ENTREPREUNARIAT – Rendez-vous le 1er décembre à 20h au Birlibirloque Bar pour la première rencontre networking des Francs-Risqueurs à Valence !

Par Lepetitjournal Valence | Publié le 24/11/2016 à 10:16 | Mis à jour le 24/11/2016 à 10:23

 

Le jeudi 1er décembre 2016 à 20H, l'association « les Franc-Risqueurs » organise en partenariat avec Lepetitjournal Valence, son premier afterwork au Birlibirloque Bar, au c?ur de Valence. Lepetitjournal s'est entretenu avec Stéphanie Adélaïde, vice-présidente de l'association.

Elle nous explique les objectifs des Francs Risqueurs et les perspectives de cette première soirée valencienne destinée aux entrepreneurs francophones de la région.

 

 

 

Laurent Chabbal, président, et Stéphanie Adéalaïde, vice-présidente de l'assocation les Franc-Risqueur (Photo©Bookstudio)

Lepetitjournalvalence : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l'association les « Franc-Risqueurs » ?

Stéphanie Adélaïde : C'est un groupe d'entraide pour les entrepreneurs francophones d'Espagne. Mais cela ne concerne pas seulement les entrepreneurs établis. On prend en compte également tout l'écosystème des entrepreneurs, c'est-à-dire toutes les personnes qui ont éventuellement une idée d'entreprise et qui souhaitent se lancer ou des personnes sympathisantes ou sensibles à la fibre entrepreneuriale.

L'objectif de l'association est de répondre à un besoin concret : l'entrepreneur travaille seul ou avec très peu d'associés. C'est une personne qui a beaucoup de questionnement, qui a beaucoup de doutes, qui peut avoir plus de mal à prendre de bonnes décisions. L'association lui permet de briser cette solitude et d'avoir un autre regard sur son activité, d'avoir un regard sur l'entourage entrepreneurial, sur comment mener à bien son projet en recevant une critique objective et constructive. Les nouveaux arrivants peuvent s'appuyer, sur des personnes qui sont là depuis longtemps et qui connaissent un peu mieux le marché espagnol, aussi bien au niveau des tendances qu'au niveau culturel, ce qui n'est pas à négliger ! Cependant il faut le voir comme une dynamique collective à l'intérieur d'un cadre associatif car ce ne sont pas les entreprises qui adhèrent, mais bien les entrepreneurs.

L'autre objectif, c'est la création d'un réseau qui permet de générer des opportunités. Il y a pas mal d'activités qui se font déjà entre nous.

 

Quelles activités proposez-vous au sein de l'association ?

Avec Laurent Chabbal, le président de l'association, nous proposons des rencontres qui génèrent un réseautage. Les formats choisis sont un déjeuner networking ou un afterwork mensuel. Le déjeuner est ouvert à tout le réseau des entrepreneurs, aux institutions, aux grandes entreprises, stagiaires ou toutes personnes en recherche d'emploi. L'afterwork quant à lui est l'espace des membres où il peut y avoir deux types de contenus : soit une personne explique son projet ou sa problématique et s'ouvre ainsi un peu à la critique - toujours constructive, j'insiste ! - de ses paires, soit des participants externes liés au monde entrepreneurial interviennent.

Au-delà de ça, il y a d'autres rendez-vous annuels qui viennent ponctuer la vie de l'association. Un évènement de rentrée, typique des associations en général. On a également ce que l'on appelle « La route de l'entrepreneur » où l'on organise une visite d'un point A à un point B et on passe chez cinq ou six entrepreneurs ce qui permet de partager un petit moment avec eux afin qu'ils nous racontent le quotidien de leur activité. On souhaiterait également développer l'année prochaine « paddle et networking », un événement plus grand dans lequel se croiserait la communauté entrepreneuriale francophone d'Espagne. Enfin il y a « A la bonne heure » qui est un événement annuel de clôture d'année.

J'ai comme ambition de créer un projet pour les femmes EntrepeneurEs parce qu'il existe des problématiques qui nous sont propres.

 

Combien y-a-t-il de membres exactement à Madrid et qui sont-ils ?

L'association compte une cinquantaine de membres sur Madrid. On rencontre quatre types d'adhérents :
- Les personnes qui ont une idée. Très souvent elles viennent d'arriver ou alors elles sont là depuis très longtemps et ont envie de devenir indépendantes, de travailler à leurs comptes. Ce sont des gens qui ont un concept, qui n'ont pas de réseau, qui ont envie de s'ouvrir et de tester leurs projets.
- L'étape suivante est le lancement. Il se retrouve toute cette démarche administrative qui peut parfois être assez chronophage. Ce sont des personnes qui doivent être aidées mais à un niveau différent du premier. Le stress est plus grand mais le défi est enthousiasmant.
- Il y ensuite l'entrepreneur confirmé : cela fait quelques temps qu'il roule avec sa boite ? ce qui ne veut pas forcément dire qu'elle fonctionne ! ? qui a quelques années d'entreprenariat derrière lui et souvent. Sa problématique principale, c'est le temps. Il n'a jamais le temps de rien faire. Il est dans son train-train de son projet.
- Enfin, le dernier type, c'est l'échec, c'est-à-dire l'entrepreneur qui, à un moment donné, arrête ou échoue. Celui-ci, dans un premier temps, il faut l'accompagner parce que ce n'est pas facile de prendre cette décision. Ce retour en arrière est très dur cependant il faut savoir s'arrêter quand ça ne marche pas. On apprend aussi et surtout de ses échecs.

 

Que va-t-il se passer le 1er décembre au Birlibirloque Bar ?

Alors tout d'abord nous allons nous présenter, présenter l'association et ce que nous faisons, ce que nous apportons. Expliquer également l'avantage de travailler en réseau, de ne pas rester seul, d'être accompagné par un cadre associatif qui entretient un lien étroit avec d'autre associations avec les institutions et les grandes entreprises. C'est aussi notre rôle d'être près de nos élus locaux.

Après, j'aimerais bien recréer les conditions des rencontres Franc-Risqueurs et qu'il y ait deux ou trois personnes audacieuses qui souhaiteraient présenter leurs activités et que l'on puisse en parler, échanger et pourquoi pas évoluer vers une dynamique de networking.

 

Comment s'inscrire à l'association ?

Pour devenir Franc-Risqueur, il suffit d'envoyer un mail de présentation personnelle et de son activité professionnelle à la présidence. Elle sera validée par l'ensemble des membres. La cotisation annuelle est de 30?. L'inscription est bien entendu possible dans toute l'Espagne parce que nous développons nos services en ligne.


Entrepreneurs francophones de Valence, Laurent et Stéphanie vous attendent le jeudi 1er décembre à 20h au Birlibirloque Bar, calle de la Paz, 7, 46003 Valencia !

? Pour plus d'informations sur les Franc-Risqueurs, n'hésitez pas à écrire à Laurent Chabbal (presidence@franc-risqueurs.com), à Stéphanie Adélaïde (vicepresidence@franc-risqueurs.com) ou à consulter leur page facebook !

Shirley SAVY PUIG (lepetitjournal.com/valence) Jeudi 24 novembre 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ! 
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play


logofbvalence

Lepetitjournal Valence

Site d'information, premier média des Français, francophones et francophiles à l'étranger, lepetitjournal.com/valence, c'est VOTRE site !
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Valence !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale