Mardi 4 août 2020

Saint Jean-Paul II : Zones d’ombre d’un pontificat triomphant

Par Florine Chatillon | Publié le 02/07/2020 à 14:20 | Mis à jour le 03/07/2020 à 16:44
Jean-Paul II

Emblème du catholicisme en Pologne, adulé de tous, saint Jean-Paul II a marqué les esprits positivement tout au long de ses 26 années de pontificat, le troisième plus long de l’histoire catholique. Neuf ans après sa béatification précoce, commencent à être révélés les aspects controversés de son action.

 

Une popularité hors-normes

Karol Wojtyła, archevêque de Cracovie est élu Pape le 16 octobre 1978. Il marque d’entrée de jeu les esprits avec sa formule « N’ayez pas peur... Ouvrez les frontières ». L’ouverture sur le monde, Jean-Paul II en fait un maître mot, et s’illustre en tant que grand voyageur lors de pas moins de 104 « voyages apostoliques », parcourant quelques 129 pays. Les pays du Golfe, d’Amérique latine, Cuba… nombreux sont les lieux affligés par des crises où il intervient. Une ouverture qui se traduit également par un désir de réconcilier les hommes et les religions. Premier Pape reçu dans un pays musulman - le Maroc -, on lui doit également le travail colossal de réconciliation avec le peuple juif. Il se prononce dès 1986 contre l’antisémitisme lors de sa visite à la synagogue de Rome, puis lors d’un voyage en 2000 à Jérusalem. Un geste à haute portée symbolique de la part de cet homme d’Église polonais, qui a bien compris les enjeux de la génération d’après-guerre de son pays. Un des enjeux majeurs de son temps, c’est aussi le communisme. Devant cet empire, il ne se défile pas et acte en faveur de sa chute. En 1979, lors d’un voyage en Pologne, il revendique « les droits fondamentaux de la nation ». Il condamne en 1982, « l’atteinte aux droits de l’Homme » marquée par l’interdiction du syndicat Solidarność. Un an plus tard, il effectue un second voyage dans son pays natal, marquant l’adoucissement de la répression. Un rôle en Europe de l’Est vecteur d’une réelle portée historique, d’une telle ampleur que le chef du Kremlin Mikhaïl Gorbatchev reconnaît en 1992 que rien « n’aurait été possible sans la présence de ce pape, sans le grand rôle - même politique - qu’il a joué sur la scène internationale ».

Dernière grande mission de ce Pape peu commun : la réconciliation de la jeunesse et de l’Église catholique avec les JMJ : les Journées Mondiales de la Jeunesse. À la clé : une popularité éminente chez les jeunes. Une initiative remarquable mais qui semble néanmoins perdre du terrain d’années en années. Jean-Paul II n’avait vraisemblablement pas cerné la totalité des enjeux de la nouvelle génération.

 

Des positions conservatrices discutables

1981. Le premier cas de SIDA est déclaré en France. Il est le premier d’une longue liste. Le combat contre cette maladie infectieuse, transmissible par voies sanguines et sexuelles, constitue l’un des enjeux majeurs des années 80 et 90. Il est dorénavant vital de faire l’apologie du préservatif, seul moyen de contraception permettant de se protéger du VIH. Jean-Paul II, sans jamais le nommer de plein front, en proscrira son usage jusqu’au bout. Sa vision conservatrice y est fondamentalement opposée. Tout comme à la procréation assistée ou à l’ordination des femmes. Une posture tout à fait en décalage avec la période de libération sexuelle et d’émancipation des femmes que constituaient les années 1980. A l’heure actuelle, l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que la liberté à disposer de soi-même semble plus que jamais relever d’une urgente nécessité. L’écrivaine et journaliste Christine Pedotti, rédactrice en chef de Témoignage Chrétien, a beaucoup travaillé sur le statut des femmes au sein de l’Église catholique. Co-fondatrice avec la bibliste Anne Soupa du Comité de la jupe, elle se prononce avec scepticisme quant aux avancées sur l’égalité des genres initiée par Jean-Paul II. Dans une interview accordée au Monde et parue le 10 juin 2020, elle avance qu’ « être femme, pour Jean Paul II, c’est être capable de donner la vie et d’élever des enfants. Il ignore totalement la sexualité des femmes sous la forme du désir ou du plaisir (… ). Il est vrai qu’il parle de sexualité de façon différente par rapport à ses prédécesseurs, invitant les hommes à respecter les femmes. Néanmoins, à ses yeux, si la sexualité n’est pas orientée vers cette possibilité de maternité, elle se situe dans l’ordre du péché et de la concupiscence. D’où l’impératif de ne pas exercer sa sexualité si on ne peut pas concevoir, et la condamnation des moyens de contraception. »

 

Abus sexuels au sein de l’Église : un silence volontaire ?

L’Église catholique est actuellement plongée au cœur de différents scandales d’abus sexuels. On peut s’interroger sur le rôle que Jean-Paul II aurait joué dans la chape de plomb posé sur ces drames.

 On se souvient de Marcial Maciel. Fondateur de l’ordre de la Légion du Christ, il fut accusé dès les années 1970 d’abus sexuels commis trois décennies auparavant. Le Vatican le défendit toujours, bien que le pape ait reçu des victimes du prêtre mexicain, qu’il refusa de croire. Ses crimes ne furent reconnus qu’en 2010. Des suspicions accréditées par l’avocat américain Thomas Doyle. Spécialiste en droit canonique, il affirme qu’en 1985, Jean-Paul II envoya un évêque américain en Australie afin de taire les abus qu’il aurait commis sur des mineurs.

Plus récemment, en juin 2020, l’autrice Christine Pedotti a publié avec l’historien Anthony Favier une autobiographie de Jean-Paul II. L’ouvrage a valeur, selon ses mots « de droit d’inventaire ». Jean Paul II, l’ombre du saint, paru aux éditions Albin Michel, relie avec sérieux les grandes phases d’un pontificat d’exception. Argument majeur pour questionner la légitimité absolue du saint : l’hyper-sacralisation des prêtres « qui de ce fait, n’appartiennent plus au commun des mortels. On imagine sans peine comme ce statut accordé aux prêtres a pu favoriser des abus ». Loin de vouloir établir un « pamphlet », les deux spécialistes du Saint-Siège, tendent à poser un regard juste et impartial sur l’un des plus grand hommes du XXe siècle : « à l'exception notable du monde juif envers lequel il a posé des gestes prophétiques, il a laissé sur le chemin beaucoup de monde : les théologiens d'ouverture, les autres confessions chrétiennes, les femmes, les homosexuels ».

Une remise en question qu’ils ne sont pas les seuls à avoir initié. Lors du centenaire du Saint en mai 2020, le journaliste Tomasz Sekielski dévoile sur YouTube son deuxième documentaire visant à dénoncer les crimes dissimulés par l’Église catholique. « Jeu de Cache-Cache » est suivi en direct par 80 000 spectateurs et comptabilise 10 heures plus tard 1,15 millions de vues. Tomasz Sekielski ne compte pas en rester là, et a annoncé son prochain documentaire, cette fois directement sur le « rôle de Jean-Paul II dans la dissimulation de crimes perpétrés par des prêtres ».

Les accusations sont lourdes. De nombreux défenseurs de Jean-Paul II, loin d’accepter de voir l’image du saint homme salie, avancent un argument de taille : sous le régime communiste en Pologne, l’accusation de pédophilie servait à éliminer les prêtres gênants.

À savoir si cet argument aura les épaules assez larges pour disculper de toute responsabilité l’homme de foi de l’énormité de ce scandale.

Notons en sa faveur que Jean-Paul II déclara le 23 avril 2002 - au sujet des actes de pédophilie commis par des prêtres aux USA - « Ces abus sont immoraux à tous points de vue et la société les considère à juste titre comme un crime, c’est aussi un péché effroyable aux yeux de Dieu ».

Le sujet est tel qu’il faudra nécessairement de nombreuses années afin d’établir des constatations objectives et détaillées. Le livre de l’Histoire a été rouvert, affaire à suivre…

 

Nous vous recommandons

florine chatillon

Florine Chatillon

Diplômée d'une licence en Histoire et Journalisme, j'ai résidé à Wroclaw de janvier 2019 à juin 2020 où j’ai étudié et ai été professeure de français à l'école du Rêve. Pour plus d'informations : www.lereve.pl
7 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Michel ven 03/07/2020 - 11:51

'''' les deux spécialistes du Saint Empire ''' plutôt du Saint Siège, non ? bonne journée à vous

Répondre
Commentaire avatar

Mascogne ven 03/07/2020 - 10:41

Ainsi donc, on voit que Mme Chatillon se délecte d'attaquer et de critiquer les anciens grands. Serait-ce plus chic que de les encenser ? Je persiste donc dans ma remarque à propos de sa critique de Lech Walesa, qui m'avait laissé le même goût amer : à défaut d’avoir le courage ou les compétences nécessaires pour agir, beaucoup se contentent de rabaisser ceux qui les ont et se croient ainsi au-dessus d’eux. Notamment certains journalistes; et dans les pays où la liberté de la presse existe, c'est sans risque.

Répondre
Commentaire avatar

Florine Chatillon ven 03/07/2020 - 15:22

Je me permets de répondre à votre commentaire qui relève plus de l'agression verbale. Être journaliste, c'est questionner les faits, exposer le réel . Être historien, c'est retracer des faits passés sans rien omettre de ceux-ci. Ce n'est pas parce que j'expose un penchant negatif de Jean Paul II ou de Lech Walesa que j'oublie pourquoi ils ont été encensés. J'ai consacré le premier paragraphe de mes deux articles à retracer toutes les actions qui leur avaient valu un reconnaissance internationale. Mon métier n'est pas de verser dans la complaisance et je pense que nous sommes à une époque où nous avons le droit voire le devoir de parler des abus sexuels de l'église, entre autres, sans tabous. À titre personnel, je préfère soutenir les victimes plutôt que de conserver intacte la surface bien lisse des apparats.Tous mes dires sont vérifiés mais s'ils vont dérangent tant que ça, je vous invite à effectuer un travail de recherche qui pourrait prouver que j'ai tenu des propos fallacieux. N'hésitez pas à m'envoyer votre droit de réponse documenté par mail. Je suis toujours prête à questionner mes travaux, si vous avancez des preuves valables bien sûr. Cordialement. Florine Chatillon

Répondre
Commentaire avatar

Mascogne lun 13/07/2020 - 11:12

Chère Madame, Vous avez raison, en me relisant je constate que mon ton était inapproprié et je vous prie de m’en excuser. Et sur le fond, mon propos n’était pas de relever des erreurs ni de vous accuser de malhonnêteté intellectuelle. Je réfléchis un peu mieux et vais vous répondre personnellement. Avec mes meilleurs sentiments.

Répondre
Commentaire avatar

ROGER ZDZISLAW KNADE ven 03/07/2020 - 09:38

Se concentrer toujours sur la pédophilie au sein de l'église c'est vouloir dénier la pédophilie dans les milieux intellectuels, artistiques, etc. Exemples : Berlin authorities placed children with pedophiles for 30 years https://www.dw.com/en/berlin-authorities-placed-children-with-pedophiles-for-30-years/a-53814208 Quand des intellectuels français défendaient la pédophilie https://www.franceculture.fr/societe/quand-des-intellectuels-francais-defendaient-la-pedophilie

Répondre
Voir plus de réactions

Expat Mag

Bombay Appercu
CULTURE

Le saviez-vous : l'Inde est à l'origine du tissu provençal

Le textile est à l’origine d’un lien historique entre l’Inde et la Provence et notamment Marseille. Retour sur les cotonnades indiennes et la naissance du tissu provençal.