Lundi 14 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Focus sur l’hippodrome de Służewiec à l’occasion de la nouvelle saison

Par Marion Dejean | Publié le 08/07/2019 à 00:00 | Mis à jour le 08/07/2019 à 00:00
Chevaux courses hippiques Tor służewiec Varsovie Pologne

La saison 2019 a déjà bien repris du côté des champs de course, c’est pourquoi Lepetitjournal.com/Varsovie souhaitait revenir sur un lieu emblématique de la capitale polonaise : l’hippodrome de Służewiec. La tradition des courses hippiques serait l’une des formes d’équitation les plus anciennes. Avant d’être mise en valeur par un sport, la vitesse des chevaux était éprouvée lors d’activités telles que la chasse, la transmission d’un message ou encore une situation d’urgence. La fascination pour les courses de chevaux ne s’est jamais tarie malgré les changements d’époque pour les Polonais, bien au contraire.

Les courses hippiques en Pologne : une affaire nationale

La date précise de la première course officielle demeure assez obscure, cependant plusieurs sources ont retenu l’année 1777, où une jument de Kazimierz Rzewulski aurait battu le cheval du député anglais Sir Charles Whitworth. Il est avéré que par la suite, des courses ont été organisées dans la rue Marszałkowska à partir de 1818, puis sur les champs situés à proximité du domaine royal de Łazienki. En 1841, la Société des courses hippiques a été fondée dans le Royaume de Pologne : son objectif était de soutenir l’élevage de chevaux de course et l’organisation de courses. Malgré des épisodes de suspension des courses, comme lors de l’insurrection de janvier (1863-1864), les courses hippiques n’ont eu de cesse de se développer. Les chevaux issus de l’élevage polonais ont commencé à se faire connaître au-delà des frontières du pays en remportant des prix prestigieux, comme l’étalon Ruler au Derby russe de 1887. Les haras polonais ont connu un âge d’or de l’élevage et des champs de courses, bénéficiant d’un grand rayonnement et d’une très bonne réputation, notamment en Angleterre. De nouvelles pistes ont été développées, à Poznan, Lublin ou encore Zakopane. La Première guerre mondiale a représenté un coup dur et un nouveau départ a été marqué par la loi de 1925 sur les courses hippiques, aboutissant à la création du Comité des Courses hippiques.

Après la guerre, les haras ont pour la plupart été nationalisés. La République populaire a créé la National Horse Racetracks Company, basée à Służewiec, avec des filiales à Sopot et à Wrocław. A la place des anciens haras, les fonctionnaires de l’Etat ont mis en place des sociétés, dont certaines ont été privatisées, ce qui a encouragé la reprise de la concurrence entre les éleveurs.

Tor służewiec hippodrome de varsovie pologne

La Pologne compte aujourd’hui 4 principaux hippodromes sur son territoire : Służewiec à Varsovie, dans lequel sont organisées des courses de galop ; Partynice à Wroclaw, présentant des courses de trot et de galop et dont la réputation a décollé depuis la mise en place de la prestigieuse course de steeplechase Great Wroclaw Chase ; un plus petit à Sopot ; et enfin un champ de courses privé dans la région de Cracovie, près des villages de Buczkow et Dabrowka. Les courses hippiques occupent une place importante en Pologne, où une solide tradition de l’élevage s’est installée au cours du temps, notamment l’élevage de pur-sang arabes.

Retour sur l’histoire de l’hippodrome de Służewiec, une fierté architecturale polonaise

Les débuts de l’hippodrome de Służewiec remontent à 1926, quand Albert Wielopolski achète 139 hectares du domaine Wilanów au nom de la « Société d’encouragement de l’élevage des chevaux en Pologne ». Le site de Mokotowskie, principal endroit à accueillir des courses à cette époque à Varsovie, était très largement pointé du doigt par l’opinion publique et les professionnels des courses pour son insuffisance et le délabrement de ses installations. En outre, la place que prenait le champ de courses tombé en désuétude au cœur de la ville ne correspondait plus au plan de la ville en développement. Tous ces arguments ont fortement encouragé la recherche d’un nouvel espace. C’est à partir de 1939 que le champ de courses de Służewiec accueille officiellement des courses – les dernières avant l’horreur de la Seconde guerre mondiale, qui a porté un coup assez fatal à l’univers des courses polonais, détruisant les élevages et dispersant leurs chevaux.

Tribunes architecture hippodrome tor służewiec varsovie pologne

Dans les années 30, le projet de la réalisation architecturale a été confié à Zygmunt Plater-Zyberk. Ce dernier a visité les plus grands circuits européens afin d’éviter au mieux les erreurs de conception les plus rédhibitoires et utiliser la technologie la plus moderne possible. Une piste de course principale, ainsi qu’une piste d’entraînement secondaire, ont été aménagées. Une grande attention a également été portée à la construction des tribunes, ménageant un espace confortable, spacieux et luxueux pour les invités VIP. Un système d’arrosage performant a été construit, ainsi qu’un tunnel entre les écuries et le paddock. Le complexe dans son ensemble, comprenant des logements pour les employés, des magasins, des écuries, des parkings, un château d’eau, a incarné un chantier assez colossal qui lui a valu le surnom de « Horse-Racing Town » pendant sa phase de construction. Véritable perle de l’architecture équestre pour de nombreux admirateurs, alliant installations en béton et verdure abondante, le lieu fascine la presse et les visiteurs de ses premiers plans jusqu’à son inauguration, en passant par les différentes étapes de construction, les financements et l’aménagement d’une route pour accéder au complexe tout neuf.

Le renouveau des temps modernes

Après des efforts de reconstruction conséquents et une remise à niveau de l’élevage polonais, l’hippodrome de Służewiec connaît de nouveaux temps durs dans les années 2000. Un déficit record a été atteint en 2005, et le Trésor public polonais s’est montré très réticent quant à soutenir la poursuite des activités du champ de courses. Le propriétaire du site, fortement mis sous pression par les adeptes des champs de course pour reprendre l’activité et ne pas céder le terrain aux promoteurs immobiliers, a heureusement pu trouver l’appui du Haras des Etalons de Łąck. Le passage à une économie de marché beaucoup plus prononcée a néanmoins nécessité une nouvelle gestion du domaine, mettant notamment l’accent sur la couverture médiatique des activités du champ de courses, qui ont dû se diversifier pour permettre la pérennité du lieu, en accueillant par exemple les Rolling Stones ou le festival Orange.

Au travers des âges, le monde des courses hippiques est passé entre diverses mains, alternant sociétés privées et protection de l’Etat, sans jamais cependant perdre le soutien populaire. Aujourd’hui, l’hippodrome de Służewiec reste considéré comme une référence architecturale accueillant chaque année de nouvelles foules de visiteurs mêlant habitués et nouveaux curieux.


Pour plus d'informations sur la saison des courses 2019, consultez le site de l'hippodrome !

Page Facebook 

Chaîne Youtube 

Instagram 


 

Tor Służewiec

ul. Puławska 266

Varsovie

 

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 fb
insta

photo LPJV

Marion Dejean

Etudiante en troisième année à Sciences Po, je suis très intéressée par le journalisme et les relations internationales. J’aime écrire sur des sujets variés et le voyage, le sport et la culture comptent parmi les thématiques qui me passionnent.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Enseignement français à l'étranger : le gouvernement dévoile son plan

Le Président Macron a fixé un doublement des effectifs dans les lycées français à l’étranger d’ici 2030. Le gouvernement a détaillé sa stratégie et les moyens prévus pour parvenir à cet objectif élevé

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

Je suis atteint du virus de l’expatriation, c’est grave ?

Rentrer en France ? Pour certains expatriés, cette perspective n’est pas une option, tant ils ont pris goût à la vie à l’étranger et à son lot de découvertes et opportunités professionnelles.