Jeudi 2 juillet 2020

Bernard Lentzen finaliste des Trophées des belges du bout du monde

Par Nathalie Canet | Publié le 07/11/2019 à 08:41 | Mis à jour le 16/11/2019 à 01:26
Bernard Lentzen Trophée Belges du bout du monde

De la bière belge à Saigon, des macarons aux spéculos à Québec, des stations solaires connectées et modulables en Afrique Subsaharienne, des planches de surf écologique au Portugal ou encore du football comme éducation alternative en République Tchèque, voici une partie des projets nominés dans le cadre des Trophées des Belges du Bout du Monde organisé par le site de la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF) en 2019.

Ces Trophées récompensent exclusivement des projets qui sortent de l’ordinaire, menés par nos homologues belges installés à l’étranger, mettant en valeur des initiatives exemplaires et inspirantes faisant rêver ou donnant à réfléchir, bref, qui ne laissent pas indifférent.

Trois catégories sont représentées : la culture et l’art de vivre, les innovations technologiques et économiques, la solidarité. 

Bernard Lentzen, finaliste de l’édition 2019 nous a reçu dans son atelier d’architecte pour nous parler de ces Trophées à l’accent belge, s’il vous plait.

 

Lepetitjournal.com/Valence : Bernard, expliquez-nous ce projet pour lequel vous avez été retenu dans la catégorie Innovations, par le jury des Trophées des belges du bout du monde.

Bernard Lentzen : Il s’agit de la construction d’un observatoire astrophysique à 1956 mètres d’altitude dans la région de Teruel, de 2008 à 2011.
Il faut savoir qu’à cette altitude les conditions météorologiques sont extrêmes.

Il y avait donc deux prouesses techniques à réaliser :
Tout d’abord créer un site complet sous forme de galeries souterraines évitant ainsi toute gêne visuelle aux prises de vue des télescopes, et permettant aux équipes de vivre et travailler sur place sans souffrir des conditions extérieures.

La seconde prouesse technique consistait à créer un socle de béton et d’acier permettant la plus grande stabilité des télescopes. Il faut s’imaginer qu’une déviation d’un ou deux millimètres au niveau de la Terre se transforme en kilomètres dans l’espace. 

Nous avons également façonné une enveloppe protectrice autour de ce diamant avoisinant les 12 millions d’euros, permettant notamment de le protéger des chocs thermiques.

 

Lepetitjournal.com/Valence : Dans quel but cette plateforme a-t-elle été construite ?

Bernard Lentzen : Le but unique de cet observatoire était de réaliser un mapping précis de l’espace et effectuer des recherches sur la matière sombre, grande inconnue de l’espace.

 

Lepetitjournal.com/Valence : Architecte dans la région depuis 20 ans, comment vous êtes-vous retrouvé finaliste des Trophées des belges du bout du monde ?

Bernard Lentzen : Tout simplement au détour d’une page Facebook. Je suis tombé sur une publication de l’ambassade de Belgique de Madrid informant de l’existence de ce concours. Je me suis inscrit à la toute dernière minute. J’ai bien fait je crois !

 

Lepetitjournal.com/Valence : Les Trophées des belges du bout du monde sont retransmis à la télévision et à la radio belge, vous avez d’ailleurs participé à quelques émissions, quels sont les avantages de cette médiatisation ?

Bernard Lentzen : En tant qu’indépendant et entrepreneur le fait d’avoir un projet mis en avant est toujours positif même si dans ce cadre précis, on risque désormais d’avoir peur de m’appeler pour faire la rénovation d’un petit appartement ou d’une maison.

Plus sérieusement, c’est évidemment un bon coup de pub pour tous les finalistes. 
Mais n'oublions pas que l'on fait aussi rêver les gens, et c’est très important.

Bernard Lentzen Trophées des belges du bout du monde

Lepetitjournal.com/Valence : Dans quelle mesure vous sentez-vous soutenu et porté par la communauté belge de la commune de Valence ?

Bernard Lentzen : Je suis très connecté à la communauté belge qui représente près de 75% de ma clientèle d’architecte. J’ai également participé à la création de l’association belge de Valence en 2008 visant à rassembler les expatriés belges de la région de Valence. 

On peut dire que je me sens bien entouré.
Mon pays n’est pas très grand mais grâce à ces Trophées des belges du bout du monde il montre qu’il exporte aussi de la connaissance et brille par procuration à l’étranger.

 

Les votes se clôturent ce soir.
Il ne nous reste plus qu’à attendre la cérémonie de remise des prix du 22 décembre 2019, pour connaître LE projet belge du bout du monde 2019.

 

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook TwitterLinkedin, Instagram
Retrouvez l’ensemble des bonnes idées sorties du week-end, les bons plans des jours et semaines à venir sur l'EXPAT GUIDE

 

Nous vous recommandons

Nathalie Canet

Nathalie Canet

Femme de communication dans l'âme et adepte des défis, c'est après 15 années entre agence de publicité new-yorkaise et grandes entreprises parisiennes, que Nathalie rejoint lepetitjournal.com.
0 Commentaire (s)Réagir