Samedi 19 juin 2021

Des Birmans arrêtés en Thaïlande menacés d’être renvoyés vers la junte

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 11/05/2021 à 11:07 | Mis à jour le 17/05/2021 à 00:34
Photo : REUTERS / Stringer / archives - Des militants anti-junte lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire à Rangoun, le 22 février 2021.
Des militants birmans contre le coup d'etat a Rangoun

Trois journalistes et deux militants birmans anti-junte ont été arrêtés pour entrée illégale en Thaïlande et risquent d'être expulsés, ont annoncé mardi l'organe de presse des reporters ainsi que la police locale.

La chaîne DVB (Democratic Voice of Burma) a déclaré que les cinq hommes avaient été arrêtés dimanche dans la ville Chiang Mai et a appelé les autorités thaïlandaises à ne pas les expulser vers la Birmanie, où le média a été interdit par la junte militaire qui a pris le pouvoir dans ce pays le 1er février dernier.

"Leur vie sera sérieusement mise en danger s'ils devaient y retourner", a déclaré dans un communiqué Aye Chan Naing, le directeur de DVB, qui a également sollicité l'aide du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Le communiqué indique qu'ils ont fui la répression de l'armée birmane qui a arrêté des milliers de personnes depuis le coup d'État de février, dont plusieurs dizaines de journalistes. 

Fondée en 1992, DVB a commencé en tant qu’organe médiatique à but non lucratif basé à Oslo, en Norvège puis à Chiang Mai, en Thaïlande. Dirigée par des expatriés birmans, elle vise à fournir des informations non censurées sur la Birmanie. Après l’ouverture démocratique de la Birmanie en 2012, DVB est revenue dans le pays, jusqu’au coup d’Etat des militaires et la répression qui s'est ensuivi. DVB et plusieurs autres organisations médiatiques indépendantes ont ainsi vu leurs licences révoquées.

Thapanapong Chairangsri, le chef de la police dans le district de San Sai, situé au nord de la ville de Chiang Mai, a déclaré à Reuters que cinq citoyens birmans avaient été arrêtés pour être entrés illégalement dans le pays et qu’ils seraient présentés à la justice mardi.

Il a annoncé qu'ils seront sans doute expulsés conformément à la loi, mais a ajouté qu'en raison de l'épidémie de coronavirus, ils devraient probablement être maintenus en détention pendant 14 jours avant d'être remis aux autorités de l'immigration.

0 Commentaire (s)Réagir