Opération “Skyros 2021”, l’alliance militaire franco-grecque

Par Tony Hapetian | Publié le 16/02/2021 à 22:59 | Mis à jour le 16/02/2021 à 22:59
Photo : Meta-Defense
entrainement conjoint Grece France

Dans un contexte géopolitique plus que jamais tendu en méditerranée, notamment vis à vis d’Ankara, la Grèce n’a d’autre choix que de sortir l’artillerie lourde. Après le contrat de 18 avions de combats Rafale signé le 25 Janvier dernier, le couple franco-grec a tenu à souligner leur ambition d’une alliance militaire commune avec une démonstration de l’armée de l’air française sur la base militaire de Tanagra au nord d’Athènes. 

entrainement conjoint France Grece

Une alliance historique

“Ce fut une occasion exceptionnelle pour les deux pays de se rapprocher et de développer des approches au niveau tactique et opérationnel”. Par ces termes, le ministre grec de la Défense nationale Nikos Panagiotopoulos, a tenu a rappeler la volonté de la république hellénique à coopérer avec la France dans un climat sous tensions en mer Egée.  L'exercice militaire bilatéral "Skyros 2021", a notamment permis à la Grèce d'examiner de près 4 avions Rafale français pour lesquels Athènes a récemment signé un contrat.

Cette décision s’inscrit dans une suite logique qui est d'accroître l’armement militaire hellénique et de faire face aux éventuelles menaces dans la région comme le souligne le ministre de la défense. “Par cette coopération nous voulons montrer que nous sommes prêts à faire face aux menaces qui persistent dans la région”. “Nous voulons envoyer un message, un message de dissuasion”.

Cette coopération a notamment été saluée par l'ambassadeur de France à Athènes, Patrick Maisonnave, également présent sur le tarmac Tanagra. “Nous sommes fiers d'être un des plus anciens partenaires de la Grèce”. “La stabilité devrait être garantie dans le monde entier, nous ne céderons pas face à l’intimidation”. L’ambassadeur a également souligné la volonté de coopérer dans le futur. “Nous espérons qu’il y aura davantage de Rafale, davantage de frégates à disposition de notre partenaire”.

En effet, les déclarations du président turque Recep Tayyip Erdogan en Octobre dernier concernant son homologue français, n’ont fait qu’accentuer les tensions entre les deux nations. Ce dernier avait notamment émis un doute quant à la santé mentale du chef d’Etat français :“"Tout ce qu'on peut dire d'un chef d'Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c'est : allez d'abord faire des examens de santé mentale”. Ces divergences politiques et ethniques ont également envenimé les relations entre Paris et Ankara, encourageant la France à partager sa technologie et son savoir-faire en termes d’armement militaire avec la Grèce.

De son côté, la Turquie peut compter sur la technologie allemande. Bien qu’un arrêt de vente d'armement ait été demandé par la communauté européenne entre les deux pays, ces derniers étant tous les deux membres de l’Otan (alliance militaire), ont techniquement la possibilité de réitérer ces contrats. Ces armes vendues à la Turquie sont également issues d'organisations paramilitaires privées, et ne sont par conséquent pas dépendantes des décisions gouvernementales.

armement allemand turquie

“Les meilleurs aéronefs du monde”

Cette démonstration de force effectuée au 114eme Escadre de combat a également été observée par les hauts dirigeants des forces armées franco-grecs dont le chef de l'armée de l'air française : le général Laurent Lherbette. Ce dernier a précisé que l'armée de l'Air française “participera également à l'exercice "Iniochos", qui permettra de poursuivre l'échange d'expériences entre les pilotes des deux pays”

Ces derniers, également présents sur la base de Tanagra, ont souligné leur fierté à pouvoir coopérer, et ce sur la dernière version du Rafale.

“C’est une immense opportunité pour nous de connaître un autre environnement. Cet exercice nous permet de mettre en avant notre rigueur et notre professionnalisme dans l'entraînement. Cet enthousiasme dont nous faisons part est partagé par nos amis de l’armée de l’air grecque. C’est ce qui fait la force de cet échange” exprime le colonel Jack, un des pilotes français.

Greg, un des autres pilotes français de l’escadron met en avant les impressionnantes capacités avioniques du Rafale :  "C'est un avion de dernière génération, il permet une meilleure synthétisation d’informations pour nous donner une meilleure situation tactique, et prendre les meilleures décisions au moment venu. Bien qu’il possède une capacité avionique air-air et air-sol supérieure aux autres aéronefs, cette dernière version continuera d'être améliorée dans le futur”.

Bien qu’aucune opération militaire n'ait été encore publiquement annoncée, des “programmes” sont bel et bien en cours de traitement au sein du ministère de la défense selon le pilote.

 

 

 

Sur le même sujet
tony Capetian

Tony Hapetian

Je suis Tony Hapetian, j'ai 21 ans. Après l'obtention d'un bts tourisme, j'ai décidé de me reconvertir dans la voie du journalisme dans le but d'exercer le métier de mes rêves
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Athènes !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale