TEST: 2238

Alain-Noël Dubart : "Les francs-maçons ne font pas de la magie noire"

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 16/02/2012 à 00:00 | Mis à jour le 12/08/2020 à 09:45
Photo : La conférence d'Alain-Noël Dubart à l'Alliance française a été suivie par près de cent personnes (photo M.S.)
alain_noel_dubart

Alain-Noël Dubart, grand maître de la Grande Loge de France, a donné une conférence la semaine passée à l'Alliance française de Bangkok pour expliquer ce que franc-maçonnerie veut dire. Fort de 33.000 membres et 850 loges de par le monde, le mouvement, au sein duquel l'intégration peut durer parfois entre 20 et 30 ans, compte 500 nouveaux adhérents chaque année

LePetitJournal.com Bangkok : Quel est l'objectif de votre venue en Thaïlande ?

Alain-Noël Dubart : J'interviens ici à la demande de la loge de Bangkok (1), rattachée à la Grande Loge de France (GLDF). Cette conférence traduit la volonté de notre obédience d'aller vers le public, d'être moins secret. Nous voulons expliquer ce qu'on est, et surtout ce qu'on n'est pas. De nombreuses idées fausses, voire des calomnies ont circulé dans les médias au sujet de la franc-maçonnerie. Il faut aussi reconnaître qu'un certain nombre d'affaires impliquant des francs-maçons ont éclaté dans les années 1990 - 2000, donnant l'image d'un mouvement où régnait la corruption, le népotisme et l'affairisme. Ces conférences - j'en ai tenu 48 l'an passé - ont pour but de démontrer que les francs-maçons sont des gens normaux, qui tiennent des propos cohérents. Ils ne font pas de magie noire. La franc-maçonnerie n'est ni une secte, ni un mouvement fondamentaliste religieux. Ces opérations de communication portent leurs fruits puisque la GLDF compte aujourd'hui 33.000 membres et 850 loges de par le monde et enregistre en moyenne 500 nouveaux adhérents chaque année.

Qu'est-ce que la Grande Loge de France ?

C'est une obédience maçonnique qui repose sur la fraternité de ses membres. Elle leur propose une démarche spirituelle, intellectuelle et rationnelle. Une méthode de dialogue avec soi-même et avec les autres sur des thèmes définis est mise en place. Il est ainsi demandé au franc-maçon de se connaître lui-même, de se perfectionner, et d'écouter les autres.

Quelles sont les différences entre les principales obédiences maçonniques ?

Ce que je vais dire est un peu schématique : la loge du Grand Orient de France (GODF) est plus politisée que nous, d'une sensibilité plus de gauche. Encore qu'il convient de nuancer puisqu'un ministre du gouvernement Fillon est membre de cette obédience. Le GODF va aborder des thèmes liés à des problèmes de société concrets. La GLDF propose une réflexion plus philosophique. Nous travaillons sur des sujets particuliers comme l'Éthique par exemple. Nous avons abordé l'an passé le thème de la Justice, et nous allons maintenant nous intéresser au domaine de la Bioéthique. Nous avons aussi beaucoup parlé de la montée de l'intégrisme dans les différentes religions. Les travaux des loges sont aussi à l'origine de la suppression de la peine de mort, et de la loi sur l'avortement.

Qui peut devenir franc-maçon ?

En théorie tout le monde. Nos membres se situent principalement dans les professions libérales, les fonctionnaires, les patrons de PME, cadres supérieurs... Les ouvriers sont malheureusement assez peu représentés, notamment parce que pratiquer la maçonnerie demande du temps, et que leur métier ne leur en laisse pas beaucoup. L'intégration dans une loge se fait essentiellement par cooptation. Mais aujourd'hui, entre 10% et 15% des demandes nous proviennent directement de mails envoyés à la Grande Loge. Intégrer une loge demande un réel investissement personnel. Les maçons se réunissent dans leurs loges respectives deux fois par mois, et l'initiation est un long parcours qui peut durer entre 20 et 30 ans.

Au cours de votre conférence, vous avez fait un parallèle entre la franc-maçonnerie et la philosophie bouddhiste?

Ce parallélisme est sans doute un peu personnel, mais il me paraît pertinent. La démarche bouddhiste invite, tout comme la franc-maçonnerie, à prendre ses distances avec le monde dans lequel on vit pour mieux agir par la suite. Pour peu que l'initiation soit bien comprise, la franc-maçonnerie peut, à l'instar du bouddhisme, mener à un processus de libération complète. Les manières de se comporter ne sont pas radicalement différentes non plus.

Propos recueilli par M.S. jeudi 16 février 2012

(1) La loge de Bangkok compte 25 membres, tout comme celle de Phnom Penh au Cambodge dont une toute petite partie de ressortissants locaux. Ce sont les deux seules loges dépendant de la GLDF présentes en Asie du Sud-Est.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale