Samedi 28 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Édouard, ingénieur : "Gdansk est de plus en plus attractif"

Par Gosia Babińska | Publié le 16/12/2019 à 20:00 | Mis à jour le 23/12/2019 à 07:35
Édouard Gdansk

Édouard habite à Gdansk depuis 6 ans. Il est ingénieur dans une société internationale. Il nous explique pourquoi il a choisi la Pologne, comment il voit la ville de Gdansk et ce qu’il aime y faire.

 

lepetitjournal.com : Tu vis en Pologne depuis six ans. Pourquoi es-tu venu travailler à Gdansk?

Édouard : Je suis venu faire ma dernière d'année d'études dans le cadre du programme Erasmus. Je cherchais une destination un peu plus "exotique" que l'Espagne, l’Italie ou l’Angleterre. Mon regard s'est tourné vers l'Europe centrale. Et la Pologne, de par sa taille et son dynamisme, me semblait être un choix prometteur. J'avais le choix entre Varsovie ou Gdansk, et la Triville (Gdansk, Gdynia, Sopot) avait un argument déterminant : la mer à proximité ! À l'issue de mon année d'étude, j'ai eu à faire un choix : soit rentrer en France et commencer ma carrière là-bas, soit prolonger mon aventure polonaise et commencer ma carrière à Gdansk, au sein d'une grande entreprise américaine qui m'avait proposé un emploi. Comme je n'avais pas de perspectives particulièrement définies et intéressantes en France, j'ai décidé de rester et d'accepter l'offre d'emploi.

 

lepetitjournal.com : Tu travailles pour une grande société internationale. Est-ce qu’il y a plus d'Étrangers aujourd’hui qu’auparavant?

Édouard : Quand j'ai commencé à travailler pour cette société il y a 5 ans, j'étais un des rares ingénieurs étrangers. Aujourd'hui, en raison du manque d'ingénieurs formés localement et de l'attractivité de la Triville, il y a de plus en plus d'Étrangers : des Ukrainiens, des Russes, des Français, des Espagnols, des Suisses, des Néo-Zélandais, des Américains,...

 

lepetitjournal.com : À ton avis, est-ce que Gdansk devient de plus en plus attractif pour les Étrangers et au niveau touristique et pour son marché du travail?

Édouard : Gdańsk est à mon avis de plus en plus attractif avec un dynamisme économique certain et une ouverture vers l'extérieur importante. Pour ce qui est du tourisme, prenant le bus 210 entre ma société (qui est située à côté de l'aéroport) et mon domicile, j'ai pu remarquer une augmentation constante du nombre de touristes dans ce bus. Je pense que cela est dû au nombre important (et croissant) de liaisons low-cost à destination de Gdansk. Ces touristes viennent sans doute découvrir une ville magnifique en bord de mer, avec un riche héritage historique, culturel et sociétal (Gdansk = chantiers navals, Solidarność, Lech Wałęsa, chute du communisme,...)

 

lepetitjournal.com : Quelles sont les activités que tu as aimées faire en Pologne et que tu conseillerais?

Édouard: Un de mes meilleurs souvenirs en Pologne est d'avoir pu faire du patin à glace sur le lac de Warzenko qui était intégralement gelé durant le début de l’année 2016. Comme il avait fait très froid pendant quelques semaines, il y avait une épaisseur de glace de l'ordre de 20/25 cm, c'était plutôt sûr. Avec mes amis, nous avons passé des après-midi entiers à patiner, et à jouer au loup sur la glace, comme des enfants. J'adore aussi passer du temps sur la plage quand il fait beau en été, la baie de Gdansk est très belle, et j’aime beaucoup me promener de Jelitkowo à Sopot puis boire un verre en terrasse une fois arrivé à Monte Cassino, c'est vraiment le top! Étant également très gourmand et intéressé par les choses authentiques, j'apprécie énormément l'hospitalité des Polonais, et je dois dire que tout Étranger doit au moins une fois durant son passage en Pologne s'asseoir lors des repas de Noël ou de Pâques autour d'une table couverte de victuailles, et festoyer avec des Polonais :)

 

Gosia Babińska

Gosia Babińska

Gosia Babińska a parcouru la moitié du monde, vécu dans plusieurs pays et est rentrée chez elle, à Gdansk, après des années. Elle est l'auteure du blog glutenfreek.pl
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

CHRONIQUE

Crise du Coronavirus : Nous vivons l’Histoire

Nés en 1980, 1990 ou 2000, avions-nous eu déjà jusqu’à présent l’impression de vivre une période historique, un moment qui changera à jamais l’histoire de l’humanité comme nous le vivons aujourd’hui ?