Scandale pédophile au cœur de la protection de l’enfance en Thaïlande

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 11/05/2022 à 03:09 | Mis à jour le 11/05/2022 à 04:17
Photo : Ahoerstemeier sous Creative Commons 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en
Surat_Thani_provincial_hall-by-Ahoerstemeier-745

Plusieurs dizaines de personnes dont le chef adjoint du département thaïlandais de l’Enfance et la Jeunesse ont été impliquées dans une affaire de trafic de mineurs autour d’un foyer de Surat Thani

L’étau de la justice se resserre autour de plusieurs fonctionnaires et responsables institutionnels thaïlandais, dont certains œuvrant dans la protection de l’enfance, impliqués dans une affaire de trafic de mineurs à des fins sexuelles dans la province de Surat Thani dans le sud de la Thaïlande.

Après une première série d’interpellations en novembre dernier, qui a mené à l’arrestation de 16 personnes, la police thaïlandaise a effectué le 4 mai de nouvelles perquisitions dans la province, où se trouve le Centre d’accueil pour enfants et familles de Surat Thani, au cœur de l’affaire, rapporte le Bangkok Post.

Ces dernières interpellations ont abouti à la mise en accusation d’un certain nombre de fonctionnaires et responsables institutionnels, parmi lesquels le directeur adjoint du département thaïlandais de l’Enfance et la Jeunesse, Phisit Poonpipat, ainsi que des militaires, des enseignants et des médecins de la région.

Selon le Bangkok Post, Phisit Poonpipat serait notamment soupçonné d'avoir téléphoné aux enfants du foyer et de les avoir persuadés de se laisser abuser. Il serait également intervenu pour entraver l'enquête sur le centre d'accueil de Surat Thani.

Une affaire d'abus sexuel de plus pour le parti Démocrate

Le fils de l’ex-député du Parti Démocrate Chumpol Kanchana, bien connu a Surat Thani, fait également partie des accusés.

Saengroj "Uan" Kanchana, 48 ans, est notamment accusé d’avoir eu des rapports sexuels avec une fille de moins de quinze ans qui n'était pas son épouse et d’avoir soustrait un mineur de moins de quinze ans de la protection de son tuteur à des fins sexuelles, toujours selon le Bangkok Post

Une mauvaise nouvelle de plus pour le plus ancien parti de Thaïlande qui se débat déjà avec une affaire d'abus sexuels et viol impliquant son directeur adjoint.

Selon le chef adjoint de la police de Surat Thani, le colonel Paisarn Sangthep, cité par le journal en langue anglaise, 40 des 42 personnes recherchées dans le cadre de l’enquête ont été interrogées jusqu'ici. Les deux suspects manquants sont une femme qui aurait aidé le réseau à se procurer les enfants et un trafiquant.

L’ensemble du dossier doit officiellement être présenté au bureau de la Commission Nationale Anti-Corruption à Surat Thani d'ici la fin de la semaine.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale