HISTOIRE - Phaulkon, le farang devenu ministre du Siam

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 07/12/2005 à 00:00 | Mis à jour le 15/09/2022 à 07:33

Constantine Gerakis est l'un des personnages les plus intrigants de l'histoire thaïlandaise. Parti de rien, le jeune moussaillon grec surnomméPhaulkon gravit les échelons pour devenir ministre du Royaume de Siam, un des plus proches conseiller du Roi Naraï. Portrait...

Néen 1647 sur l'île grecque de Céphalonie, Constantine Gerakis s'engage dès l'âge de 12 ans, comme marin sur différents vaisseaux britanniques.

Il transforme son nom en Phaulkon (Gerakis devient Falcon en Anglais qui signifie Faucon) lors d'un voyage à Londres. Navigant pour la Compagnie anglaise des Indes Orientales, Phaulkon débarque en Thaïlande en 1675.

Un don pour les langues

Hormis le grec, sa langue maternelle, il parle couramment anglais, français, portugais et malais;il apprend le thaï en quelques mois. Ce don pour les langues étrangères lui vaut de se faire engager comme interprète dans les services du gouvernement siamois.

Il gravit rapidement les échelons de la noblesse thaïlandaise. Il devient par la suite ministre du Commerce extérieur du roi Naraï et, par la même occasion, le deuxième homme le plus puissant du pays. Il est àl'origine du rapprochement du Royaume siamois avec la France, le roi Naraï étant relativement méfiant à l'égard des Hollandais et des Britanniques. 

Phaulkon confie par exemple la gouvernance de plusieurs ports importants àdes Français comme Le Chevalier de Forbin, RenéCharbonneau, Jean Rival ou encore le Chevalier de Beauregard. Il se voit même offrir pour l'ensemble de ses services un titre de noblesse par Louis XIV.

Vivant dans l'opulence, son succès et sa réussite attisent la jalousie des autres membres de la cour thaïlandaise où son nombre d'ennemis augmente.

La chute après la gloire

En 1688, Le roi Naraï tombe gravement malade. L'un de ses généraux et beau-frère, Phra Phetracha, décide alors d'éliminer ses descendants afin d'accéder au trône et de chasser du pays les étrangers. Victime de la conspiration, Phaulkon sera arrêtépar les rebelles, torturépuis exécutépour trahison, àAyutthaya envers le Roi le 5 juin 1688.

Cette exécution marquera la fin de l'ouverture de la Thaïlande au monde extérieur et un retour àl'isolationnisme. Le pouvoir central quitte alors Lopburi afin de retrouver Ayutthaya.

T.D. (LPJ - Bangkok) 7 décembre 2005

Lire aussi
Constance Phaulkon : Myth or reality (en anglais, d'après un article éditépar des étudiants de l'universitéde Hawaï)

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale