COP24 DE KATOWICE – Des sociétés minières partenaires

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 30/11/2018 à 00:00 | Mis à jour le 30/11/2018 à 00:00
environnement

Gazeta Wyborcza, Rzeczpospolitaet Dziennik Gazeta Prawna annoncent que le 2 décembre s’ouvre à Katowice la COP 24. M. Michał Kurtyka, président de la COP 24 et vice-ministre polonais de l’Environnement rappelle qu’à la COP24 sera négocié le détail de la mise en œuvre de l’Accord de Paris. « Nous n’avons aucune garantie d’arriver à un accord à Katowice, mais ma tâche est d’arriver à un niveau d’attentes satisfaisant pour toutes les parties au compromis […] A la recherche du compromis, chacune des parties devrait renoncer à une part de ses attentes », observe M. Kurtyka. 

 

Gazeta Wyborcza et Rzeczpospolita font savoir de leur côté que le gouvernement polonais vient d’annoncer que les grandes sociétés minières seront partenaires de la COP24. Il s’agit des sociétés JSW, Tauron, PGE et PGNiG, premiers émetteurs de CO2, de méthane, d’azote et de dioxyde de souffre en Pologne, « les plus grands empoisonneurs de l’environnement en Europe ». Gazeta Wyborcza remarque que la centrale électrique de Bełchatów (PGE) émet 40 millions de tonnes de CO2 par an. « C’est comme si un producteur de cigarettes était devenu partenaire d’une conférence sur la santé et sur le cancer des poumons », commente le journal. Des médias étrangers et des écologues sont stupéfaits de ce choix de partenaires. Le journal cite l’AFP qui observe que l’économie polonaise, dépendant à 80% du charbon pour son énergie, est l’une des plus polluantes d’Europe. Or, la Commission européenne veut proposer dans le cadre de la COP24 que d’ici 2050 l’Europe devienne la première économie mondiale neutre pour le climat. Une telle déclaration a été faite hier par le commissaire Miguel Arias Cañete. Rzeczpospolita observe que le décalage entre les déclarations de l’UE et celles du gouvernement polonais paraît énorme, d’autant plus que les projets de développement de l’économie polonaise prévoient toujours des investissements dans le charbon. « Nous sommes en contact permanent avec la Commission européenne, qui connaît nos projets », déclare Grzegorz Tobiszowski, vice-ministre de l’Energie. Il n’a pas voulu commenter la déclaration de M. Cañete, dont son ministère n’avait pas pris connaissance en détail. 

 

Quant au mix énergétique polonais, le sous-secrétaire d’Etat à l’Energie, Tomasz Dąbrowski, dit à Rzeczpospolita que la part du charbon diminuera de 80% actuels à plus de 60% en 2030 et à moins de 50% en 2050. Pour ce qui est des énergies renouvelables, il déclare que la Pologne souhaite miser sur les éoliennes flottantes. « Nous prévoyons également un développement du nucléaire […] et pensons que la première tranche pourrait être opérationnelle vers 2033 », déclare-t-il par ailleurs. 

 

Enfin, Dziennik Gazeta Prawna fait savoir que le gouvernement polonais veut dépenser 400 milliards de zlotys (100 milliards d’euros) pour la politique énergétique d’ici 2040, somme qui comprend la construction de la première centrale nucléaire. 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale