Interview de Vassili Le Moigne avec l'ASFE pour la 7ème circonscription

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 24/05/2022 à 14:55 | Mis à jour le 25/05/2022 à 13:48
Vassili Le Moigne ASFE

Dans la perspective des prochaines élections législatives (à partir du 27 mai en ligne, 5 et 19 juin 2022 dans les urnes), lepetitjournal.com est allé à la rencontre des candidats dans chaque circonscription des Français de l’étranger.
Vassili Le Moigne, candidat à la 7e circonscription, avec l'Alliance Solidaire des Français de l'Etranger (ASFE) a répondu à nos questions.

 

Pourquoi avez-vous souhaité vous présenter aux prochaines élections législatives ?

Dans ces élections, je n'ai qu'une priorité, être la voix forte des Français vivant hors de France au niveau national et les représenter fortement à l'Assemblée nationale. Ils sont mon fil rouge et mon souci principal. Aujourd'hui, nous avons l'impression d'être les oubliés une fois les élections passées. Je ne suis pas membre d'un parti, je suis indépendant, je n'ai pas à suivre les ordres de Paris durant les votes et donc je ne risque pas d'oublier d'où je viens, qui m'a élu et pourquoi.

J'ai reçu cette semaine un email d'une personne âgée française d'Allemagne qui avait entendu parler de moi et me disait en substance : « M. Le Moigne, pouvez-vous m'aider à entrer en contact  avec le consulat de Francfort, jamais de réponse, je n'y arrive pas, les tournées consulaires ne se font plus et je ne suis plus à jour pour mes papiers, ça m'angoisse ! ». Quand j'entends cela, cela me fait bouillir. Idem pour la taxation CSG et CRDS des Français hors de France sur les revenus immobiliers alors que la cour de justice Européenne l'a annulée car discriminatoire mais que le gouvernement garde hors de la zone UE. Pas surprenant que l'on se sente parfois comme des citoyens de 2e classe et ce n'est pas juste !

 

Quel est votre rapport avec cette circonscription ?

Vous ne le savez peut être par mais j'ai déjà passé plus des ⅔ de ma vie dans cette région, j'y ai ma famille, ma femme est tchèque et mon fils, binational, y a grandi et fait ses études dans le système local et français. J'ai fait ma carrière ici, j’y ai créé des sociétés dans l'internet et la technologie et je suis président de la FrenchTech Prague. Je connais très bien cette région, j'ai vécu et travaillé en Allemagne, en Roumanie et maintenant en Tchéquie. Je connais bien les problèmes qui nous entourent pour en avoir vécu beaucoup moi-même. Je serai la voix à Paris et à l'Assemblée nationale de nos préoccupations, votre voix, plus forte.

 

En quoi votre parcours est-il marqué par les préoccupations des Français de l'étranger ?

Je représente les Français vivant en Tchéquie depuis déjà 6 ans en tant que conseiller des Français de l'étranger et président du conseil consulaire, j'ai été l'année dernière réélu à la majorité absolue. Pourquoi cette réélection ? Parce que je m'occupe des Français établis hors de France sans relâche, avec passion et les Français de Tchéquie où je suis élu, l'ont bien senti. Durant la COVID-19, j'étais là jour et nuit, au téléphone ou par internet pour répondre aux demandes. Plus de 1.000 communications durant les 2 premières vagues de la pandémie.

Cette année, avec la guerre en Ukraine, je n'ai pas pu rester les bras croisés et j'ai aidé des centaines de français ainsi que des réfugiés à sortir du pays et à être accueillis par des familles françaises dans 12 pays de la région et au-delà. Elu, je veux continuer à déployer ainsi mon énergie pour vous.

 

Comment voyez-vous le mandat de député ?

En tant que député, pour pouvoir m'exprimer et être la voix forte des Français vivant hors de France, je devrai me rattacher à un groupe parlementaire. Ce groupe, je le choisirai selon mes principes de vie.

Quels sont-ils ? Un attachement profond pour l'Europe et ce qui nous unit, le respect de la démocratie, de la justice, de notre environnement, des droits de l'Homme et la solidarité.  Mais ce qui fera toujours ma différence, c'est que je penserai à ce qui est bon pour les Français vivant hors de France. Pas de compromis, nous sommes 3 millions, nous méritons bien d'être entendus et écoutés.

 

Quels sont, selon vous, les défis qui attendent les Français de votre circonscription ?

Les défis sont multiples mais six points principaux ont besoin de cette voix forte à l'Assemblée : l'écologie et comment participer localement à l'effort global entrepris, l'emploi et le soutien à la reconversion quand on le perd ce qui est malheureusement de plus en plus fréquent mais aussi le soutien aux conjoints suiveurs qui sont souvent sans travail et en situation de dépendance, l'accès à l'éducation en français à un coût raisonnable pour les familles binationales ou non, les retraites et étendre la simplification des procédures d'obtention au-delà de l'Allemagne, les services consulaires et arriver enfin à la parité avec les services disponibles en France, et une aide bien plus efficace et régulière aux associations ainsi qu'aux entrepreneurs français qui font le rayonnement de notre pays dont, même éloignés, nous sommes fiers.

 

Comment est organisée votre campagne et qui sont vos soutiens ?

Je suis déjà conseiller des Français de l’Etranger depuis 6 ans, réélu l'année dernière - j'ai durant ces années développé un réseau de soutien parmi les Français vivant hors de France. J'ai aussi le soutien de l'Alliance Solidaire des Français à l'Etranger. Pour ceux qui ne le savent pas, l'ASFE est une organisation qui n'a qu'un but, un seul objectif : comprendre les problèmes et apporter des réponses aux difficultés des Français de l'étranger. Cette combinaison de soutiens locaux et d'une organisation spécialisée et mondiale sont très efficaces.

 

Quel bilan dressez-vous du mandat du député sortant ?

Pour faire simple, je dirais que le député sortant n'a pas été la voix forte que je souhaite être pour les des Français établis hors de France. Nous méritons d'avoir une voix forte et il sera juste d'être écoutés et entendus.

 

Vassili Le Moigne

Facebook 

 

Allez-vous voter pour les prochaines élections législatives ?
Choices
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale