Les touristes asiatiques restent frileux après le Covid, selon le PDG d'Agoda

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 21/09/2022 à 02:38 | Mis à jour le 23/09/2022 à 05:10
Photo : REUTERS/Athit Perawongmetha
Touriste-asiatique-Thailande

Les touristes asiatiques ne devraient reprendre les voyages internationaux que très progressivement pour atteindre un rythme pré- pandémique d'ici 2024, a déclaré lundi le nouveau directeur de la plateforme de réservation en ligne Agoda.

 

La société spécialisée sur l'Asie prévoit que les touristes des pays asiatiques, à l'exclusion de la Chine, mettront environ six mois après la levée des restrictions anti-COVID-19 de leur pays pour voyager de nouveau en toute confiance, selon Omri Morgenstern, qui a pris la tête d'Agoda en juillet.

"La Corée s'est ouverte il y a deux mois (…) mais les chiffres sont toujours à 40% de ce qu'ils étaient avant, ça ne monte donc pas en flèche", a-t-il déclaré lundi dans une interview accordée à Reuters.

Sur ses marchés asiatiques, les volumes de réservations d'Agoda sont certes revenus aux niveaux de 2019, mais davantage sur le voyage intérieur, contrairement à la reprise plus forte et plus rapide du tourisme observée aux États-Unis et en Europe, note Omri Morgenstern.

"Aux États-Unis ou en Europe, c'est presque comme si tout le monde avait décidé que le Covid était terminé", dit-il, notant que les voyages ont repris rapidement là-bas et que la plupart ont cessé de porter des masques.

Mais dans de nombreux pays asiatiques – comme la Thaïlande, la Corée du Sud, Singapour et l'Indonésie – les gens continuent de porter le masque même après les autorités en ont levé l’obligation.

En 2020, Agoda qui appartient au groupe Booking Holdings Inc, a supprimé 1.500 emplois pour réduire ses coûts dans le contexte de la pandémie de coronavirus, et son nouveau directeur général se félicite aujourd’hui que les effectifs soient désormais revenus au niveau d'avant la crise sanitaire.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale