Mardi 21 septembre 2021
TEST: 2295

ELECTIONS CONSULAIRES - Interview de Madeleine Berger Ben Naceur

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 17/05/2021 à 03:00 | Mis à jour le 18/05/2021 à 08:58
MADELEINE

Les élections des conseillers des Français de l’étranger et des délégués consulaires se tiendront les 29 mai 2021 pour le continent américain et les Caraïbes et le 30 mai 2021 pour le reste du monde. Le vote par internet débute le 21 mai. Nous avons interviewé, à cette occasion, les têtes de liste et publions leurs réponses et visuels de campagne dans l'ordre du tirage au sort publié par le consulat, et dans les délais légaux : entre le 17 et le 20 mai.

Première interview : Madeleine Berger Ben Naceur - Servir les Français de Tunisie et de Libye
 

Lepetitjournal.com Edition Tunisie : Madeleine Berger Ben Naceur, pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ? 

Madeleine Berger Ben Naceur : née en Tunisie d’un père expatrié nommé pour trois mois et qui y est resté 35 ans. (Mon père Marcel Berger détaché Air France a été une des 4 personnes venues créer la Compagnie Tunis Air). J’ai étudié au lycée Carnot de Tunis, puis des études supérieures à Paris Dauphine (Marketing- Finances). Avec mon mari tunisien, nous avons fait le choix de revenir en Tunisie. Nous avons trois enfants. Tenant à travailler, j’ai débuté ma carrière professionnelle en tant qu’assistante en Marketing à l’IHEC – Carthage (Institut des Hautes Études Commerciales) puis Professeur hors classe au lycée Gustave Flaubert dans les sections professionnelles (STG et BEP).  
Avoir grandi et vécu en Tunisie tout en ayant reçu une éducation et une culture française, est une source quotidienne d’enrichissement. C’est une grande chance. Depuis mon plus jeune âge, j’agis sans rien attendre en retour, scout puis petit maillon de plusieurs chaines caritatives, il est pour moi important d’aider.  
 
Comment avez-vous constitué votre liste ?
 
Toutes les personnes qui sont sur ma liste Servir les Français de Tunisie et de Libye en 2021, étaient sur celle de 2014.
Il m’était impossible de me représenter sans d’abord demander à mes colistiers, par respect et compte tenu de la confiance qu’ils m’ont accordée, s’ils acceptaient de m’accompagner à nouveau. Toutes les personnes qui figurent sur ma liste sont des gens que je connais bien depuis des années. Nous avons de très bonnes relations basées sur une confiance mutuelle et c’est précieux.  
 
Quelques mots pour présenter les candidats de votre liste : 
Nous sommes une équipe soudée de Français et /ou de bi nationaux établis, natifs ou pas, intergénérationnelle, depuis peu ou de longue date en Tunisie, impliqués et actifs dans la vie économique, culturelle associative et de défense de l’environnement, au service de notre communauté, tous courants confondus, au-delà des sensibilités politiques.  
Nous partageons les mêmes valeurs « Agir avec cœur, vous écouter, vous représenter et vous défendre ». Nous sommes parfaitement intégrés en Tunisie et avons à cœur de préserver le lien précieux qui nous unit avec la France. 
 
L'équipe que je conduis 
 
- Michel ZUCCHERO : Conseiller des Français de l’étranger élu sur ma liste en 2014. Conseiller du commerce extérieur de la France - Ancien délégué de compagnie maritime.  Né à Tunis 
 
- Einayet GMIR-M'SELLEM : Chef d'entreprise  Présidente de l'association AMANA (Association caritative et citoyenne œuvrant pour les enfants défavorisés) - Née à Tunis – 3 enfants  
 
- Mohamed Walid BEN SEDRINE : Cadre de banque  Chef d'ilôt Ben Arous et Mourouj- Né à Tunis.- 2 enfants 
 
- Faten TELLISSI – FRIH : Responsable de marque automobile - Née à Tunis. 
   
- Sadri BEN MANSOUR : Chef d’entreprise - Consultant en restauration – né à Tunis 
  
- Amina OUAHCHI : Médecin à la maternité de Sousse- ancienne Présidente d'association des parents d'élèves de Robert Desnos. Née à Paris - 2 enfants. 
 
- Hédi FOURATI : Expert-Comptable - Ancien membre du comité directeur d'associations sportives- Ancien trésorier de la fédération tunisienne de volley-ball. 2 enfants – Né à Tunis - 2 enfants.

-  Cécile COLLADON : Cadre retraitée – Née à Tunis. 1 enfant. 

-  Paul ROCH : Cadre supérieur à la retraite- membre du Lions club international depuis 35 ans- chevalier du baillage de Tunisie de la chaîne des rôtisseurs – né à Bamako (Mali)  

- Jeanne LAIDAIN-ZAOUALI : Docteur d'état en biologie et écologie marine -Experte en environnement marin - chevalier des palmes académiques. Née à Lyon- 3 enfants.
 
Et moi
Madeleine BERGER BEN NACEUR : Conseillère sortante à l'AFE (Assemblée des Français de l’étranger), élue depuis 2009 (commission des affaires sociales et des anciens combattants). Professeur au Lycée Gustave Flaubert retraitée. Secrétaire Générale du foyer Delarue Langlois à Radès (personnes âgées). Présidente de l'association des anciens élèves du lycée Carnot de Tunis. Membre du Lions club Tunis doyen. Chevalier de l'Ordre national du Mérite - Chevalier des Palmes académiques-  Melvin Jones du Lions club. 3 enfants. 
 
Quels sont selon vous les plus grands défis auxquels font face les Français de Tunisie ? 
La Tunisie est proche de la France géographiquement et ces deux pays amis ont en commun un passé et un présent.
Par ailleurs, la communauté française de Tunisie est constituée au ¾ de bi nationaux et les mono nationaux s’adaptent parfaitement, il n’y a donc pas de défi majeur.  
 
Que représente pour vous la mission principale de conseiller des Français de l'étranger ? 

La mission principale de Conseiller est d’être un trait d’union entre les Français qui nous contactent d’ici, de Libye ou de France et nos services consulaires et/ou d’ambassade et aussi sensibiliser les instances parisiennes aux situations locales.
Pour exercer ces responsabilités, l'écoute, la disponibilité, l'attention, la pugnacité, la générosité et l'amabilité doivent être au RDV et tout cela m’a beaucoup aidé durant mes mandats. 
 
Quelles sont les particularités et la couleur politique de la liste que vous conduisez ? 
Les membres de notre liste sont de par leur formation plus attachés au libéralisme, mais ils ont surtout en commun d'indéniables gènes qui les amènent à être bénévoles et à participer à de nombreuses actions caritatives, à agir avec cœur.  
Notre liste est indépendante, sans attache partisane se positionnant  volontairement en dehors des enjeux politiques nationaux car notre objectif est de continuer à apporter des solutions pragmatiques et concrètes, adaptées au contexte local  
En ce qui me concerne, depuis mon élection en tant que conseillère élue à l'AFE, je fais partie du groupe ADCI (Alliance de la Droite du centre et des Indépendants) et avant du groupe UDIL (Union des Démocrates Indépendants et Libéraux). 
Durant mes années de mandat, j'ai été à la disposition de tous les concitoyens qui m'ont consulté. Peu importe leurs convictions politiques, cela n'en est d'ailleurs que très rarement le sujet ! J'agis dans l'intérêt de mes compatriotes et de notre cher pays la France. Mes convictions personnelles n'ont pas à entrer en jeu, seules priment la loi du bon sens et la volonté de résoudre au mieux les dossiers 
 
Si vous êtes élue, comment voyez-vous votre mandat de conseiller consulaire ? 
. Continuer d’être à l'écoute et à la disposition des Français de Tunisie et de Libye qui représentent une communauté de près de 28.000 citoyens aujourd’hui.
. Continuer à les tenir informés par une lettr’info. 
. Ne pas craindre de m’élever contre ce qui me paraît être injuste ou abusif. 
 
Quelles sont vos motivations, pourquoi cet engagement au niveau de la vie locale ? 
Je suis Française, mes enfants bi nationaux, je fais partie de différentes associations tunisiennes, ce qui est normal car la Tunisie est mon pays d’accueil, ma terre de vie, c'est ma manière de lui rendre ce qu'elle nous donne. Il me paraît tout aussi normal puisque l'occasion nous en est donnée, de consacrer du temps aux Français de Tunisie et de Libye et aux associations françaises qui sont en Tunisie. 
 
Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ? 
Même si les prérogatives d'un Conseiller des Français de l’étranger sont limitées, mon principe est de ne rien lâcher !  
Nous continuerons donc à nous élever contre ce qui nous paraît être des pratiques déloyales ou un abus et nous agirons à chaque fois auprès des autorités locales et parisiennes pour dénoncer ce qui nous paraît illogique, injuste.  
 
Nous nous engageons à : 
 
Accompagner et soutenir   

Rester à votre écoute, répondre à vos questions, soutenir vos démarches et vous apporter de l’aide pratique pour résoudre au mieux vos dossiers administratifs avec l’aide des services publics, faire entendre votre voix et défendre vos intérêts. 
Continuer à être des relais de vos préoccupations aussi bien auprès de l’Ambassade ou du Consulat qu’auprès de nos 12 Sénateurs des Français de l’étranger avec lesquels nous avons établi des liens de confiance et d’étroite collaboration.  
 
Action Consulaire : un investissement au quotidien  

Continuer à participer assidument à tous les conseils consulaires (bourses, actions sociales, sécurité) en y défendant l’intérêt général comme les préoccupations individuelles.  
Veiller à ce que les personnes de plus de 65 ans soient contactées comme nous l’avons obtenu au début de la crise COVID  
Nous demandons la nomination d’un consul honoraire sur la région du Cap Bon, comme nous avons obtenu l’ouverture d’un bureau de vote à Nabeul. De même nous appuierons l’ouverture d’une section consulaire à l’Ambassade de France à Tripoli.  
 
Questions Scolaires : un esprit constructif et réaliste  
L’Agence de l’enseignement français à l’étranger (AEFE) porte l’espoir de nombreuses familles pour leurs enfants (plus de 16 000 élèves dans le réseau Tunisie). Elle a des responsabilités à leur égard.  
Continuer d’entretenir tant avec les représentants des parents d’élèves du réseau AEFE, premiers concernés qu’avec les responsables, des liens étroits et constants en soutenant aussi la cause d’une limitation de la hausse des frais d’écolage dans une perspective d’engagement sur 5 ans .  
Continuer à être présents à tous les conseils d’établissements y multipliant les interventions et questions diverses dans une action parfois critique mais toujours constructive. C’est ainsi que nous avons évité la destruction d’un bâtiment au lycée Gustave Flaubert et demandé la conservation de l’ancienne école primaire « Guy de Maupassant » à Sousse pour y installer dignement l’institut français.  
Nous soutenons très fortement la création d’un bac professionnel gestion –administration, qui permettrait aux élèves de 3ème de trouver dans le système qui les éduque depuis leurs jeunes âges, une voie d’orientation conduisant à un diplôme et à un vrai débouché d’emploi. 
 
Nos mandats de terrain.  
Poursuivre notre véritable action de proximité en vous rendant visite sur l’ensemble du territoire, fiers de pouvoir en tirer de nombreux enseignements pour le rôle joué par chacune et chacun d’entre vous dans la présence française en Tunisie et la consolidation de l’amitié entre nos deux pays.  
 
Application du principe de réciprocité  
Pour les non binationaux, estimant équitable et pleinement justifié, compte tenu des liens et du partenariat entre les deux pays, nous continuerons à demander que toutes les questions relatives aux conditions de séjour, de travail, d’achat et de vente de biens immobilier, d’accession à l’activité commerciale et d’entreprise soient envisagées sur la base du principe de la réciprocité  
 
Tissu économique  
Continuer à veiller à ce que tout entrepreneur français, quelle que soit la taille de l’entreprise, puisse disposer de l’écoute et du soutien des services concernés de l’Ambassade.  
 
Devoir de mémoire  

Par égard à ceux qui ont apporté leur soutien à la France, nous continuerons à participer à tous les comités sociaux des anciens combattants et, avec émotion, à toutes les commémorations leur rendant hommage   
 
Information  
Poursuivre votre information par l’envoi de notre lettr’info par courriel et par notre compte FB « servir les Français de Tunisie et de Libye » 
 
Quelle est votre position sur l'enseignement français en Tunisie, son accessibilité et son organisation ? 
La Tunisie fait l’objet d’attention particulière et unique dans le réseau mondial de l’AEFE (Agence de l’enseignement français à l’étranger). C’est ainsi que nous assistons à la mise en place de « Tunisie pilote » qui vise à élargir le réseau des établissements scolaires de l’AEFE en Tunisie. (Prévision de plus de 20 000 élèves en 2025)
Cela constitue une première mondiale, nous ne pouvons que nous en féliciter.
Je reste  toutefois  très attentive au maintien de la qualité de l’enseignement, à l’enseignement de l’arabe et aux frais d’écolage. 
Les familles qui se sont engagées dans le système ne doivent pas être confrontées à des hausses systématiques des frais de scolarité. Je soutiens la cause d’une limitation de la hausse dans une perspective d’engagement sur 5 ans.
Je reste vigilante quant au maintien de plus de  50 % d’enseignants titulaires de l’éducation nationale française dans les établissements en gestion directe.   
  
Et sur la CFE ? 
La Caisse des Français de l'Etranger est une excellente chose,  de mieux en mieux organisée, mais faut-il encore avoir la possibilité de cotiser.  Dans un pays comme la Tunisie, la dévaluation du dinar fait que cela coûte très cher. 
Heureusement, des aides octroyées par la France permettent à un plus grand nombre de cotiser et mon rôle en tant que conseillère est d’accompagner les demandeurs tant vis-à-vis du Consulat qu’auprès directement de la CFE.  . 
 
Concernant la crise liée à la COVID-19, quelles sont les dispositions que vous défendrez ou proposerez ? 
La Covid est une pandémie qui  secoue la terre entière. C’est une première, C’est un sujet qui nous dépasse. Ce qui a été fait est fait au mieux. 
Dès le début de la crise en mars 2020, j’ai demandé à ce que les personnes de plus de 65 ans soient contactées. Cela a été accepté et ce sont les chefs d’ilots et leurs adjoints qui en ont été chargé. J’aimerais que ces contacts perdurent. .
En Tunisie, nos représentants ne pouvant organiser seuls les vaccinations ont convenu avec les autorités tunisiennes, ce qui est une très bonne chose. 

 PRESENTATION SERVIR LES FRANCAIS DE TUNISIE ET DE LIBYE.jpg

ENGAGEMENTS SERVIR LES FRANCAIS DE TUNISIE ET DE LIBYE.jpg

FIN DE L'INTERVIEW

Propos recueillis par Isabelle Enault pour lepetitjournal.com édition Tunisie, interview publiée le 17 mai 2021 à 2H00

 

COMMENT VOTER

L’élection pour le renouvellement général des conseillers des Français de l’Etranger et des délégués consulaires aura lieu les 29 et 30 mai prochains. Comme le prévoit la loi électorale, vous pourrez voter à l’urne, par procuration ou par internet. Une application de vote par internet a été développée pour cette élection. Elle a été testée en juillet et en novembre 2019 et homologuée en janvier 2020. Vous aurez la possibilité d’utiliser cette modalité de vote si vous le souhaitez du 21 mai à 12h (heure de Paris) au 26 mai 2021 à 12h (heure de Paris).

Pour voter, il est nécessaire de vous rendre sur le site France Diplomatie et de cliquer sur le bouton « Je vote par internet », qui y figurera à compter du 21 mai.

Pour vous connecter au portail de vote, vous aurez besoin :
de votre identifiant qui sera envoyé par courriel ;
de votre mot de passe qui sera envoyé par sms.
Ces codes d’accès seront envoyés à l’adresse électronique et au numéro de téléphone portable que vous avez déclarés auprès de votre consulat ou sur le site service-public.fr.

Vous pouvez accéder à toutes les informations sur cette modalité de vote dans la rubrique « Présentation du vote par internet » du site France Diplomatie.
 

0 Commentaire (s) Réagir