TEST: 2236

La liberté de la presse de plus en plus en danger en Grèce

Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 05/07/2021 à 05:30 | Mis à jour le 06/07/2021 à 13:56
Photo : La liberté de la presse est essentielle à la sécurité de la liberté dans l'État.
John Adams sur la liberté de la presse
Loin de la représentation paradisiaque du pays, depuis peu la Grèce est devenue un danger  pour  la  liberté  de  la  presse.  Entre  interdiction  de  couvrir  des  sujets, assassinats et menaces des journalistes, le pays est loin de son passé historique : la démocratie.
 
presse en Grèce le danger

 

Si elle est la destination favorite des Européens pour les vacances. Pour les journalistes, c’est une autre histoire. Entre censure des médias et mise sous silence, la Grèce n’est pas l’endroit rêvé pour exercer le métier de journaliste. Un recul des libertés dans le pays qui alarme de plus en plus l’Union européenne.

 

Le déclin de la liberté de la presse

70ème : c’est la place qu’occupe actuellement la Grèce dans le classement mondial de la liberté de la presse en 2020. Une position assez basse pour un pays dit ancien dans l’Union européenne. Une liberté malmenée particulièrement sur les sujets en rapport à la crise sanitaire, mais aussi sur l’un des plus gros problèmes du pays : l’immigration, qui ne cesse de s’accentuer sur les côtes grecques. Une activité encore plus menacée avec le
nouveau schéma national grec du maintien de l’ordre (SNMO) révélé en janvier dernier par le ministre de la. Protection du citoyen. Le texte prévoit de restreindre les déplacements des journalistes en créant une zone spécifique lors des événements publics. Le ministre de la Protection du citoyen, Michalis Chryssohoïdis ajoute que les professionnels devront travailler  avec  un «  officier-référent »  qui  leur  fournira  les  principales  informations communiquées par la police.

 

presse en Grèce le danger
CPJ

 

Une nouvelle  mesure  qui  complique  davantage  les  relations  entre  la  police  et  les journalistes et ne fait pas l’unanimité dans la profession, qui voit ses conditions de travail entravées par le gouvernement. Un constat que relève et qui inquiète le responsable du bureau Union européenne Balkans de Reporters Sans Frontières, Pavol Szalai : « En temps  normal,  lorsqu’il  s’agit  de  la  crise  migratoire,  les  autorités  empêchent  les journalistes de couvrir le sujet. Avec le SNMO, les journalistes terrains seront pris à parti et interpellés plus souvent (voire agressés) alors qu’ils font simplement leur métier ».

 

Les mesures de l’Union européenne

Une presse de plus en plus menacée qui n’a pas échappé à l’Union européenne, notamment avec l’assassinat du journaliste grec, Giorgos Karaïvaz. Un crime qui a suscité l’indignation et a été condamné par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen sur Twitter : « Tuer un journaliste est un acte méprisable. L’Europe défend les libertés. Et la liberté de la presse est peut-être la plus sacrée de toutes. Les journalistes doivent travailler en sécurité ».

La Commission européenne s’est par ailleurs réunie le 11 mai au Parlement européen pour se concerter sur la question des procédures-baîllons (l’intimidation judiciaire) que subissent les journalistes européens depuis un certain temps. L’objectif de ce rapport est de limiter le recours abusif aux poursuites stratégiques pour faire taire les journalistes dans le débat public et qui implique bien souvent des intérêts privés.

 

Les institutions grecques ne volent pas au secours des journalistes

Les institutions grecques ne volent pas au secours des journalistes. Bien au contraire, elles les abandonnent. Les instances grecques sont un frein, un handicap, voire même une barrière pour ceux qui transmettent l’information.

Pour les journalistes, les portes des différents ministères sont le plus souvent closes. Il est très rare en Grèce d’obtenir une réponse des services de presse qui ne sont pas ouverts à la discussion ni à l’échange et surtout pas quand vous êtes un média indépendant, qui n’est pas sous le regard attentif du gouvernement. L’accès à l’information dans le pays reste très compliqué même parfois impossible.  Les réponses aux mails se font très rares, les appels téléphoniques sont inutiles et les visites au sein des ministères interdits, à moins de montrer patte blanche, c'est-à-dire connaitre quelqu'un qui connait quelqu'un, qui est d'une façon ou d'une autre proche du gouvernement en place.

Alors quel choix pour le journaliste face à tant d’incompétence et de censure volontaire ?

 

presse en Grèce le danger
Michale Malton

 

Ce comportement pousse au manque d’informations réelles, et d'enquêtes. En contrepartie, la presse hellénique abonde de nouvelles positives, tout va bien dans le pays, tout le monde est heureux et la mer est toujours bleue.  Que demande le peuple ? 

 

Article réalisé en collaboration : Sarah Fenzari et Melissa Scaramozzino

lepetitjournal.com Athènes

Lepetitjournal Athènes

Le Petit Journal d'Athènes est un magazine d'information gratuit, en ligne et en français sur la Grèce.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Athènes !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com