Le chef de la junte prend sa retraite de l’armée mais reste aux affaires

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 30/09/2014 à 22:00 | Mis à jour le 08/07/2022 à 05:39
Photo : copie d'écran
Affiche-Prayut-250

Le premier ministre thaïlandais Prayuth Cha-O-Cha, instigateur du coup d'état, a fait ses adieux à l'armée lors d'une cérémonie officielle lundi alors qu'il se préparait à partir à la retraite en tant que chef de l'armée et à commencer en tant que leader civil.

Prayuth, 60 ans, qui a renversé le gouvernement élu de Yingluck Shinawatra en mai, s'est retiré du service militaire mardi après presque 40 ans de carrière avec l'armée qui a revendiqué le coup d'état.

Il conservera cependant ses pouvoirs en tant que Premier ministre et responsable de la junte (le Conseil national pour la Paix et l'Ordre) dont l'autorité a été garantie par une constitution provisoire.

Le nouveau chef des armées, le Général Udomdej Sitabutr, est un fidèle de Prayuth, qui sortira de saplace de chef des armées adjoint mercredi.

"Sur ces 38 ans, je suis fier de chaque jour de service" a déclaré Prayuth après une parade militaire élaborée marquant le départ à la retraite d'une petite centaine d'officiers supérieurs.

"A partir de maintenant, je vais prendre du recul (par rapport à l'armée) et m'occuper de faire aller le pays de l'avant", a-t-il ajouté.

Prayuth est un fidèle royaliste qui s'est retrouvé de nombreuses fois au coeur des troubles politiques de la Thaïlande ? justifiant ses actions par la défense de la nation et de sa monarchie révérée. Prayuth, au discours dur, devait quitter son poste de chef des armées à la fin du mois de septembre, poste qu'il occupait depuis 2010.

Il est souvent présenté comme l'architecte des mesures de répression sanglantes de l'armée de mai 2010, lors des mois de rassemblements des «Chemises Rouges», partisans de l'opposition à Bangkok. Ces mesures de répression ont laissé de nombreux morts.

Les chemises rouges sont des partisans de l'ancien Premier ministre, le milliardaire Thaksin Shinawatra, qui a été évincé lors d'un précédent coup d'état en 2006 et vit en exile volontaire depuis, afin d'éviter la prison.

Les partisans de Thaksin, venus du Nord et Nord-est rural et des classes moyennes et pauvres urbaines, estiment que son seul crime est d'avoir ébranlé l'establishment basé à Bangkok ? qui est soutenu par l'armée et les éléments du pouvoir judiciaire ? avec sa popularité électorale massive.

Prayuth, qui a composé son cabinet de hauts gradés de l'armée, doit se rendre en Birmanie le 9 octobre à l'occasion de sa première visite à l'étranger en tant que Premier ministre.

Avec AFP mercredi 1er octobre 2014

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale