EURO 2012 - Des supporters prêts à tout...

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 09/05/2012 à 00:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

 

Se faire tatouer l'emblème de son pays, donner le prénom de son joueur favori à l'un de ses enfants? Les fans sont prêts à tout. A l'approche de l'Euro 2012, le site Sharp FanLabs a décidé de déplacer « l'attention focalisée sur les terrains de football vers les terrasses de cafés », étudiant ainsi les comportements des supporters en fonction de leurs pays d'origine...


Près de 670.000 supporters assisteront aux matchs de l'Euro 2012 en Pologne, dont 420.000 touristes. Les résultats (souvent surprenants, parfois suspects) obtenus par Sharp FanLabs nous montrent que les comportements, la relation vis-à-vis de l'équipe, et les avis des fans sont très différents en fonction du pays d'origine. Le site a déjà collecté plusieurs milliers de réponses (qui dépendent bien sûr de la bonne foi des répondants...) et créé une page Facebook pour chaque pays engagé dans la compétition.

Dans la tête d'un supporter polonais
Les fans des Bia?o-czerwoni sont très patriotiques : 80% d'entre eux vont décorer leurs maisons aux couleurs de la Pologne, et 10% se seraient même fait tatouer l'emblème du pays ! Leur plus grande joie ? Battre l'Allemagne, accusée d'avoir "volé" certains de leurs joueurs, comme Lukas Podolski et Miroslav Klose.

Ces supporters gardent pourtant les pieds sur terre. Ils ne sont par exemple "que" 68% à penser que leur formation a un vrai esprit d'équipe : c'est moins que les Français (71%), et largement derrière les Irlandais (99% !).

Pour 33% des fans polonais, leurs joueurs sont même les plus indisciplinés du tournoi. En cause l'excès d'alcool de certains, à moins que cela ne soit les tourments de l'âme slave ? (Derrière les Anglais puis les Polonais, Russes, Ukrainiens et Tchèques se trouvent également en "bonne" place de ce classement...)

Et les fans polonais sont encore plus sévères sur les chances de victoire de leur équipe. Ils lui pronostiquent une douzième place... sur un total de seize équipes... Paradoxalement les fans européens sont plus optimistes que les supporters polonais sur les chances des Bia?o-czerwoni. La Pologne est même l'équipe qu'ils citent le plus comme comme la possible surprise de cet Euro 2012. Les pays hôtes obtiennent en effet souvent de bonnes places lors des compétitions qu'ils organisent, on se souvient de France 98, ou encore la Corée en 2002 (quatrième).

A noter enfin que seulement 8% des Polonais interrogés seraient prêts à se passer de sexe pendant un mois en échange d'une place en finale, contre 30% pour les supporters russes.

Supporters un jour, supporters toujours !
Du côté français, si les fans restent optimistes (non sans raison, à en croire les supporters des équipes adverses), ils ne sont pas du tout mobilisés. D'après l'UEFA, les Français seront même les moins nombreux à venir soutenir leur équipe. Les Pays Bas, 4 fois moins peuplés que l'Hexagone, déplaceront dix fois plus de fans !

En effet selon l'enquête de Sharp FanLabs, 89% des fans de l'équipe de France sont des "supporters en pantoufles", mais le classement final les place tout de même dans la catégorie des "supporters un jour, supporters toujours !". A noter qu'en cas de défaite des Bleus, les Français interrogés iront majoritairement supporter l'Allemagne.

Par ailleurs et dans le désordre : les fans allemands sont les plus convaincus de remporter la coupe. 41% des Irlandais décrivent leur équipe comme ennuyeuse, tandis que 83% des Anglais considèrent la leur décevante. Plus douteux : 50% des fans anglais auraient donné à leurs animaux domestiques le nom d'un des joueurs de la sélection et 25% des Italiens se disent prêts à renoncer pour toujours à leur salaire en échange d'une victoire de leur équipe...

Marie Guillo (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mercredi 9 mai 2012


0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale