Lundi 14 juin 2021

ELECTIONS CONSULAIRES - Interview de Laurent Caizergues

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 17/05/2021 à 18:00 | Mis à jour le 18/05/2021 à 13:54
LAURENT CAIZERGUES

Les élections des conseillers des Français de l’étranger et des délégués consulaires se tiendront les 29 mai 2021 pour le continent américain et les Caraïbes et le 30 mai 2021 pour le reste du monde. Le vote par internet débute le 21 mai. Nous avons interviewé, à cette occasion, les têtes de liste et publions leurs réponses et visuels de campagne dans l'ordre du tirage au sort publié par le consulat, et dans les délais légaux : entre le 17 et le 20 mai.

Deuxième interview : Laurent Caizergues - Tous ensemble pour les Français de Tunisie et de Libye

Lepetitjournal.com Edition Tunisie : Laurent Caizergues, pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ? 

Laurent Caizergues : Tout d’abord, je vous remercie de me donner la parole 7 ans après notre précédente interview. Je suis Laurent Caizergues, conseiller des Français de l’Etranger sortant, président de l’UFE Côte de Carthage et Administrateur UFE Monde. Professionnellement, je travaille pour une société de Gestion Privée dans laquelle j’occupe le poste Directeur de Projets et Afrique. Marié et père de 2 enfants et voilà plus d’une décennie que j’habite en Tunisie.

Comment avez-vous constitué votre liste ?
Cette liste a été mûrement réfléchie et est restée la même à la suite de la prolongation de nos mandats d’un an du fait de la crise. Mon co-listier Francis Gaetti et moi-même avons pris le temps de rassembler une équipe pérenne, bienveillante et déterminée autour d’un projet commun. 

Quelques mots pour présenter les candidats de votre liste :
La liste d'union que nous portons est constituée par deux conseillers sortants.

« Tous ensemble pour les Français de Tunisie et de Libye » se veut d’abord représentative politiquement avec des colistiers de différentes sensibilités et actifs dans les associations qui œuvrent tous les jours pour les Français de la circonscription. Elle rassemble une pluralité de profils professionnels, avec des dirigeants d'entreprise, des libéraux, une enseignante, des retraités : nos origines et nos âges sont mixtes, à l’image de notre communauté. Nous avons également mis un point d'honneur à trouver une parité géographique pour ne laisser personne derrière : 6 d’entre nous vivent dans le grand Tunis, les 5 autres résidents en Région. 

Quels sont selon vous les plus grands défis auxquels font face les Français de Tunisie ?
Les questions d’Etat civil, de fiscalité et d’éducation restent traditionnellement le cœur du mandat des conseillers des Français de l’Etranger. Mais l’année passée a été celle de la résilience et de l’adaptation à une situation très anxiogène pour nos compatriotes. Je pense aux difficultés pour rentrer sur le territoire et pour se retrouver, notamment pour les couples bi-nationaux et la crise économique que traverse de nombreux compatriotes. Je veux leur dire que nous sommes à leurs côtés, quels que soient les défis à venir.

Que représente pour vous la mission principale de conseiller des Français de l'Etranger ?
Les conseillers des Français de l’Etranger sont d’abord un lien indispensable permettant une proximité entre la France et ses nationaux établis à l’étranger, a fortiori lors de cette crise mondiale. Ils sont aussi un contrepoids démocratique à l’administration française sur place, représentée par l’Ambassade et le Consulat.

Quelles sont les particularités et la couleur politique de la liste que vous conduisez ?
Notre liste a fait le pari de la transparence et d’afficher clairement le soutien de la majorité présidentielle à notre vision. Nous considérons qu’il en va du respect des électeurs afin qu’ils sachent où nous nous positionnons sur l’échiquier politique et qui nous soutiendrons aux élections sénatoriales.

Si vous êtes élu, comment voyez-vous votre mandat de conseiller consulaire ?
Si je suis réélu avec mon équipe Aïda Jemmali et Francis Gaetti, notre mandat sera dans la droite ligne du précédent : un temps d’action au service de mes compatriotes. Nous ferons preuve d’écoute, de rigueur et mettrons à profit une expérience de 7 ans sur des questions que nous connaissons bien désormais, mon colistier et moi.

Quelles sont vos motivations, pourquoi cet engagement au niveau de la vie locale ?
L’élu est en quelque sorte le premier de cordée des Français de Tunisie. Il doit posséder une expérience de la vie sur place dans ce qu’elle a de plus enrichissante mais aussi de difficile. Pour cela, il faut s’être engagé et connaître la réalité du terrain. En les informant, en les soutenant et en les conseillant, je suis utile à mes compatriotes et cela me plaît.

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?
Le programme de la liste « Tous ensemble pour les Français de Tunisie et de Libye » comporte 10 engagements. Les axes principaux tiennent d’abord à la solidarité avec un contrôle exigeant sur l’attribution des aides et un soutien de tous les instants pour nos compatriotes en difficultés. Il s’agit également de veiller à l’amélioration des services consulaires et à mieux informer nos compatriotes en matière d’emploi ou de réalisation de projets entrepreneuriaux. Nous souhaitons également encourager le tissu associatif, le rayonnement de la culture française dans tout le territoire et plus généralement l’ensemble des initiatives qui favorisent l’amitié franco-tunisienne, à l’image du prochain Sommet de la Francophonie à Djerba. La préservation de l’environnement et de cette belle Méditerranée que nous partageons est également une priorité. 

Quelle est votre position sur l'enseignement français en Tunisie, son accessibilité et son organisation ?
Nous avons approximativement 20 000 élèves dans le réseau AEFE en Tunisie, répartis entre établissement en gestion directe et structures homologuées. Ce n’est pas être chauvin que de dire que l’école à la française est un gage de qualité de par le Monde et il est fondamental qu’elle reste synonyme d’excellence. Néanmoins, des progrès reste à faire dans quelques domaines tels que l’anticipation dans le calendrier scolaire, l’ouverture de classes de BTS, dans la transparence des affectations et des mutations, etc.
Nous y veillerons comme nous l’avons fait lors des dernières années.

Et sur la CFE ?
Là encore, je vous remercie de soulever ce point car il est fondamental. La démographie dans notre circonscription est relativement âgée comparée à d’autres car nos compatriotes sont souvent venus profiter de leur retraite dans un cadre paisible : ils sont donc sensibles aux questions de santé. La panique de l’année dernière a montré des dysfonctionnements de la part de cliniques conventionnées avec la Caisse des Français de l’Etranger et là encore, nous avons tiré la sonnette d’alarme ce qui a permis de trouver des solutions rapidement pour garantir les droits des Français sur place, notamment en matière de prise en charge. Nous continuerons à être vigilants sur ces sujets.

Concernant la crise liée à la COVID-19, quelles sont les dispositions que vous défendrez ou proposerez ?
En tant que conseiller des Français de l’Etranger sortant, j’ai choisi avec mon équipe d’informer en temps réel nos compatriotes avec des informations fiables sur ma page Facebook, par courriel, sms et dès le début de la crise en février 2020. J’ai également participé aux comités d’attribution d’allocation d’indemnités pour les gens ayant perdu leur activité du fait du Covid. Je continuerai donc à soutenir les initiatives de solidarité pour nos compatriotes en temps de crise dès lors qu’elles sont correctement encadrées. Car rigueur et compassion sont à mon sens les maitres-mots de la mission d’élu de terrain.

BANNIERE TOUS ENSEMBLE

CIRCULAIRE TOUS ENSEMBLE PAGE 1

CIRCULAIRE TOUS ENSEMBLE PAGE 1

CIRCULAIRE TOUS ENSEMBLE PAGE 3

CIRCULAIRE TOUS ENSEMBLE PAGE 4

 

FIN DE L'INTERVIEW

Propos recueillis par Isabelle Enault pour Lepetitjournal.com Edition Tunisie - Interview publiée le 17 mai 2021 à 17H

COMMENT VOTER

L’élection pour le renouvellement général des conseillers des Français de l’Etranger et des délégués consulaires aura lieu les 29 et 30 mai prochains. Comme le prévoit la loi électorale, vous pourrez voter à l’urne, par procuration ou par internet. Une application de vote par internet a été développée pour cette élection. Elle a été testée en juillet et en novembre 2019 et homologuée en janvier 2020. Vous aurez la possibilité d’utiliser cette modalité de vote si vous le souhaitez du 21 mai à 12h (heure de Paris) au 26 mai 2021 à 12h (heure de Paris).

Pour voter, il est nécessaire de vous rendre sur le site France Diplomatie et de cliquer sur le bouton « Je vote par internet », qui y figurera à compter du 21 mai.

Pour vous connecter au portail de vote, vous aurez besoin :
de votre identifiant qui sera envoyé par courriel ;
de votre mot de passe qui sera envoyé par sms.
Ces codes d’accès seront envoyés à l’adresse électronique et au numéro de téléphone portable que vous avez déclarés auprès de votre consulat ou sur le site service-public.fr.

Vous pouvez accéder à toutes les informations sur cette modalité de vote dans la rubrique « Présentation du vote par internet » du site France Diplomatie.

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Michèle jeu 20/05/2021 - 11:53

Merci pour cet interview qui nous conforte dans la ligne de ce que nous, Français de l’étranger, attendons de nos représentants et soutiens.

Répondre
Sur le même sujet