Vendredi 19 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une victoire pour du beurre (Valencia CF 2 – 1 Manchester United)

Par Francisco Puig Diaz | Publié le 12/12/2018 à 23:02 | Mis à jour le 13/12/2018 à 00:59
Photo : © www.valenciacf.com
victoire à domicile du valencia cf face à manchester united

Une bonne lecture tactique de Marcelino

Rendons à César ce qui appartient à César. Pour la première fois de la saison, Marcelino a rapidement trouvé la faille côté Anglais. Si au début de la rencontre, les attaques valenciennes partaient sur le flanc gauche, emmenées par un Cheryshev de retour après de longues semaines de disette, le coach asturien a rapidement ajusté le tir.

Car côté défense Mancunienne, c’est bien Marcos Rojo qui éprouvait le plus de difficultés. Le latéral gauche a été débordé par Piccini, qui combinait parfaitement avec Carlos Soler. Et comme si cela ne suffisait pas, Santi Mina y ajoutait ses appels en profondeur pour lui mettre encore plus de pression.

Carlos Soler a ouvert le score
Carlos Soler célèbre son but

Le résultat ne s’est pas fait attendre. Les plus grosses occasions arrivaient de ce côté, et s’est finalement Soler qui ouvrait le score d’une belle frappe croisée. Avec l’avantage au tableau d'affichage, Marcelino soufflait un peu, et les rouages valenciens retrouvaient un peu de leur superbe.

Un Manchester United en demi-teinte

Déjà qualifié, le Manchester United de José Mourihno n’a pas vraiment joué le jeu. Agressif sans raison en défense (à l’image de ce tacle appuyé de Valencia sur Carlos Soler) et inexistant sur le plan offensif, les Red Devils n’ont rien montré sur le terrain. On en viendrait même à se demander s’ils méritent leur 2e place tant leur qualification tient du miracle, avec des résultats obtenus en fin de rencontre à domicile face à Berne et à l’extérieur face à la Juve.

Mata trop isolé pour apporter offensivement
Mata, marqué par Dani Parejo

Il n’y avait pas vraiment de plan de jeu ce soir pour les Mancuniens. En première période, toutes les actions reposaient sur Juan Mata, seul joueur à réellement apporter un semblant de percussion et d’animation offensive chez les Anglais.

Le but contre son camp de Phil Jones en tout début de seconde période restera le reflet du match des Mancuniens : maladroit. Manchester ne cherchait même plus à revenir au score et laissait les clés du match au joueurs du Valencia CF qui ont pu doser leurs efforts. Le but tardif de Rashford n’aura pas changé grand-chose.

Malgré la victoire, la grogne persiste

Cette 2e victoire en Ligue des Champions ne calmera pas la Curva Nord, qui réclamait déjà la tête d’Anil Murthy avant le coup d'envoi. Ce soir le Valencia CF signe une victoire de prestige, mais une victoire inutile. Les supporters ne sont pas dupes et savent très bien que le club est passé à côté de ses matchs comptant pour la plus grande compétition européenne pour l’année de son centenaire.

Pogba et Kondogbia pendant la rencontre
Pogba et Kondogbia échangent quelques mots

Comme beaucoup de rencontres où le jeu du Valencia semblait récupérer certains réflexes de la saison passée, il faut souvent regarder du côté de l’adversaire. Ce soir, ce n’est pas le grand Manchester qui brillait en Europe qui a foulé la pelouse de Mestalla. C’est un Manchester méconnaissable qui traine à une pénible 6e place de Premier League.

Le club, en ne se qualifiant pas pour la prochaine phase de la Ligue des Champions, mais en assurant toutefois une place de tête de série en League Europa, limite la casse financièrement. La dernière Assemblée Générale du club l’a confirmé, les comptes ne sont pas au beau fixe, avec un projet du Nuevo Mestalla que le Valencia CF traine comme un boulet depuis de nombreuses années.

Bien mal embarqué pour pouvoir espérer une qualification en compétition européenne, le club va devoir, encore une fois, lâcher du lest en fin de saison. Il faudra confirmer les résultats pour remonter la pente, et cela commence samedi prochain sur la pelouse d’Eibar.

22089717_10155735495175477_7302706872380432125_n

Francisco Puig Diaz

Né à Paris d'un père de la région Valencienne et d'une mère des Canaries, Francisco à baigné dans la culture hispanique et valencienne depuis son plus jeune âge. Il adore le football, le cyclisme et les Fallas.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Gratos jeu 13/12/2018 - 10:30

Ah ! Si la Juve avait battu Manchester United à Turin comme la logique l'aurait voulu ... !

Répondre
Commentaire avatar

Murcielago jeu 13/12/2018 - 19:24

Ah et si manchester n'avait pas tricher contre les young boys. Ah et si on aurait fait le taf à Berne Il y a de quoi avoir des regrets Amunt Valencia ? ⚪ ⚫

Répondre

Vivre à Valence

FORMALITÉS

S'installer à Valence : le méchant NIE

Le NIE ou numéro d’identification des étrangers est un numéro personnel unique et exclusif que la Direction Générale de la Police assigne aux étrangers. Ce numéro devra figurer sur tous les doc...