Mardi 21 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Retour sur la visite de Jacinda Ardern en Europe

Par Maé Castellet | Publié le 22/04/2018 à 01:16 | Mis à jour le 22/04/2018 à 01:47
Photo : Jacinda Ardern et Emmanuel Macron se sont rencontrés lundi 16 avril à l'Elysée
Ardern and Macron meeting april 2018

La semaine dernière, la Première Ministre néo-zélandaise s’est rendue en Europe pour sa première venue officielle depuis son élection en octobre dernier. L’occasion pour elle de rencontrer Emmanuel Macron à l’Elysée mais aussi de se rendre au sommet du Commonwealth à Buckingham. 


Une femme de pouvoir


La présence de Jacinda Ardern au sein du banquet de bienvenue donné par la reine Elisabeth II au palais, s’est faite remarquée. En effet, lors de sa venue à Buckingham le jeudi 19 avril, la Première Ministre a arboré une cape maorie symbole de pouvoir. Ce vêtement appelé kahu huruhuru est orné de plumes et habituellement porté par les chefs maoris. Ainsi, l’image véhiculée par Ardern enceinte de 7 mois se veut féministe et progressiste. Ce choix a été salué par la presse internationale mais aussi par les Maoris du monde entier qui sont très fiers d’être représentés par la Première Ministre. C’est le club maori Ngati Ranana, établi à Londres, qui lui a offerte la cape portée pour l’occasion. 

 

Jacinda au sommet pour le Commonwealth à Buckingham


A travers celle-ci, elle « inverse les rôles traditionnels » selon The Guardian et assume son rôle de femme de pouvoir en parallèle de sa grossesse, un exemple à suivre pour de nombreux médias et internautes. Le magazine américain Time l’a désignée parmi les 100 personnalités les plus influentes de l’année, tout comme Donald Trump, Xi Jinping Emmanuel Macron et le Pape François. 


Un accord entre l’Union Européenne et Wellington possible


Quelques jours plus tôt, Jacinda Ardern était en France pour rencontrer le Président. Les deux chefs de gouvernement ont abordé, le lundi 16 avril, les questions du climat et de la sécurité dans le Pacifique. Lors d’une interview au Monde, la Première Ministre avait déclaré que parmi les points intéressants de leur entretien, il y aurait « le changement climatique » puisque que « la France et Emmanuel Macron ont fait montre d’un réel leadership sur ce dossier et nous cherchons à faire de même. En tant que pays du Pacifique, où les conséquences du changement climatique sont déjà réelles, il est de notre devoir d’agir ». 


La possibilité de l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et la Nouvelle-Zélande a également été discutée et était la raison principale de la venue de Jacinda Ardern en Europe. « Nous pensons que dans l’environnement international actuel, il y a un réel besoin de démontrer que des traités de libre-échange progressistes, inclusifs, multilatéraux, sont plus nécessaires que jamais », a-t-elle déclaré. Les échanges entre les deux puissances représenteraient 15 milliards de dollars néo-zélandais soit 8,9 milliards d’euros. « La Nouvelle-Zélande demande un mandat depuis un certain temps. Comme le vote aura bientôt lieu, nous avons estimé que nous avions besoin de renforcer le soutien à ce mandat autant que possible », a indiqué Mme Ardern.

 

Arden Macron accord libre-échange UE


La France soutient totalement ce projet d’accord à condition qu’il soit « cohérent avec le modèle social que défend l’Europe » selon les termes d’Emmanuel Macron. « Je ne crois pas que l'avenir de l'Union européenne soit dans la fermeture et l'absence d'accords commerciaux nouveaux », a-t-il annoncé. Mais il a également ajouté que cette démarche devait prendre en compte les opinions publiques, qui « ne comprennent et n'acceptent plus que nous puissions négocier des accords commerciaux qui puissent être incohérents avec les politiques que nous menons ». Selon les deux chefs de gouvernement, les préoccupations de leur pays respectif sont intrinsèquement liées.


L'Union Européenne discutera du mandat de l'Accord de libre-échange (ALE) lors d'une réunion prévue le mois prochain. Quant à Emmanuel Macron, il a annoncé son intention de se rendre en Nouvelle-Zélande mais aucune date n’a été communiquée pour le moment. Le Président visitera le Pacifique début mai en commençant par l'Australie puis la Nouvelle-Calédonie.

 

 

Nous vous recommandons

Maé Castellet Le Petit Journal Auckland

Maé Castellet

Étudiante en Journalisme à Lyon 2 et stagiaire au sein de la rédaction Lepetitjournal.com. Je suis passionnée de voyages avec un vif intérêt pour les questions de société.
0 Commentaire (s)Réagir