Thierry Deneuve (A.E.I) : « On ne fait pas d'écologie le ventre vide »

Par La Rédaction | Publié le 18/05/2022 à 17:50 | Mis à jour le 24/05/2022 à 14:40
Thierry Deneuve pour les legislatives 2022

Dans la perspective des prochaines élections législatives (à partir du 27 mai en ligne, 5 et 19 juin 2022 dans les urnes), lepetitjournal.com est allé à la rencontre des candidats dans chaque circonscription des Français de l’étranger.
Thierry Deneuve, candidat à la 7ème circonscription pour l'Alliance des Écologistes Indépendants (A.E.I) a répondu à nos questions.

 

Pourquoi avez-vous souhaité vous présenter aux prochaines élections législatives ?

Je suis un militant écologiste: mon engagement est de longue date et fait suite à une action pour stopper les travaux de construction d'un circuit de formule 1 à Flins/seine dans le Yvelines en Ile de France. J'ai été choqué à cette époque de me rendre compte que les élus avaient le pouvoir de faire n'importe quoi. J'ai donc décidé de m'engager au côté d'un parti politique pour faire avancer mes convictions. C’est CAP 21, guidé par Corinne LEPAGE qui m'a séduit par son engagement réel. Je connaissais à l'époque ses engagements qui sont très  fermes pour la défense de l'environnement, qui ne se sont jamais tari depuis. J'ai essayé de me présenter deux fois pour être élu conseiller consulaire sans succès. C'est une suite logique pour moi, de continuer mon engagement par la candidature à cette élection cruciale pour notre pays et l'avenir des générations futures. Vous savez, j'ai été militant de Greenpeace pendant 15 années, je n'ai jamais hésité à risquer ma vie lors d'actions de dénonciation des pollueurs. Je veux que l'écologie soit enfin au-devant de la scène sans clivage ni parti pris.

 

Quel est votre rapport avec cette circonscription ?

J'habite Vienne depuis douze années, j'y ai ouvert un restaurant à spécialité française, revendu maintenant. Je connais bien cette circonscription pour y avoir voyagé quelques fois. C'est la raison pour laquelle il m'a paru évident de me présenter dans cette circonscription.

 

En quoi votre parcours est-il marqué par les préoccupations des Français de l'étranger ?

Moi-même "expat" je connais bien les soucis des expatriés au jour le jour. Éloignement de la mère patrie, tiraillement entre deux cultures, une de cœur et une d'accueil. Je serais à même de partager avec les autres Français leurs préoccupations et j'essayerais de les représenter au mieux dans une intégrité totale. Je prends l'engagement ici d'être le plus disponible possible pour écouter et relayer les revendications de mes compatriotes.

 

Comment voyez-vous le mandat de député ?

Écouter, comprendre, analyser, agir, être redevable.

 

Quels sont, selon vous, les défis qui attendent les Français de votre circonscription ?

La représentation et l'éloignement. Vous savez, payer pour une école française, ce n'est pas normal. En France, l'éducation est gratuite à part si vous décidez d'inscrire vos enfants dans une école privée : je vais m'organiser pour que les français reçoivent des aides plus conséquentes pour payer l'école. Des bourses existent certes, cependant il devrait y avoir un vrai choix. Aussi, plus d'échanges avec des correspondants en France, des sorties des colonies de vacances etc... pour que la culture française reste brillante. Les gens avec lesquels j'échange me parlent souvent de ça. Également, les billets d'avion avec la France sont hors de prix. Il est certain que voyager en avion n'est pas l'apanage de l'écologie, cependant nous devons garder un lien fort avec notre France, je demanderai que notre compagnie nationale (Air France) offre des billets avec des réductions substantielles, ou offre un ou deux billets gratuits par an pour aller voir nos familles. Également, je veux que la reconnaissance de la retraite en tant qu'expatrié soit facilitée. Je voudrais aussi aider à la ré-installation en France lorsqu'un expatrié décide pour sa famille et lui même de revenir s'installer en France. Vous voyez, beaucoup de travail en perspective.

 

Comment est organisée votre campagne et qui sont vos soutiens ?

Vous savez avec le désistement de EELV et son avalement par LFi, un élan national s'est levé, beaucoup nous demandent de nous rejoindre. Nous étions déjà avant ce désistement plus de 350 candidats écologistes du centre à nous présenter au sein d'une Alliance des écologistes indépendants. Nous allons fièrement défendre l'écologie et nos idées, nous devenons les seuls écologistes encore debout pour défendre cette grande cause.

 

Quels sont les axes de travail que vous souhaitez mener à bien si vous êtes élu ?

Avoir un maximum de présence auprès de mes administrés, par un roulement constant mensuel dans chaque pays de ma circonscription. Pour cela je nommerai 2 voir 3 assistants parlementaires, pour former une équipe efficace. Je vais me rapprocher aussi des conseillers consulaires pour que nous puissions travailler également en équipe.

Recueillir leurs attentes et réfléchir avec eux aux meilleurs moyens pour résoudre les problèmes rencontrés. Je me vais me rapprocher aussi des consulats et je serai leur porte parole.

Je serai également très présent dans l'hémicycle, rien n'est plus décevant qu'un hémicycle vide lorsque vous suivez les débats sur la chaîne parlementaire.  Je m'engage ici à ne rien laisser passer concernant l'écologie mais aussi le social et l'avenir de notre laïcité auquel je suis très attaché. Nous avons besoin d'une Europe forte pour être toujours un équilibre dans les Nations, les États Unis, la Chine, l'Inde, tous ces pays prennent des parts de marchés, nous devons être unis pour y résister. 

Je veux aussi des médias libres et vraiment indépendants financièrement, les médias sont le contre pouvoir par excellence qui dénoncent bousculent et communiquent. Nous l'avons d’ailleurs, dans CAP 21, identifié comme un engagement majeur de nos 15 propositions.

Pour terminer, vous savez lorsque j'étais à Greenpeace un des arguments majeurs que nous avions était "on ne fait pas d'écologie le ventre vide" j'affirme ici qu'on ne fait pas d'écologie lorsque notre environnement social de travail de santé de sécurité, ne nous y prête pas. 

 

Quel bilan dressez-vous du mandat du député sortant ?

Le bilan de Frédéric Petit aura été à la hauteur de la majorité présidentielle, soit avec une préoccupation pour l'écologie quasi absente. De plus, à mon avis, Mr Petit a oublié qu'il était élu avant tout pour les français de l'étranger de sa circonscription. Je pense que les députés des circonscriptions des français de l'étranger devraient avant tout, se préoccuper du rayonnement de la France dans les pays où les administrer les ont élus. 

Certes un député a une fonction nationale. Mais elle ne devrait pas les accaparer outre mesure. Vous savez la fonction des députés de l'étranger est récente, je ne veux pas jeter la pierre à Mr Petit ou aux autres députés de l'étranger élus, cependant une réelle réflexion est à mettre à l'ordre du jour pour mieux clarifier cette fonction très importantes pour nos concitoyens expatriés. Je lisais dans votre journal un commentaire d'un concitoyen basé temporairement à Hong Kong, qui est "très attachée à sa petite commune d'origine : Chalinargues dans le Cantal" et qui voulant voter dans sa commune a eu la mauvaise surprise de s'apercevoir qu'il avait été radiée comme "habitant à l'étranger". Sous prétexte "qu'une loi a été promulguée en 2019 qui interdit aux français de l'étranger de voter pour certaines élections dans leur commune d'origine". Vous voyez, ce genre de problème est du ressort du député des français de l'étranger et je m'attellerai à être au plus près des préoccupations de mes concitoyens expatriés.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Vienne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale