Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un Valencia bipolaire (Valencia CF 2 – 1 SD Huesca)

Par Francisco Puig Diaz | Publié le 23/12/2018 à 14:36 | Mis à jour le 23/12/2018 à 16:31
Photo : ©LPJV
Piccini sauve le valencia a 5 secondes du terme

Pour la première fois de leur histoire, le Valencia CF et le SD Huesca s’affrontaient en compétition officielle. Une rencontre qui s’est disputée dans des conditions parfaites pour un mois de décembre. Les Aragonais, derniers du classement de la Liga, ont donné du fil à retordre aux Valenciens pour cette dernière rencontre de l’année 2018.

 

Supérieurs sur le papier

Une rencontre a priori facile pour les ouailles de Marcelino, mais sur le terrain, la fébrilité est palpable. Si durant les dix premières minutes, les Blanquinegros se sont procurés de bonnes occasions, il leur manque toujours le dernier geste qui permettrait de placer ses attaquants dans les meilleures dispositions.

Daniel Wass est passé à côté de son match
Daniel Wass est passé à côté de son match

Le Valencia CF a outrageusement dominé la première mi-temps, mais le SD Huesca s’est procuré aussi de son côté des opportunités franches, notamment via Hernandez, placé seul en pointe. Mais c’est surtout sur les côtés et dans les airs que les Aragonais plantaient leurs principales banderilles, la défense Che pêchant par confiance et précipitation.

 

Mon Chery(shev)

A l’avant, la paire Rodrigo-Mina ne parvenait pas à connecter, et Wass se montrait maladroit dans ses touches de balles et ses décisions. Marcelino ne tenait pas en place et urgeait ses joueurs à basculer du côté opposé.

Un ajustement qui a porté ses fruit. Avant la demi-heure de jeu, Cheryshev fixait la défense adverse et passait en retrait pour Parejo qui écrasait sa frappe, mais parvenait à trouver les filets. Avec le but, le match semblait prendre une bonne tournure pour les Valenciens. Il aura été le tournant de la rencontre.

Cheryshev a apporté du danger à chaque prise de balle
Cheryshev a apporté du danger à chaque prise de balle

Paradoxalement le but aura déréglé le jeu valencien, et le gardien du Huesca y aura été le principal artificier. Auteur d’arrêts aussi incroyables qu’inexpliqués (à l’image de cette tête à bout portant de Santi Mina), il aura à lui seul brisé l’élan Blanquinegro et surtout permis de maintenir les siens à flot.

 

Piccini évite le pire

La seconde période s’est disputée sur un faux rythme. Toujours trop sûrs d’eux, les Valenciens ont laissé les clés du jeu au joueurs de Huesca. Les minutes aidant, les attaques se faisaient de plus en plus nombreuses et la défense valencienne faisait preuve de trop de suffisance. Soler concédait un penalty stupide transformé par Cucho. Il restait moins de vingt minutes pour redresser la barre et éviter le naufrage.

Avec des supporters furieux et dépassés par la tournure prise par la rencontre, les premiers « Marcelino démission » se faisaient entendre au niveau de la Curva Nord, suivis par les premiers mouchoirs blancs agités un peu partout. Une pañolada qui a galvanisé le Huesca qui pressait toujours plus sur le but de Neto. La barre est même venue sauver le portier brésilien à 5 minutes du terme.

Une défense en dent de scie

Les entrées de Batshuayi pour Wass et de Mina pour Soler n’auront pas pesé dans le jeu che. Loin de se contenter du match nul, les deux équipes se sont livrées à une partie d’attaque-défense. Huesca aura eu une occasion en or pour l’emporter mais la maladresse de son attaque aura, finalement, sauvé le Valencia CF. Sur une dernière action isolée, Piccini délivrait Mestalla. Auteur d’une volée magistrale à cinq secondes du coup de sifflet final, le latéral Italien déclenchait l’hystérie de toute l’équipe, du staff et des tribunes.

Malgré la victoire, la sensation reste amère. Marcelino l’a précisé en conférence de presse, les occasions se sont multipliées mais le but se résiste à l’équipe. Il s’est montré confiant (encore une fois) sur le niveau de jeu de son équipe et espère vraiment que 2019 sera beaucoup plus riche en buts, en recrutant vraisemblablement lors de ce mercato hivernal de nouveaux attaquants.

22089717_10155735495175477_7302706872380432125_n

Francisco Puig Diaz

Né à Paris d'un père de la région Valencienne et d'une mère des Canaries, Francisco à baigné dans la culture hispanique et valencienne depuis son plus jeune âge. Il adore le football, le cyclisme et les Fallas.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Murcielago dim 23/12/2018 - 18:03

Erratum : c'est Ferran qui est entré à la place de Mina et pas '' Mina à la place de Soler '' Outre cela merci pour ces articles car les articles sur le Valencia CF en France sont si rare. En plus c'est bien écrit et le match est résumé c'est autre chose que les torchons de l'Equipe

Répondre

Expat Mag

Hambourg Appercu
HISTOIRE

Les villes hanséatiques : un incontournable de l'histoire allemande

À la fois vestiges historiques et réalités politiques, les villes hanséatiques comme Hambourg et Brême sont une spécificité unique au monde. Des précisions pour comprendre leur nature et fonction.