jackie Cellier comme s’étant "fortement dégradées" depuis son transfert en milieu de semaine dernière dans un autre bloc de la prison de Klong Prem. Selon lui, Jackie Cellier "dormirait" sur le béton à même le sol, sans avoir pu emmener avec lui les couvertures que lui avaient apportées ses proches. Il aurait perdu 15 kilos et ne pourrait pas suivre son traitement médical. Il serait régulièrement harcelé et racketté par ses codétenus. "Je m’inquiète également de son état psychologique et moral, explique Bruno Ménard dans son message, car ses derniers propos dans une lettre sont d’un caractère dépressif et suicidaire, évoquant son décès et ses dernières volontés". "Il ne s’agit plus uniquement d’une question de respect du droit local, mais de respect de la vie humaine et des droits de l’Homme", nous a-t-il par ailleurs confié, hier, par téléphone. Depuis la semaine dernière, plusieurs personnes se sont mobilisées dans l’entourage de Jackie Cellier, notamment pour rassembler les garanties nécessaires à sa libération sous caution, espérée pour le courant de cette semaine.

P.Q. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) lundi 22 juin 2009

Sur le même sujet
Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale