Vendredi 3 décembre 2021
TEST: 2298

Jardin potager au LFV : la permaculture s’invite à l’école !

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 04/10/2020 à 19:55 | Mis à jour le 04/10/2020 à 19:56
fotka2(2)_0

La permaculture, cette technique d’agriculture et de jardinage séduit de plus en plus, notamment en milieu urbain, pour ses bienfaits en termes de protection de l’environnement et développement des écosystèmes locaux. Le principe : créer des potagers autonomes et autosuffisants en imitant la nature. Le groupe « Varsauvons la Planète » de l’association Varsovie Accueil, et le Lycée français de Varsovie, grâce au soutien de la Fondation Veolia, et à l’expertise de Łukasz Nowicki de Fundacja Transformacja, ont fait le pari d’installer un jardin potager en permaculture au sein même de l’école à Sadyba.

L’objectif : faire découvrir aux élèves de maternelle et du primaire du LFV les secrets de l’agriculture et leur permettre d’avoir un contact permanent avec la nature. Rencontre avec les porteurs de projet qui nous livrent quelques précieux conseils en la matière…

 

Le petitjournal.com : D'où est venu votre intérêt pour la permaculture ? En quoi cela consiste-t-il concrètement ? 

Stéphanie Szczepański (Varsauvons la Planète) : J’avais entendu parler de la permaculture il y a quelques années dans le film « Demain » avec la Ferme du Bec Hellouin. Cette forme d’agriculture, basée sur l’association de plantes qui s’entraident pour grandir, avait alors piqué ma curiosité.

Marie Peccoud (Varsauvons la Planète) : Je suis convaincue que les villes doivent retrouver une forme de souveraineté alimentaire. C’est pourquoi les nombreux jardins ouvriers de Varsovie me ravissent ! La permaculture permet de cultiver sur de petits espaces, en variété et en abondance. Une fois lancé, un jardin permacole ne nécessite pas de ressource extérieure. C’est donc un schéma idéal pour les fermes urbaines. En septembre 2019, plusieurs membres du groupe « Varsauvons la Planète » avaient exprimé le souhait de créer un jardin potager communautaire… la permaculture s’est alors imposée comme une évidence.

 

Le petitjournal.com : A quels obstacles techniques avez-vous dû faire face en amont et au cours de l'installation du jardin potager ?

M.P. : Le terrain qui abrite le jardin potager du LFV à Sadyba est une cour intérieure. L’endroit est intéressant, car abrité du vent et de certains nuisibles, et l’on peut aussi jouer avec l’ombre et le soleil. En revanche, nous n’avons pas pu enlever le pavage d’origine. Il a donc fallu relever le défi de cultiver sur béton et transporter à la brouette  quelques  40 m3  de terre et 20 m3 de copeaux de bois !

S.S. : La principale difficulté technique a été le COVID et le confinement qui en a découlé au printemps. Il a fallu garder courage et faire preuve d’ingéniosité pour garder le cap ! A défaut de pouvoir maintenir les ateliers de réalisation des semis avec les classes de maternelle du Lycée français de Varsovie, nous avons organisé un webinaire avec Lukasz pour former les membres du groupe « Varsauvons la Planète ». L’objectif : obtenir le bon mélange terre – sable – vermicompost, former des boules de ce terreau pour planter les graines à l’intérieur. Les volontaires ont ainsi transformé leurs salons en véritables pépinières ! Au total ce sont 50 plateaux d’environ 90 boules de terre avec des graines qui ont ainsi été hébergés, surveillés, et arrosés pendant 2 mois et demi pendant la période de confinement !

 

Lepetitjournal.com : Avez-vous déjà des projets pour faire grandir le jardin potager du LFV ? Quelles sont les prochaines étapes ?

S.S. : Nous attendons encore des récoltes cet automne, puis nous devrons préparer le jardin pour l’hiver et planifier les prochains semis au printemps. Les variétés seront choisies en fonction des résultats des récoltes de cette année, et des fruits et légumes que les enseignants du LFV souhaitent faire découvrir aux enfants. Nous lancerons probablement un 2ème cycle de formation avec Lukasz pour préparer ces semis afin d’intégrer de nouvelles personnes désireuses de se former à la permaculture.

M.P : Les bonnes idées ne manquent pas ! Parmi les prochaines étapes à l’étude avec le Lycée français de Varsovie : l’installation de bacs de récupération d’eau de pluie, l’accueil de canards coureurs indiens pour manger les limaces, la végétalisation de la cour de maternelle, ou encore la plantation d’arbres fruitiers !

 

Lepetitjournal.com :Est-ce possible pour les personnes qui n’ont qu’un balcon ou une terrasse de se lancer dans la permaculture ?

Łukasz Nowacki (Fundacja Transformacja) : On ne fait pas de la permaculture. La Permaculture est une philosophie et une technique de conception des espaces basée sur l’observation des écosystèmes naturels. Le principe est d’appliquer des solutions que l’on observe dans la nature pour organiser l’espace agricole, afin que le jardin soit autonome et autosuffisant, en permettant notamment de transformer nos déchets en terre ou encore en faisant en sorte que le jardin remplisse des services éco-systémiques, et cela sans impact néfaste sur l’environnement naturel. En réalité, avec la permaculture on favorise même la biodiversité locale. Selon les principes de la permaculture, on peut installer un jardin n’ importe où. J’ai moi-même commencé avec un simple balcon. Ce sont d’ailleurs les plus petits espaces, comme les balcons ou les terrasses, qui nous apprennent le mieux à être créatifs dans la conception de plantations en permaculture. J’ai d’ailleurs écrit un article sur ce sujet sur mon blog : https://lukasznowacki.pl/permakultura-na-balkonie/

 

Lepetitjournal.com : Y a-t-il des plantes ou des légumes qui se prêtent mieux à la permaculture que d’autres ? Comment ont été choisies les variétés cultivées dans le jardin potager du LFV ?

Ł.N.: Tout est faisable quand on connait bien les propriétés et les exigences de la culture des fruits et légumes, mais aussi quand on choisit des variétés en fonction des conditions qui prévalent dans le lieu où nous installons un jardin en permaculture. C’est pourquoi l’observation préalable du lieu est capitale en permaculture. Je regarde toujours ce qui pousse dans la zone et je suis attentif à comment l’écosystème local fonctionne. Dans le cas du jardin potager du Lycée français de Varsovie, ce qui était compliqué, c’était de cultiver sur un désert de béton.  Mais même dans un désert on a toujours quelque chose qui pousse…

Dans le jardin du LFV on a beaucoup de plantes thermophiles, comme les tomates, les courgettes, les citrouilles, le mais, les concombres… mais aussi pas mal de plantes de soutien qui sont des herbes aromatiques. Afin de leur fournir suffisamment d’eau, j’ai conçu un système de récupération d’eau de pluie, et nous avons sécurisé le sol avec une épaisse couche de paillis. Toutes les variétés de fruits et légumes du  jardin potager du LFV ont été choisies en fonction du climat qui prévaut en Pologne, mais également en fonction des spécificités du microclimat qui existe dans la cour intérieure de l’école.  

 

Lepetitjournal.com : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent adopter la permaculture comme technique de jardinage ?

Ł.N. : Il est préférable de commencer avec des petits pas et de se donner le temps d’observer le lieu dans lequel nous prévoyons d’installer un jardin en permaculture. Je recommande aussi d’apprendre l’art du compostage de déchets organiques, afin d’obtenir à partir de restes de repas, de tontes de pelouse, de feuilles et de coupeaux de bois, un compost de bonne qualité.  C’est la base nutritive des plantes dans un jardin en permaculture. Aussi, cela vaut vraiment la peine de lire en amont sur ce qui caractérise un jardin en permaculture, ou comme dans le cas du LFV, de participer à des ateliers pratiques de permaculture que j’anime dans le cadre de mes activités éducatives. En participant à de tels ateliers, vous pouvez en apprendre plus sur la permaculture d’un point de vue pratique, et appliquer ensuite vos acquis et connaissances dans votre jardin.

 

 

> “Varsauvons la Planète” de Varsovie Accueil

Le groupe citoyen Varsauvons la Planète a vu le jour en septembre 2019 au sein de l’association Varsovie Accueil sous l’impulsion de Marie et Stéphanie, deux Françaises résidant à Varsovie. 

Nous souhaitons fédérer des membres de Varsovie Accueil autour de la transition écologique et des actions quotidiennes possibles en faveur de l’environnement. In fine, notre but est de participer directement ou indirectement à la réduction des gaz à effets de serre.

Si vous êtes intéressés par nos actions et souhaitez nous rejoindre, contactez-nous à varsauvonslaplanete@lilo.org.

Site internet : https://www.varsovieaccueil.pl/

 

> Łukasz Nowacki, formateur en permaculture et spécialiste en conception régénérative, écohydrologie et biotechnologies des écosystèmes.

www.lukasznowacki.pl (blog)

www.transformacja.org.pl (site en construction)

 

Lycée français de Varsovie

www.lfv.pl 

www.facebook.com/lfv.varsovie 

 

Fondation Veolia Polska

www.fundacja.veolia.pl

 

0 Commentaire (s) Réagir