Vendredi 17 septembre 2021

Un ancien soldat en colère tue deux personnes à Bangkok

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 25/06/2021 à 00:00 | Mis à jour le 25/06/2021 à 06:25

Un ex-militaire thaïlandais a ouvert le feu jeudi sur un hôpital de campagne anti-Covid de la banlieue de Bangkok, tuant un patient de 54 ans après avoir abattu peu avant un employé d’un 7-Eleven.

Un ex-soldat de l’armée thaïlandaise s’est rendu à la police jeudi, dans la province de Ranong, quelques heures après avoir tué deux personnes qui lui étaient inconnues dans deux endroits différents dans Bangkok et sa banlieue.

Le suspect, Kawin Saengnilsakul, âgé de 23 ans, aurait d’abord tué un employé d’une supérette 7-Eleven sur Lad Phrao 25, peu avant trois heures du matin. Selon le Bangkok Post, le jeune homme aurait eu une altercation avec l’employé de 32 ans, Rathawit Santikuptapong, ce dernier lui ayant demandé de payer pour une bouteille de bière cassée. Peu après l’incident, l’ex-militaire serait revenu armé pour faire feu, tuant l’homme de trois balles dans le dos.

L’homme aurait ensuite enfilé une tenue militaire de combat pour se rendre dans la province voisine de Pathum Thani au Princess Mother National Institute, un centre de réhabilitation pour toxicomanes transformé récemment en hôpital de campagne pour accueillir les personnes testées positif au Sars-Cov-2.

Là, il a tiré sur le bâtiment, tuant de plusieurs balles un patient, Suksant Saowapan, âgé de 54 ans, qui se rendait apparemment aux toilettes.

Selon la police, le forcené pensait à tort que les patients de l'hôpital étaient des toxicomanes. Le Bangkok Post rapporte que selon la déposition du père du tueur, ce dernier était rongé par des abus subis durant son temps passé dans l’armée, abus qui lui auraient été infligés par son formateur par le moyen de drogues. Ce qui expliquerait sa détestation pour les toxicomanes.

Des images de caméras de sécurité qui ont circulé en ligne montrent un homme entrant dans un hôpital portant tenue de combat et béret rouge et brandissant une arme à feu.

Le suspect a été arrêté à Ranong chez un proche qu’il aurait pris en otage avant de se rendre, selon le journal The Nation.

Cette affaire rappelle la tuerie de Nakhon Ratchasima en février de l'année dernière, lorsqu’un soldat a tué 29 personnes en commençant par son supérieur. Un drame qui avait attiré l'attention sur le traitement réservé aux militaires subalternes en Thaïlande.

0 Commentaire (s) Réagir