TEST: 2299

Suisse : Deux tiers des travailleurs rêvent d'une autre carrière

Par Lepetitjournal Zurich | Publié le 26/05/2021 à 09:03 | Mis à jour le 26/05/2021 à 14:03
Photo : Par : Pixnio
Une personne travaillant sur son ordinateur

Les emplois avec un contact personnel direct ont le vent en poupe, comme les guides touristiques ou les médecins.

De nombreux salariés se sont retrouvés en home office à cause de la pandémie, entre tâches solitaires et réunions virtuelles. Mais la majorité des Suisses préféreraient un travail avec beaucoup de contacts personnels, selon une étude réalisée par le réseau social professionnel Xing. Le métier de rêve diffère selon le sexe: les femmes voudraient être médecins et les hommes guides touristiques. La profession de photographe arrive en deuxième pour les deux sexes. Toutefois, 10% des sondés déclarent que le métier de leurs rêves reste encore à inventer.

«La pandémie a mis en évidence le rôle important du personnel de santé», relève Robert Bertschinger, directeur général de Xing Suisse, ce qui explique que la profession de médecin, en particulier, soit bien placée. Les gens se préoccupent aussi de plus en plus du sens de leur activité professionnelle. Selon lui, le travail à domicile et les contacts virtuels ont ainsi accru le besoin d'interactions sociales, ce qui explique en partie pourquoi des professions plus traditionnelles se retrouvent sur la liste des emplois rêvés.

Équilibre et salaire

Les sondés définissent leur poste idéal par un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, un bon salaire et la possibilité de développer leur potentiel. Ce dernier point est particulièrement important pour les hommes. Pour les femmes, la compatibilité entre le travail et la vie de famille est un facteur déterminant.

Selon cette étude, 63% des Suisses choisiraient aujourd'hui une autre carrière. Les principales raisons sont les nombreux nouveaux emplois qui n'existaient pas il y a quelques années, l'évolution des intérêts personnels et le désir de suivre sa propre vocation. Résultat qui ne surprend pas Michel Ganouchi, expert en ressources humaines: «Les actifs observent l'évolution du monde du travail et identifient des options et des possibilités.» Après quelques années de travail, les personnes sont en mesure de mieux s'évaluer et de développer de nouvelles aspirations professionnelles, mais peuvent être freinées dans leur désir de changement en raison de différentes réalités comme la situation familiale et financière, relève le spécialiste.

 

Sur le même sujet
logofbzurich

Lepetitjournal Zurich

L'édition de Zurich de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Zurich !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com