TEST: 2238

ECO – Le FMI appelle la Thaïlande à cesser sa politique de subventions

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 13/11/2013 à 23:00 | Mis à jour le 23/10/2018 à 12:50
FMI politique subventions

Le dernier rapport du FMI sur la politique économique de la Thaïlande invite le gouvernement à abandonner les subventions notamment celles concernant le riz. Pour le reste, la Thaïlande reste plutôt une bonne élève

Le Fonds Monétaire International (FMI) vient de rendre public son rapport annuel sur la conduite économique du pays. Il exhorte le gouvernement à abandonner sa politique de subventions et notamment celles accordées à la production de riz. Pour financer ce programme de riz subventionné, qui entre dans sa troisième année, le gouvernement a puisé 670 milliards de bahts (près de 16 milliards d'euros) dans les caisses de l'Etat, et les pertes sont évaluées à 136 milliards de bahts (3.25 milliards d'euros) selon des sources du ministère du Commerce.
Or, l'état des finances publiques chagrine le FMI qui estime que le déficit public va passer de 1.7% en 2012 à 3.4% en 2013. La baisse du taux d'imposition des sociétés et les avantages fiscaux liés à l'achat de maisons et de voitures expliquent également le creusement de ce déficit.
Le FMI incite donc le gouvernement à réduire les subventions qui "minent la confiance dans les finances du pays" et à mieux cibler et orienter les aides, notamment vers les ménages les plus pauvres.
Le FMI incite aussi à prendre des mesures favorisant l'augmentation des revenus par une réduction de l'impôt sur le revenu.

Maitrise des dépenses et amélioration de la fiscalité
Alors que le FMI prévoit une dette publique globale à 53% du PIB d'ici 2018, les autorités financières thaïlandaises ont rétorqué qu'elles tiendraient l'objectif d'un budget équilibré en 2017 avec une dette publique inférieure à 50% du PIB. Cet optimisme est basé sur la volonté de maitriser les dépenses et une amélioration de la fiscalité avec notamment une meilleure collecte de l'impôt et l'expiration des programmes de cadeaux fiscaux.
Dans son rapport d'octobre publié le 12 novembre, le Comité de politique monétaire de la Thaïlande a répondu indirectement au piques du FMI en assurant que la politique de grands projets d'infrastructures (gestion de l'eau et infrastructures ferroviaires) contribue à une hausse de 1% du PIB par an et que l'amélioration elle-même permettrait de réduire les dépenses publiques de 2%.
Reste que globalement le FMI semble plutôt optimiste pour l'économie thaïlandaise puisqu'il prévoit une croissance à 5.2% l'année prochaine (contre 4,8% prévus par la Banque centrale thaïlandaise), en baisse par rapport à d'autres prévisions, mais à cause de facteurs externes, souligne le même FMI, citant le ralentissement de l'économie chinoise.
Les administrateurs du FMI ont noté enfin que les fondamentaux de l'économie thaïlandaise demeurent solides avec une faible inflation, des réserves de devises élevées, un niveau modéré de la dette publique et un secteur bancaire en bonne santé.
Lire aussi notre article du 31 octobre 2013 INTERVIEW ? François Petit : "En 2014, la plupart des indicateurs resteront au vert"
F.P. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) jeudi 14 novembre 2013
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale